Agression d'Esmeralda Labye en direct à Cologne, pourquoi la RTBF ne diffuse pas la vidéo

Pourquoi la RTBF ne diffuse-t-elle pas d’images vidéo du direct de Cologne ?
2 images
Pourquoi la RTBF ne diffuse-t-elle pas d’images vidéo du direct de Cologne ? - © RTBF

Suite aux nombreuses réactions émanant d'internautes se demandant pourquoi la RTBF ne (re)diffuse-t-elle pas la vidéo du direct de Cologne au cours duquel Esmeralda Labye a été agressée, le directeur de l'information Jean-Pierre Jacqmin a souhaité apporter quelques précisions:  

"Nous avons décidé de ne pas rediffuser ces vidéos sur nos plateformes TV et web, ni réseaux sociaux. Cette décision n’est pas une limitation de notre information. Des photos figées des événements sont publiées, encore ici. Elles montrent notre journaliste victime des quelques personnes qui ont eu à son égard et à l’égard des femmes en général des gestes obscènes, méprisables. Des actes qui relèvent, selon des policiers de Cologne, de l’agression à caractère sexuel.

Nous n’avons pas à faire le buzz avec des images animées qui répéteraient ces agressions. Nous ne voulons rien taire, rien cacher. Pour ceux qui en douteraient encore après avoir vu les photos, notre analyse journalistique et le témoignage de nos collègues nous permettent d’affirmer que ce qui s’est produit à Cologne avec notre équipe n’a pas de lien ce qui s’est produit dans la même ville le 31 décembre. Si ce n’est bien sûr, le non-respect des femmes qui semblent ici partagé par des hommes de tous horizons

Je me permets de vous renvoyer aussi au texte écrit par notre collègue dans l’article…​".

Par ailleurs, l'Association des Journalistes Professionnels (AJP) s'est déclarée disposée à se porter partie civile. 

"Nous sommes très attentifs au respect et à la sécurité des journalistes. Nous ne prenons donc pas cela à la légère", a souligné M. Dumont. L'AJP "condamne sans la moindre réserve des faits qui ne doivent pas être banalisés". "Il est encore plus grave de profiter de quelqu'un en état de faiblesse évidente, car dans l'obligation d'assurer un direct." L'association "soutient totalement" la journaliste et assurera la prise en charge de la procédure, "en collaboration et en accord avec elle et la RTBF".


L'actualité en images