Aller directement au contenu principal

La Wallonie fait la fête et réfléchit à son avenir

REGIONS | Mis à jour le samedi 15 septembre 2012 à 19h04

  • Le temps d'un week-end, on fête la Wallonie aux quatre coins de la Région. Outre les nombreuses activités organisées un peu partout, il y a aussi le volet plus protocolaire : les discours de Rudy Demotte et de Patrick Dupriez, président du Parlement wallon. Le bourgmestre de Namur, lui, s'est réjoui que Namur soit confortée dans son rôle de capitale wallonne.

    La force des Wallons dépend du dynamisme économique de la Région

    A l'heure où le débat sur un plan B et les échéances de 2014 ont repris de la force, le ministre-président wallon Rudy Demotte a rappelé ce qui pour lui doit être la priorité de la Wallonie: son dynamisme économique.

    "Personne ne sera en mesure de dicter de manière unilatérale sa volonté aux Wallons. Vous savez ce qui comptera finalement, c'est le rapport de forces (...). Et la force des Wallons, elle ne dépend pas d'abord d'un plan A, B,... W, X, Y ou Z, centré sur l'institutionnel. La force des Wallons dépend du dynamisme économique de la Wallonie, de son projet économique, de sa capacité à assurer le bien-être de sa population, dans tous les cas de figure. Je le répète: dans tous les cas de figure", a-t-il déclaré, avant d’ajouter " Ma mission va au-delà de cette législature".

    Une circonscription électorale unique

    Le président du parlement wallon, Patrick Dupriez (Ecolo), a pour sa part relancé l'idée de créer une circonscription électorale à l'échelle de la Wallonie. A l'aube de la 6e réforme de l'Etat qui donnera une autonomie accrue aux Régions, il y voit un moyen de conforter l'identité régionale et l'autorité des institutions wallonnes.

    "Si la Wallonie ne veut pas se contenter d'être une soustraction de la Belgique, elle doit, elle-même, devenir résolument plus que la somme de ses parties et de ses sous-régions. Il est désormais possible pour notre Région d'organiser l'élection de ses députés en partie sur la base d'une circonscription couvrant l'ensemble du territoire régional. Cette circonscription régionale favoriserait un débat et une représentativité démocratique à l'échelle de la Wallonie", a-t-il déclaré lors de la réception officielle des Fêtes de Wallonie.

    L'appel n'est pas neuf. L'an passé à la même occasion, les ministres Jean-Claude Marcourt (PS) et Jean-Marc Nollet (Ecolo) avaient tenu un plaidoyer similaire.

    Et comme l'an passé, le cdH n'a guère apprécié la sortie de Patrick Dupriez. Aux yeux du président du parti, Benoît Lutgen, il est sorti de son rôle. "Un président de parlement doit être au-dessus de la mêlée. J'ai apprécié les discours tenus précédemment. Ici, j'ai davantage entendu un co-président d'Ecolo qui s'exprimait".

    Le président du parlement a par ailleurs consacré une large part de son discours aux échéances institutionnelles qui attendent la Wallonie. A ses yeux, il est nécessaire d'ouvrir le débat sur la manière dont la Région mettra en œuvre ses nouvelles compétences. "Faisons-le vite, pour être prêt en 2014", a-t-il lancé. Un débat qu'il conçoit en "partenariat étroit avec Bruxelles" et que le scrutin qui suivra rend d'autant plus important.

    "Nul ne sait quel contexte politique, quel emballement ou quel blocage, quel apaisement ou quelle solution pourraient résulter des élections fédérales et régionales de 2014. Mais quel que soit l'avenir de la Belgique, la Wallonie a besoin de trouver, en elle-même et en relation étroite avec Bruxelles, les ressources matérielles et symboliques de son avenir".

    Un discours trop convenu aux yeux du MR

    Le chef de groupe MR au parlement wallon, Willy Borsus, a qualifié le discours de Rudy Demotte "d'assez convenu".

    "C'est un discours qui répète les conclusions de Tournai (où le gouvernement a tenu son séminaire de rentrée). Je n'ai pas senti une mobilisation forte et encore moins l'annonce des réformes attendues", a-t-il expliqué samedi, en marge de la réception officielle des Fêtes de Wallonie.

    Namur, capitale wallonne

    En 2010, le Parlement wallon a approuvé un décret instituant pleinement la cité comme capitale de la Région wallonne. Cette année, le gouvernement wallon a fait le choix de Namur comme siège de la future Ecole d'administration publique que lui disputait Charleroi.

    "Les esprits blasés ne se lassent pas d'objecter que cette école d'administration n'entraînera pas à Namur une nuée d'emplois nouveaux. Certes. Mais l'enjeu était autre. Il s'agissait de faire respecter notre statut de capitale politique et administrative. Il s'agissait surtout de donner à la future école les meilleures chances de succès en la plaçant idéalement au coeur du territoire wallon", a estimé Maxime Prévost, le bourgmestre de Namur.

    La 6e réforme de l'Etat donnera aux Régions de nouvelles compétences. Namur s'est d'ores et déjà préparée à cette échéance, a souligné Maxime Prévot. Avec le Bureau Economique de la province (BEP), la Ville a recensé les bâtiments disponibles pour accueillir de nouvelles administrations et de nouveaux fonctionnaires.

    Cette fonction de capitale d'une Région aux compétences accrues constitue également un enjeu en termes de mobilité. Namur se trouve au centre de l'axe lotharingien, entre Bruxelles et Luxembourg, qui risque de souffrir d'un retard dans la modernisation des lignes ferroviaires 161 (Bruxelles-Namur) et 162 (Namur-Luxembourg). Maxime Prévot a exprimé son inquiétude à ce sujet.

    "Nous aimons croire que cette hypothèse n'est pas fondée. Ou que nos représentants wallons dans les instances concernées sauront le cas échéant empêcher ce mauvais coup. Car si cette sombre perspective devait se concrétiser, cela serait particulièrement préjudiciable à notre ville".

    De l'amusement aussi

    Les fêtes de Wallonie, c'est aussi la musique et les concerts tout ce week-end à Namur, La Louvière ou encore Liège. Ce vendredi déjà, le centre de la cité ardente était noir de monde.

    Pour écouter Jali, Roberto Bellarosa, Quentin Mosimann et Michel Fugain, plus de 2000 personnes ont bravé la pluie vendredi soir. Écoutez le reportage tout en musique ci-contre.

    Les concerts ont continué ce samedi soir aux quatre coins de la Wallonie. La plupart des artistes présents à Liège vendredi ont foulé la scène de la Louvière samedi soir.

    RTBF et Belga

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    P. Dupriez, président du gouvernement wallon, en direct des fêtes de Wallonie

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      P. Dupriez, président du gouvernement wallon, en direct des fêtes de Wallonie

    • Cliquez pour visionner

      Portrait P. Dupriez, nouveau président du parlement wallon

    • Cliquez pour visionner

      L'alcool aux fêtes de Wallonie

    • Cliquez pour visionner

      Les fêtes de Wallonie battent son plein

    • Cliquez pour visionner

      Les discours politiques aux fêtes de Wallonie

  • La Wallonie fait la fête
    Image précédente

    La Wallonie fait la fête

    Monika Wachter
    Image suivante
    • La Wallonie fait la fête

      La Wallonie fait la fête

    • Les Wallons sont à la fête durant tout ce week-end

      Les Wallons sont à la fête durant tout ce week-end

  • Liège: ambiance musicale aux fêtes de Wallonie (F. Braibant - V. Brichet)
    • Liège: ambiance musicale aux fêtes de Wallonie (F. Braibant - V. Brichet)

Les suggestions du jour

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

  • Ce qui se passe au Burkina Faso est "un automne des pays africains"

    31 octobre 2014, 08:31

    L'Afrique est-elle en train de changer ? C'est en tout cas l'avis d'Oumou Zé, coordonnatrice de recherche et plaidoyer au CNCD. Invitée de L'acteur en Direct de Matin Première ce vendredi, elle affirme qu'il y a aujourd'hui "un ras-le-bol populaire des...

  • La lettre de la FGTB qui fâche les patrons wallons

    31 octobre 2014, 15:22

    "C’est une menace et cela ne va pas dans le bon sens pour une concertation sociale" affirme avec fermeté Jean-François Héris le patron des patrons wallons – "Absolument pas", rétorque Marc Goblet, secrétaire général de la FGTB, "la lettre dit que...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Dernière Minute

Vu sur le web