Aller directement au contenu principal

Tournai : une marche pour lutter contre l'insécurité

REGIONS | mercredi 19 septembre 2012 à 9h06

  • Près de 200 personnes étaient présentes ce mardi soir dans les rues de Tournai. Elles marchaient pour demander plus de sécurité dans la Cité des Cinq clochers. Ceci fait suite à diverses agressions, qui ont tendance à se multiplier en centre-ville, dont surtout un viol commis il y a un mois le long du quai des Poissonsceaux.

    Dans le même temps, à l'Hôtel de Ville, le groupe sécurité centre-ville de Tournai s'est réuni. À la sortie, le commissaire divisionnaire de la zone de police du Tournaisis, Philippe Hooreman, a rappelé d'emblée qu'il n'a pas émis d'avis défavorable quant à cette marche, même si la forme dans la demande n'y était pas. "Je peux comprendre le sentiment d'insécurité de plus en plus présent à cause du ramdam médiatique. Il y a des faits graves, parfois violents, mais nous n'en sommes pas aux coups de couteau ou règlement de comptes avec révolver."

    "Et puis, il ne faut pas minimiser le travail de la police, nous faisons avec nos moyens", poursuit le commissaire divisionnaire, maintenant assis devant le bourgmestre Christian Massy (PS). "Nos policiers de chôment pas."

    Un chiffre, au passage : 100. C'est le nombre de mandats d'arrêt décernés par an grâce au travail de la zone de police. "On dit qu'il faut plus d'hommes en soirée le week-end ? Nous renforçons déjà nos équipes. Vous savez, il y a des normes à respecter en termes de prestations le week-end et la nuit par an. Cette norme est déjà littéralement explosée au niveau de l'intervention et de la brigade canine."

    Et de le commissaire de poursuivre : "Nous devons respecter les priorités. Il y a tout le travail au quotidien, nos missions se sont élargies, la charge de travail s'est alourdie, et il n'y a pas que l'insécurité dans le centre-ville de Tournai comme priorité. Nous devons respecter le plan zonal de sécurité qui fixe les priorités et qui est dessiné par le collège de police. Et puis, notre zone, ce n'est que le quartier festif de Tournai, il y a tout le reste de l'entité : Antoing, Brunehaut et Rumes."

    Comment faire mieux avec les mêmes moyens ?

    Pour rappel, la zone de police du Tournaisis est la plus grande du pays. Faut-il appeler le fédéral à faire de Tournai une zone mono-communale ? Il est un peu tard... Et puis, c'est mettre les partenaires de la zone dans l'embarras. Mais alors, pourquoi Ath et Mouscron sont-elles des zones de police mono-communales, et pas Tournai ?

    Philippe Hooreman indique encore que la police travaille depuis plusieurs mois sur des pistes permettant de faire mieux avec les mêmes moyens. En quête d'efficience, la police attend également ses renforts. Un plan prévoit l'arrivée de quatre policiers par an, sur 4 ans, "ce qui permettra au moins de compléter le cadre minimal, minimaliste plutôt, de la KUL".

    Le commissaire divisionnaire veut aussi des caméras, un dossier qui semble en bonne voie. Il en veut sur l'axe majeur, de la place de Lille à la gare, en passant par la Grand'Place, le quartier festif, la rue Royale et les quais. Philippe Hooreman est également en faveur des réseaux d'information de quartier, les RIQ. "Mais l'initiative doit venir du citoyen." La marche de ce mardi soir est peut-être un début.

    Laurent Dupuis

    Voir

    Derniers commentaires

    • de david "mais nous n'en sommes pas aux coups de couteau ou règlement de comptes avec révolver." se faire violer, c'est pas si grave alors !

      19-09-2012 10:47 | Répondre

    • de superwomum les journalistes,c'est pas à leur femme que c'est arrivé!

      19-09-2012 11:18 | Répondre

    • de superwomum les journalistes: c'est pas à leur femme que c'est arrivé!

      19-09-2012 11:20 | Répondre

    • de superwomum c'est pas la femme de Philippe Hooreman qui s'est fait violer,ça se voit!

      19-09-2012 11:25 | Répondre

    • de L.O. Ce sont des propos retiré d'un interview... Il aurait bien pu dire plus tard dans l'interview que le viole est biensur grave et que cela n'a pas été transcrit. Au lieu de s'indigner sur les propos, indignez-vous sur le/les auteurs du viol... mais peut-être l'avez-vous pensé et pas écrit. Cette manie, de faire dire ce que l'autre n'a pas dis... cela s'appel de la désinformation. Je lis dans cette phrase qu'à Tournai, certe il'y a de l'insicurité mais comparé à d'autres ville, je crois que ne doit pas trop se plaindre. Certe il faut de temps à autre être sur ses gardes et faire comprendre au monde politique et judiciaire qu'il ne faut pas "laisser déprapper" et de continuer le même travail. J'espère que l'on retrouvera vite le ou les auteur(s) de ce viols et qu'il(s) soi(en)t puni(s) comme il se doit.

      19-09-2012 12:55 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Ils étaient près de 200 à marcher dans les rues de Tournai ce mardi soir.
    Image précédente

    Ils étaient près de 200 à marcher dans les rues de Tournai ce mardi soir.

    Laurent Dupuis
    Image suivante
    • Ils étaient près de 200 à marcher dans les rues de Tournai ce mardi soir.

      Ils étaient près de 200 à marcher dans les rues de Tournai ce mardi soir.

    • de david "mais nous n'en sommes pas aux coups de couteau ou règlement de comptes avec révolver." se faire violer, c'est pas si grave alors !

      19-09-2012 10:47 | Répondre

    • de superwomum les journalistes,c'est pas à leur femme que c'est arrivé!

      19-09-2012 11:18 | Répondre

    • de superwomum les journalistes: c'est pas à leur femme que c'est arrivé!

      19-09-2012 11:20 | Répondre

    • de superwomum c'est pas la femme de Philippe Hooreman qui s'est fait violer,ça se voit!

      19-09-2012 11:25 | Répondre

    • de L.O. Ce sont des propos retiré d'un interview... Il aurait bien pu dire plus tard dans l'interview que le viole est biensur grave et que cela n'a pas été transcrit. Au lieu de s'indigner sur les propos, indignez-vous sur le/les auteurs du viol... mais peut-être l'avez-vous pensé et pas écrit. Cette manie, de faire dire ce que l'autre n'a pas dis... cela s'appel de la désinformation. Je lis dans cette phrase qu'à Tournai, certe il'y a de l'insicurité mais comparé à d'autres ville, je crois que ne doit pas trop se plaindre. Certe il faut de temps à autre être sur ses gardes et faire comprendre au monde politique et judiciaire qu'il ne faut pas "laisser déprapper" et de continuer le même travail. J'espère que l'on retrouvera vite le ou les auteur(s) de ce viols et qu'il(s) soi(en)t puni(s) comme il se doit.

      19-09-2012 12:55 | Répondre

    • de choco Monsieur Hooreman dit qu'on n'est pas au coup de couteau,il a la mémoire courte,crime sur la Grand Place,bagarres aux couteaux les week-end,enfin oui,les policiers quand on les appels pour des bagares arrivent avec la sirène hurlant,comme cela quand ils arrivent y a plus personnes,j'ai aussi remarquer,que quand le divisionnaire a été intérogé,devant la police,deux agents de la brigade canine est passée,mais en d'autre temps,rue Royale,ou ailleurs pour voir un agent il faut des lunettes,l'on ce fait agresser a rue Royale en pleine avant midi,et alors tout est calme a tournai,c'est sans commentaire,nous ne savons plus rien de ce qui ce passe en Ville de peur de déranger ce cher maieur.Nous avons besoin de toute urgence des caméras,et ce n'est pas la première fois que les personnes en réclament,mais dans chaque rue,car Tournai devient pire que charleroi,il faut une tolérance 0 Monsieur Hooreman!!!!!!!!!!!

      21-09-2012 15:53

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

Dernière Minute

Vu sur le web