Bahar Kimyongür ne sera pas extradé par l'Espagne vers la Turquie

Bahar Kimyongür ne sera pas extradé par l'Espagne vers la Turquie
Bahar Kimyongür ne sera pas extradé par l'Espagne vers la Turquie - © ERIC VIDAL - BELGA

La justice madrilène a remis mercredi au militant politique belge Bahar Kimyongür l'ordonnance portant sur sa décision du 1er juillet dernier de ne pas honorer la demande d'extradition introduite par la Turquie. La caution de 10 000 euros versée par Bahar Kimyongür lui a été restituée.

L'ordonnance évoque le caractère légal de l'activisme de Bahar Kimyongür et le principe du 'non bis idem', qui interdit toute nouvelle poursuite contre une même personne pour de mêmes faits.

Bahar Kimyongür avait été arrêté à Cordoue, en Espagne, le 17 juin 2013, puis libéré sous caution le 19 juin 2013. La justice espagnole ne s'était toutefois pas encore prononcée sur l'éventuelle extradition du militant politique belge. Entre-temps, celui-ci avait à nouveau été arrêté le 21 novembre 2013 à Bergame, en Italie, en vue toujours de son extradition vers la Turquie, avant d'être libéré le 11 mars 2014 par la cour d'appel de Brescia.

Le refus d'extradition de la justice madrilène est le quatrième concernant Bahar Kimyongür, après celui de la Belgique en décembre 2009, des Pays-Bas en juillet 2006, et de l'Italie en mars 2014.

Fort de ces jugements, Bahar Kimyongür a annoncé sa volonté d'affronter la justice turque qui lui reproche ses liens avec le DHKP-C, sans toutefois se rendre en Turquie où il fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt. Il serait défendu par les avocats de l'Association turque des juristes progressistes Cagdas Hukukçular Dernegi. La plupart de ces avocats sont eux-même poursuivis en Turquie pour appartenance à l'organisation terroriste DHKP-C.

Bahar Kimyongür souhaite obtenir une radiation définitive du fichier Interpol. Le 21 février dernier, Interpol a bloqué son signalement par la Turquie.

Bahar Kimyongür attend par ailleurs toujours une décision dans le cadre de sa plainte en 2011 contre 'X' pour atteintes portées par des fonctionnaires publics à ses droits, de coalition de fonctionnaires, d'abus d'autorité et de complicité de traitement inhumain voire de torture pour son arrestation le 28 avril 2006 aux Pays-Bas. Une réunion à son sujet s'était tenue le 26 avril 2006 entre 25 fonctionnaires belges.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité en images