La colère des anciens travailleurs de l'ALE refait surface

Le vendredi matin, les anciens travailleurs de l'ALE passent la matinée ensemble et refont le monde.
Le vendredi matin, les anciens travailleurs de l'ALE passent la matinée ensemble et refont le monde. - © RTBF

Les révélations autour de Publifin ne cessent de faire des vagues.  D'anciens travailleurs de l'intercommunale ont cotisé pour leur pension pendant toute leur carrière.  Mais aujourd'hui, leur pécule de vacances est supprimé.  Qui profite de leurs cotisations? Ils posent la question en justice.

Des avantages pour 1 500 euros par an

Tous les vendredi matin, des retraités de l'Association Liégeoise d'Electricité se retrouvent pour passer un bon moment. Ensemble, ils refont le monde et parlent de l'actualité.  Ce matin, ils reviennent avec colère sur les avantages qu'ils avaient obtenus et qui ont été supprimés. André Starquit, ancien travailleur de l'ALE et président de la délégation CGSP pendant 14 ans explique: "Nous avions un pécule de vacances, une prime "troisième âge" et l'intervention de la société complète pour toute la famille dans l'assurance hospitalisation.  Ca représente environ 1500 euros.  Ces avantages ont été supprimés en 2010".

Réactions des anciens travailleurs

Les anciens travailleurs suivent les travaux de la commission Publifin à Namur. Ils sont interpellés par les montants des rémunérations et les sommes d'argent versées aux membres des comités de secteur alors que pour eux, la direction a supprimé les avantages.

"Pas seulement parce qu'on a supprimé nos avantages, mais parce qu'on est en train de changer l'esprit de la maison. Je me rappelle, dans notre "boutique" comme on disait, l'Association Liégeoise d'Electricité était un service public au service du public. Aujourd'hui, il n'y a plus que cela qu'on ne fait pas, servir le public, on fait du pognon !", dit André Starquit.  Pierre Georges, un ancien travailleur ajoute: "Je me rends compte aussi que l'époque de la création des comités de secteur correspond aussi à la suppression de nos avantages.  Donc, on a de quoi se poser des questions".

Respect de la loi pour Publifin

Au niveau des ces avantages extra-légaux, la direction de Publifin veut respecter la loi.  La société s'appuie sur un avis du service fédéral des pensions et sur des décisions de la Cour d'Appel de Liège.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir