Stade national: Ghelamco compte bien "exécuter l'accord pris" avec Anderlecht

Le patron Ghelamco rappelle qu'un accord a été conclu autour du futur stade national, "personne ne peut le nier".
Le patron Ghelamco rappelle qu'un accord a été conclu autour du futur stade national, "personne ne peut le nier". - © Belga

Paul Gheysens, le patron de Ghelamco, est revenu dans un entretien avec L'Echo, publié mardi, sur les récentes sorties de la direction du RSC Anderlecht dans lesquelles elle affirmait ne plus voir l'avenir du club dans le projet de l'Eurostadium, le nouveau "stade national" qui doit être construit sur le site du parking C du Heysel. Alors que Jo Van Biesbroeck, directeur opérationnel du Sporting, indiquait en début de mois que le projet est, dans l'état actuel des choses, "mort et enterré" pour le club, Ghelamco va "exécuter l'accord pris, comme nous nous y sommes engagés, sans approcher d'autres clubs", indique Paul Gheysens.

"Nous nous en tenons à ce que nous avons dans nos mains: un accord dûment signé par les dirigeants d'Anderlecht qui s'engagent noir sur blanc à occuper les lieux pour un montant précis. Cela doit encore être détaillé entre nous; mais il y a déjà des plans indicatifs qui fixent, pièce par pièce, à quoi chaque partie s'engage", précise-t-il. "Je ne doute pas que, malgré les déclarations dans la presse, les dirigeants d'Anderlecht sont des gens intelligents et qu'ils vont réfléchir à deux fois avant de rompre réellement leurs engagements".

Le fondateur du groupe Ghelamco rappelle au passage que "la Ville de Bruxelles conditionnait l'octroi de l'emphytéose sur le foncier (...) à un accord de principe avec un club occupant". "Il nous a fallu sept mois pour aboutir à cet accord de principe. Il existe bel et bien et personne ne peut le nier", ajoute-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir