Jemeppe: la "tour Mathot" commence à se concrétiser avec un commisariat de police

Le nombre d'étages et la hauteur ne sont pas encore définitivement arrêtés
Le nombre d'étages et la hauteur ne sont pas encore définitivement arrêtés - © Eriges

Depuis un an, le bourgmestre sérésien Alain Mathot (PS) cherche un promoteur pour construire une tour d'une trentaine d'étages, à Jemeppe, entre la fin de la bretelle autoroutière, la station ferroviaire et la gare des bus. Un "signal" de l'entrée de ville, c'est son souhait. Mais un investisseur, ça ne se trouve pas d'un claquement de doigts....

Une décision de principe

Un élément vient de conforter le projet: les premiers étages du bâtiment seront occupés par un commissariat central de la police zonale. Les actuels locaux, et notamment l'ancienne gendarmerie, commencent à vieillir, et ils sont principalement situés sur les hauteurs de la localité, alors que les problèmes de sécurité et de criminalité se posent surtout dans la vallée. "La décision de principe est prise" explique Alain Mathot, "il reste à la finaliser: ce sont les finances communales qui vont prendre en charge la dépense de l'achat des locaux, pour les louer ensuite à la zone de police". Une zone de police où les relations avec les neupréens ne sont pas toujours au beau fixe. Le déménagement sur l'autre rive risque de ne pas être très apprécié...

Une démolition prévue

Mais, pour un développeur immobilier, savoir que 4500m² de bureaux vont être occupés par les forces de l'ordre, forcément solvables, c'est un apaisement. Ce n'est d'ailleurs pas le seul coup de pouce que les pouvoirs publics pourraient donner: sur une centaine d'appartements à construire, la municipalité pourrait en prendre, en portage, quelques dizaines, pour limiter le risque pris par le partenaire privé.

Quoi qu'il en soit, les deux immeubles, désaffectés, qui se trouvent à cet endroit vont être démolis cette année encore, sans doute à l'automne.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir