Aller directement au contenu principal

Liège: les Roumains n'ont pas tenté d'enlever un enfant

REGIONS | vendredi 14 septembre 2012 à 11h24

  • Le parquet a présenté vendredi matin devant la chambre du conseil de Liège un réquisitoire de non-lieu contre les trois Roumains, une femme et deux hommes, suspectés d'avoir commis une tentative d'enlèvement le mercredi 4 avril 2012 en fin d'après-midi à Seraing. Aucun élément ne subsiste à charge de ces trois individus après les devoirs d'enquête réalisés.

    Ces trois Roumains niaient leur implication dans les faits depuis leur arrestation. Ils avaient été interceptés, quelques minutes après la tentative supposée d'enlèvement d'un enfant de 6 ans à Seraing, par un homme qui s'était placé en travers de leur chemin. Mais il subsistait dans le dossier de nombreuses zones d'ombre, notamment sur la raison de leur présence sur les lieux des faits après la tentative d'enlèvement dénoncée par les habitants de la rue.

    Deux des inculpés avaient déjà été libérés durant la période d'instruction. Un seul individu reste encore actuellement détenu. Le parquet a requis sa remise en liberté, de même qu'un non-lieu général contre tous les inculpés.

    Selon l'avocat d'un des inculpés, les résultats des analyses scientifiques, notamment les relevés d'ADN, n'ont pas permis de confirmer leur implication dans une tentative d'enlèvement. De plus, la tentative d'enlèvement avait été dénoncée par des témoins sous l'influence de la boisson.

    L'ordonnance de la chambre du conseil est attendue pour le 21 septembre.

     

    Belga

    Voir

    Derniers commentaires

    • de Mama Ils ont bénéficier le doute, jusqu'au jour où ils réussiront leur coup; que dirant-on des citoyens qui prétendent eux-même faire la loi? c'est la fin qui justifie le moyen!!! méfiez-vous!!! à moins qu'ils changent de communes ils ne sont pas dupe, hein!

      15-10-2012 02:09 | Répondre

    • de erv Voilà ce qui arrive quand les citoyens prétendent faire eux-même la loi et rendre la justice sur base d'à priori et de vagues impressions. Maintenant on va devoir payer des dommages et intérêts aux gens injustement soupçonnés et emprisonnés.

      14-09-2012 12:54 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Palais de Justice de Liège.
    Image précédente

    Palais de Justice de Liège.

    RTBF
    Image suivante
    • Palais de Justice de Liège.

      Palais de Justice de Liège.

    • de Mama Ils ont bénéficier le doute, jusqu'au jour où ils réussiront leur coup; que dirant-on des citoyens qui prétendent eux-même faire la loi? c'est la fin qui justifie le moyen!!! méfiez-vous!!! à moins qu'ils changent de communes ils ne sont pas dupe, hein!

      15-10-2012 02:09 | Répondre

    • de erv Voilà ce qui arrive quand les citoyens prétendent faire eux-même la loi et rendre la justice sur base d'à priori et de vagues impressions. Maintenant on va devoir payer des dommages et intérêts aux gens injustement soupçonnés et emprisonnés.

      14-09-2012 12:54 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Régions

Dernière Minute

Vu sur le web