Aller directement au contenu principal

Chercheurs universitaires: pour exister, il faut publier

SOCIETE | Mis à jour le lundi 26 août 2013 à 9h23

  • Pour définir quelles sont les meilleures universités du monde, les classements tiennent compte du nombre de publications scientifiques. Voilà qui augmente -un peu plus encore- la pression sur les chercheurs, surtout les plus jeunes d’entre eux.

    La littérature scientifique aurait doublé, depuis ces 15 à 20 dernières années. Car pour compter, exister, dans le domaine de la recherche, il faut publier. Selon les établissements, ce rythme accru de publication ne porte pas atteinte aux autres missions de l'université. Mais elles reconnaissent que la technologie notamment augmenté le nombre et la fréquence de publication. C’est ce qu’explique Vincent Yserbyt, vice-recteur à la recherche, à l'UCL : "C'est très important pour la visibilité d'une université parce que c'est la démonstration que le savoir et les connaissances qui sont produits dans le giron de l'université, contribuent à faire avancer les recherches, à faire avancer la science et sont exploités par d'autres universitaires, par d'autres chercheurs dans d'autres endroits. Il est donc clair que ça permet de signifier la valeur d'une institution universitaire".

    Forte pression

    Cela induit une pression sur les chercheurs qui sont obligés de publier, poursuit-il : "Bien entendu, il y a une forte pression sur les chercheurs en ce qui concerne les publications, essentiellement parce que, lorsque les chercheurs sont évalués à la fois pour des attributions de budget ou pour des promotions au niveau de la carrière, un des éléments qui entrent en ligne de compte, mais ce n'est pas le seul, ce sont les publications".

    Il existe même des moteurs de recherche spécifiques pour savoir combien de publications un chercheur ou une université, ont à leur actif. Certains utilisent parfois des stratégies purement cosmétiques pour augmenter leur nombre de publications.

    A.L. avec O. Leherte

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Pour exister, il faut publier
    Image précédente

    Pour exister, il faut publier

    Archive RTBF
    Image suivante
    • Pour exister, il faut publier

      Pour exister, il faut publier

Les suggestions du jour

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

  • Ce qui se passe au Burkina Faso est "un automne des pays africains"

    31 octobre 2014, 08:31

    L'Afrique est-elle en train de changer ? C'est en tout cas l'avis d'Oumou Zé, coordonnatrice de recherche et plaidoyer au CNCD. Invitée de L'acteur en Direct de Matin Première ce vendredi, elle affirme qu'il y a aujourd'hui "un ras-le-bol populaire des...

  • La lettre de la FGTB qui fâche les patrons wallons

    31 octobre 2014, 15:22

    "C’est une menace et cela ne va pas dans le bon sens pour une concertation sociale" affirme avec fermeté Jean-François Héris le patron des patrons wallons – "Absolument pas", rétorque Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, "la lettre dit que...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute