Liège: les escaliers de Bueren élus "les plus extrêmes du monde"

Liège: les escaliers de Bueren élus "les plus extrêmes du monde"
2 images
Liège: les escaliers de Bueren élus "les plus extrêmes du monde" - © RTBF
Rédaction RTBF

Les escaliers de Bueren, à Liège, ont été élus "escaliers les plus extrêmes du monde" par le magazine américain en ligne Huffington Post. Au total, 374 marches et un dénivelé de près de 30% ... pour le plus grand plaisir des visiteurs et des sportifs de l'extrême. Un peu moins pour les habitants.

C'est presqu'un mur: 374 marches et un dénivelé de près de 30 degrés. Un défi quotidien pour les Liégeois. On l'appelle d'ailleurs la "montagne de Bueren", ce n'est pas pour rien. Certains descendent à pied, d'autres préfèrent descendre en vélo. C'est le cas de Gaylord Cacheux, dit Sheldon, amateur de descentes de l'extrême : "La descente, c'est très douloureux dans les bras. Ce que je ressens quand je descends, ce sont les pulsations cardiaques qui accélèrent, la transpiration, les mains qui se crispent. Ce qu'il faut, c'est surtout bien tenir le guidon, sinon, c'est fini".

Descente extrême, montée d'adrénaline assurée, Bueren, Vincent Wintgen aussi connaît bien, mais dans l'autre sens : "Pour moi, ce qui est impressionnant ici par rapport à d'autres escaliers, c'est que ça reste frontal. Quand on arrive au pied, on voit la volée d'escaliers face à soi, et ça a quelque chose de particulier".

Cette année, Vincent a battu le record d'ascension : 1 minute 10. "On se sent vivre. c'est toujours un événement. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut faire chaque semaine".

Pourtant, à l'origine, ceux qui l'empruntaient le faisaient plusieurs fois par semaine. Les escaliers ont été construits en 1881 pour détourner les militaires. "Les militaires en permission descendaient dans le centre-ville pour les cabarets, bistrots et quartiers un peu chauds de l'époque" explique Fabrice Muller, guide touristique à Liège. "Ils étaient souvent un peu éméchés quand ils devaient rejoindre leur caserne. Et ils faisaient du tapage dans les rues avoisinantes comme la rue Pierreuse. On leur a donc fait un accès qui permettait de rejoindre directement la caserne".

Depuis, l'endroit est habité. La pire difficulté : le déménagement, comme en témoigne Danielle Bonfond, une habitante de Bueren : "Quand on a déménagé il y a 30 ans, on avait beaucoup d'amis et on avait disposé des bouteilles de vin à peu près à chaque pallier, ce qui fait que les gens ont pu, sans trop d'efforts, monter tout ce dont nous avions besoin".

C'est pour toutes ces raisons que le Huffington Post a élu Bueren, "Escaliers les plus extrêmes" du monde. Pourtant, la concurrence était rude, jusqu’aux célèbres temples d'Angkor, au Cambodge.

E. Destiné


Publicité

L'actualité des régions en vidéo




+ de vidéos