Namur: mouvement de grogne des policiers fédéraux à l'appel des syndicats

A l'appel des syndicats, CGSP en tête, des actions symboliques auront lieu ce vendredi à la police fédérale. Les syndicats veulent davantage de moyens humains et matériels.
A l'appel des syndicats, CGSP en tête, des actions symboliques auront lieu ce vendredi à la police fédérale. Les syndicats veulent davantage de moyens humains et matériels. - © Rtbf

Journée de protestation, ce vendredi, au sein de la police fédérale. Ce sera notamment le cas à Namur.

Si le préavis de grève est suspendu, les syndicats veulent maintenir la pression sur le gouvernement fédéral. Ils exigent des garanties pour éviter "la faillite de la police fédérale".


3 revendications

Trois revendications principales: plus d'effectifs, plus de moyens matériels et des infrastructures mieux adaptées. A Namur, les actions symboliques débuteront à 9h30, au bureau de la Police des Chemins de fer, à la gare. La délégation syndicale se rendra ensuite sur les sites "Pépin" et "Arsenal", deux autres sites de la police fédérale de Namur.

Spécificités namuroises

Parmi les problèmes spécifiques dénoncés par le front commun syndical, à Namur (et en province de Namur): le manque d'effectifs à la police des chemins de fer (problème accentué en raison du réaménagement du site); le manque de personnel au laboratoire technique et scientifique (site Pépin) ainsi qu'à la section économique et financière (également site Pépin). Enfin, le site Arsenal compte des cellules qui ne répondent plus du tout aux normes réglementaires. 

Rappelons que les syndicats dénoncent "une politique fédérale mettant en danger l'institution". Ils critiquent la N-VA pour ses "positions anti-fédérales". Et l'ensemble du gouvernement Michel qui "ne défendrait guère les services publics". 

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir