Aller directement au contenu principal

Seraing: le règlement pour mieux encadrer la prostitution porte ses fruits

REGIONS | jeudi 22 mars 2012 à 10h36

  • Ces dernière années, la tâche des policiers sérésiens s'est compliquée lorsque le nombre de prostituées officiant à Seraing a explosé. Désormais, chaque salon ne peut plus être loué qu'à 2 filles maximum par jour. Un règlement contesté par une minorité des 30 propriétaires de salons de prostitution mais qui porte ses fruits, rendant la situation plus gérable pour les policiers sérésiens.
    En juillet 2008, 285 prostituées étaient recensées rue Marnix. Elles sont aujourd'hui 161 pour 78 salons. Un chiffre qui devrait encore diminuer. Le projet de création d'un Eros Center prévoit une centaine de places.

    Dans cette problématique, les policiers interviennent sur deux plans. "Il y a le plan de la police administrative, à l'initiative du bourgmestre, pour essayer de sécuriser d'une manière générale les immeubles" souligne le commissaire divisionnaire, Yves Hendrix, chef de la zone de police Seraing-Neupré. "Et puis il y a le volet de la police judiciaire, sous l'autorité du Procureur du Roi, qui est la logique de toute la traite des êtres humains. Trois fonctionnaires de police sont attachés à la gestion pratiquement quotidienne de cette thématique mais il est un fait certain que d'autres fonctionnaires de police, au quotidien, sont également amenés à s'impliquer dans le domaine".

    Chaque prostituée désirant travailler rue Marnix doit au préalable se faire inscrire auprès de la section moeurs et traite des êtres humains. "Dans un premier temps, nous prenons toutes les informations afin de s'assurer que celle-ci ne fait pas partie d'un réseau" explique l'inspecteur principal, David Van Limbergenet. "Nous les informons que nous sommes là également pour les écouter et les orienter vers le service adéquat si ça s'avère nécessaire. Dans un deuxième temps, il y a un aspect de contrôle. On est régulièrement sur place, de plus en plus. Elles peuvent nous téléphoner quand elles veulent. C'est un contact permanent, un contact préventif".

    Une présence et des contacts réguliers grâce auxquels les choses évoluent dans le bon sens, observent les policiers sérésiens.

    M. Giot


    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • A Seraing, plutôt que d'interdire la prostitution, la Ville a décidé de la réglementer et de l'encadrer.
    Image précédente

    A Seraing, plutôt que d'interdire la prostitution, la Ville a décidé de la réglementer et de l'encadrer.

    RTBF
    Image suivante
    • A Seraing, plutôt que d'interdire la prostitution, la Ville a décidé de la réglementer et de l'encadrer.

      A Seraing, plutôt que d'interdire la prostitution, la Ville a décidé de la réglementer et de l'encadrer.

Les suggestions du jour

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

  • Ce qui se passe au Burkina Faso est "un automne des pays africains"

    31 octobre 2014, 08:31

    L'Afrique est-elle en train de changer ? C'est en tout cas l'avis d'Oumou Zé, coordonnatrice de recherche et plaidoyer au CNCD. Invitée de L'acteur en Direct de Matin Première ce vendredi, elle affirme qu'il y a aujourd'hui "un ras-le-bol populaire des...

  • La lettre de la FGTB qui fâche les patrons wallons

    31 octobre 2014, 15:22

    "C’est une menace et cela ne va pas dans le bon sens pour une concertation sociale" affirme avec fermeté Jean-François Héris le patron des patrons wallons – "Absolument pas", rétorque Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, "la lettre dit que...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Dernière Minute

Vu sur le web