C'est le jour J pour les amateurs de pêche à la truite

C'est à chaque fois la même chose. Seule la météo diffère d'une année à l'autre, mais pour quelques 20 000 amateurs de pêche, l'ouverture c'est sacré.

C'est sur les berges de la Molignée dans le petit village de Maredret que nous avons rendez vous avec quelques passionnés. Et parmi eux, Françoise, pour qui depuis quinze ans, l'ouverture , c'est le grand jour. "Dommage que la météo n'est pas avec nous, dit-elle les cheveux trempés par la pluie, qui depuis ce matin n'a pas arrêté de lui tomber dessus. Pas grave, il parait que pour le poisson, la pluie c'est bon!"  Mais Françoise n'a encore fait aucune prise jusqu'à présent.

"No Kill"

Et pourtant la société de pêche a rempoissonné le secteur dernièrement avec pas moins de 43 kilos de belles truites Fario. "On sait que plusieurs viennent aussi pour prendre le poisson en vue de le manger" nous explique Guy Renard, président de la Maison Wallonne de la pêche qui regarde les passionnés se partager les berges de la rivière. "Mais en général, beaucoup viennent ici pour le 'No Kill' la pratique veut alors qu'après avoir attrapé son poisson on le rejette à l'eau. C'est bien entendu la plus belle des pêches, mais chacun pratique selon ses convictions."

Un peu plus loin un jeune garçon de onze ans, fête sa première ouverture. "C'est ma mamy qui m'a enseigné l'art de la pêche, nous dit il le sourire en coin. Et depuis et bien je m'applique, mais je n'ai encore rien pris depuis le matin."

La mamy veille en effet au grain: "Fais attention au pêcheur à coté de toi, ne fais pas de nœuds dans le fil hein"  et puis elle sourit malicieusement de voir le petit s'essayer à ce sport qu'elle même a pratiqué avec son mari pendant tellement d'années. "Aujourd'hui j'ai encore plus de plaisir à conseiller mon petit fils et je suis là pour lui, pour l'aider. C'est bien aussi" me glisse t-elle en me regardant du coin de l'œil .

Elle le conseille aussi pour le matériel mais pour le pic nique, "Ca ,non c'est un peu la débrouille d'ailleurs. On est d'abord là pour pêcher quand même!" Je lui souhaite une belle journée, elle lève les yeux au ciel et me dit que pour aujourd'hui , c'est pas sur qu'il prendra quelque chose... La patience reste ici aussi le maître mot.

Ouverture au brochet

Cette année, l'ouverture au brochet était également de mise. Une première qui vise en fait à sauver les alvins et truitelles dont raffole ce vorace d'eaux douces.  "Pas beaucoup de chances d'en voir et d'en prendre dans les eaux vives comme cette rivière, confie Guy Renard, mais sait on jamais. Lors des débordements d'étangs ou même parfois pendant les ré empoissonnement, il arrive que l'un ou l'autre gagne la rivière et ils peuvent faire du dégât, croyez moi!"

De l'autre côté de la berge je vois un pêcheur avec le sourire: ca y est , voilà la première de la journée .

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir