Après Publifin, ORES, qu'en est-il du BEP à Namur?

Le cadastre des intercommunales annoncé par le gouvernement ne devrait pas épargner le BEP namurois.
Le cadastre des intercommunales annoncé par le gouvernement ne devrait pas épargner le BEP namurois. - © BEP

Après Publifin, c'était mardi au tour d’ORES, le distributeur wallon de gaz et d'électricité, de supprimer des dizaines de postes d'administrateurs. La réforme était envisagée, mais pas aussi vite et pas de manière aussi radicale.

A Namur, qu'en sera-t-il du BEP ?

Le Bureau économique de la Province est une grosse intercommunale. D’ailleurs, il n’y a pas qu’un BEP mais quatre. Quatre conseils d'administration, autant de présidents et de comités de direction, une centaine d'administrateurs…

Est-ce bien nécessaire ?

Parcourir l'organigramme du BEP, c'est un vrai voyage en Province de Namur. Toutes les communes, même les plus reculées, y sont représentées. L'intercommunale fournit 95 postes d'administrateurs.

Jean-Claude Nihoul, bourgmestre de Fernelmont, préside un des quatre conseils d'administration du BEP. Pour lui, ce n'est pas pléthorique. "Les matières sont telles – déchets, développement économique… - qu’elles intéressent au premier chef, sur le terrain, les mandataires locaux. Et au conseil d’administration, nombreuses sont les questions qui sont spécifiques par rapport à des situations locales et pour lesquelles ils reçoivent une réponse directe."

Nous pourrions peut-être fonctionner avec un peu moins d'administrateurs, concède le président du BEP.

Le cumul des mandats pose problème

Pour Albert Mabille, secrétaire régional Écolo, administrateur du BEP, le problème ne sont pas les structures pléthoriques, mais le cumul des mandats par certains élus locaux. "Pour moi, la multiplication des mandats est un réel problème au niveau de la capacité des administrateurs de comprendre ce qui se passe dans une intercommunale. Et donc de pouvoir la contrôler."

En toutes hypothèses, le cadastre des intercommunales annoncé par le gouvernement ne devrait pas épargner le BEP namurois. 95 administrateurs et quatre présidents, pour une intercommunale provinciale, par les temps qui courent… c'est politiquement incorrect.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir