Reprise du travail au casino de Chaudfontaine

Reprise du travail au casino de Chaudfontaine
Reprise du travail au casino de Chaudfontaine - © Tous droits réservés

Les syndicats ont obtenu deux dates de rencontre avec la direction. Satisfait de cette avancée, le personnel a repris le travail ce lundi soir vers 21h00.

Absence de concertation

Le mouvement de grogne a été initié en front commun (CGSLB et SETca). Le personnel entendait ainsi protester contre ce qui est qualifié d'absence de concertation et de dialogue avec la direction.

"Le salaire minimum n'est pas payé depuis fin 2015, il n'y a pas de régularisation au niveau des chèques-repas suite au passage en régime trois jours, des pressions sont exercées sur le personnel syndiqué, les horaires ne sont pas communiqués dans le délai réglementaire...", a souligné la secrétaire permanente CGSLB. "C'est vrai qu'il y a eu des réunions avec l'employeur et qu'il a formulé des propositions mais il revient dessus, même sur des propositions écrites. Il faut lui reconnaître qu'il a investi dans le casino mais il ne doit pas récupérer sa mise sur le dos du personnel".

Climat social toujours tendu

Révoltés depuis la réunion du bureau de conciliation du 15 mars à laquelle le directeur a refusé de participer parce que son conseil n'y était pas autorisé, les travailleurs, postés devant le casino, étaient décidés à maintenir leur action. Une première tentative de discussion avec le directeur, Gérard Glorieux, a échoué. "Je veux bien m'installer à la table des discussions mais pas sous la contrainte", a justifié le directeur.

Les organisations syndicales ont finalement abouti à un consensus en discutant avec d'autres administrateurs. Deux dates de rencontre ont ainsi été fixées, une première ce mercredi et une seconde mercredi prochain. L'objectif des syndicats est d'aboutir à des accords et de les confirmer par écrit.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir