Le report du tram de Liège provoque la perte d'une centaine d'emplois chez Galère

L'assèchement des dépenses publiques coûte des emplois, dans le secteur de la construction
L'assèchement des dépenses publiques coûte des emplois, dans le secteur de la construction - © Tous droits réservés

C'est un coup dur pour l'économie liégeoise: un conseil d'entreprise extraordinaire s'est déroulé ce jeudi au siège de la société Galère, filiale du groupe hollandais Bam. La direction a annoncé le début d'une procédure de licenciement collectif, qui pourrait se solder par la perte de 111 emplois.

C'est la conséquence, entre autres, de la non-signature, en mars, du contrat du tram de Liège, sur lequel la firme a déjà investi beaucoup de moyens, de temps et d'énergie. Mais ce n'est évidemment pas une cause unique. La société Galère termine un gros chantier, pour les nouveaux bureaux de l'Otan, en région bruxelloise, et puis surtout, elle doit affronter la concurrence, de plus en plus rude, d'entrepreneurs qui n'hésitent pas à pratiquer la fraude sociale à grande échelle, avec le recours à de la main d'œuvre à bas salaires. Marc Vreuls, de la FGTB: "Dans le secteur de la construction, il y a quelques années, on a commencé à voir arriver des travailleurs détachés. Les entreprises en ont un peu profité pour faire du bénéfice. Aujourd'hui, le système est complètement dépassé. Et donc on ne parvient plus à trouver des marchés où on sait occuper nos travailleurs. Lorsque l'Europe dit qu'on pourrait utiliser d'autres modèles que des systèmes d'adjudication qui sont uniquement le prix le plus bas et passer par des appels d'offres qui permettent de pondérer le prix, et bien on se demande pourquoi en Belgique on ne veut pas le faire au niveau fédéral".

"Le secteur est attaqué sur deux plans" explique le président de la chambre de la construction, Adrien Dawans. "D'une part, la réduction du montant des commandes publiques, particulièrement sensibles au niveau des communes qui sont exsangues, mais également les prix qui sont pratiqués pour les commandes qui sont lancées puisqu'on continue à adjuger au moins-disant. Les pouvoirs publics nous étranglent totalement. Sans faire de dumping social, vous ne décrochez plus aucun contrat. Nous nous retrouvons dans une situation totalement impossible".

A la société Galère, c'est donc la phase d'information qui vient de commencer. Les syndicats vont à présent analyser les renseignements fournis, et poser des questions, avant de formuler d'éventuelles contre-propositions. C'est ce que la loi prévoit.

Une assemblée du personnel est convoquée en milieu de semaine prochaine.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir