En Communauté française, 10% de la population ne sait ni lire ni écrire

700 000 personnes pourraient souffrir d’analphabétisme.
700 000 personnes pourraient souffrir d’analphabétisme. - FABRICE COFFRINI - IMAGEGLOBE
Rédaction RTBF

En Wallonie et à Bruxelles, une personne sur dix ne sait ni lire ni écrire, ou alors partiellement. Malgré l'existence de cours d'alphabétisation, ce taux de 10% est resté stable depuis trente ans.

Un manque de places disponibles en est la cause, mais aussi la difficulté de cibler le public concerné. Sylvie Pinchard, de l'association Lire et Ecrire estime que sur base d’estimations raisonnables en Communauté française 700 000 personnes pourraient souffrir d’analphabétisme. " L’offre dans le secteur associatif, c’est moins de 20 000 places de formation. Vous voyez tout de suite l’écart: aujourd’hui comme il y a trente ans, notre capacité à répondre  à la demande est insuffisante. L’individu a parfois honte à admettre que l’on éprouve des difficultés à lire et à écrire. On ne récupère pas 6 années de primaires si l’on n’a jamais été à l’école ou si l’on a fait ses études primaires en Belgique, mais que l’on est sorti du système scolaire sans ces compétences de base".

Maxime Paquay


Publicité

L'actualité en images




+ de vidéos