Aller directement au contenu principal

Cellules souches embryonnaires: recours aux USA pour suspendre l'interdiction

SOCIETE | mardi 31 août 2010 à 23h50

  • L'administration Obama a formellement demandé mardi au tribunal fédéral de Washington de permettre que la recherche publique sur les cellules souches embryonnaires se poursuive, le temps que le dossier soit jugé au fond.

    Le 23 août, le juge Royce Lamberth avait interdit en référé le financement fédéral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, très prometteuse pour guérir de nombreuses maladies, que Barack Obama avait à nouveau autorisé en mars 2009 après huit ans d'interdiction.

    Mardi l'administration américaine lui a annoncé qu'elle avait fait appel de cette suspension, lui demandant parallèlement qu'elle ne soit pas appliquée avant que la cour d'appel statue.

    Dans une requête déposée mardi, l'administration américaine estime que la décision "va provoquer un préjudice irréversible aux millions de personnes très gravement malades ou blessées qui pourraient bénéficier de cette recherche, mais aussi à l'Etat fédéral, à la communauté scientifique et aux contribuables qui ont déjà dépensé des centaines de millions de dollars dans ce domaine de recherche".

    La levée de l'autorisation "bloque non seulement de nouvelles recherches sur les cellules souches embryonnaires mais aura aussi un impact catastrophique sur la viabilité des recherches en cours", assure-t-elle.

    Or, "il est très peu probable que les intérêts professionnels et économiques des plaignants soient affectés" ajoute l'administration, en référence aux organisations chrétiennes à l'origine de la procédure.

    Pour elles, l'embryon est déjà un être humain à part entière et l'Etat fédéral ne peut pas financer une recherche provoquant sa destruction, même si c'est pour sauver d'autres vies.

    Les cellules souches embryonnaires proviennent de l'embryon humain dans les tout premiers jours de développement. Elles sont dites souches parce qu'elles sont à l'origine de toutes les autres. Les scientifiques pensent pouvoir les transformer en n'importe quelles cellules du corps, cardiaques, pancréatiques ou cérébrales, pour remplacer des cellules endommagées ou malades et permettre la reconstitution de tissus ou d'organes.

    Elles représentent pour beaucoup le meilleur espoir de soigner des pathologies comme le diabète, la maladie de Parkinson, Alzheimer ou la paralysie des blessés de la moelle épinière.


    AFP

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.

Les suggestions du jour

  • Accueil des chômeurs en fin de droit: la révolte des CPAS

    30 janvier 2015, 17:03

    La situation que vivent les CPAS wallon et bruxellois est la conséquence d'une décision prise par le gouvernement Di Rupo de limiter dans le temps les allocations de chômage et de les supprimer après 3 ans. La mesure a pris effet à partir du 1er janvier...

  • Guantanamo, "les Etats-Unis se réfugient derrière un traité signé en 1903"

    30 janvier 2015, 16:41

    Alors qu’une détente historique s’amorce entre Cuba et les États-Unis (facilitation de la circulation des personnes, de l’argent et des marchandises), un dossier fait obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays : la base navale de...

  • Avant d'être enlevé, il dénonçait des exactions de soldats de Kabila

    30 janvier 2015, 11:44

    Nous avons pu mettre la main sur un document sonore exclusif provenant du Congo. Il s'agit de la dernière conversation téléphonique de Christopher Ngoy, un défenseur des droits de l'homme. C’était le 21 janvier dernier. Aux tous premiers jours des...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Société

Vu sur le web

Dernière Minute