Les trufficulteurs de Pipaix

Des truffes noires "Melano sporum" qui viennent du Sud de la France
2 images
Des truffes noires "Melano sporum" qui viennent du Sud de la France - © I. Palmitessa

En Belgique, quand on parle de produire des truffes, il s'agit souvent de truffes au chocolat. Mais à Pipaix, près de Leuze, un chauffagiste et son épouse se sont lancés il y a une dizaine d'année dans la production de vraies truffes. Ces truffes noires, rares et très chères. Bien sûr, les précieux champignons ne poussent pas en Hainaut mais bien dans le Languedoc-Roussillon où Benito et Béatrice Tommasetti ont acquis une maison. C'est là qu'ils nous reçoivent. Sur la table de la salle à manger, Benito dépose une grande boîte en plastique dont il ouvre délicatement le couvercle. Un parfum puissant envahit la pièce. Il provient de ces quelques boules noires alignées dans leur écrin. "Vous avez devant vous les diamants noirs", annonce Benito. Il s'agit de "Melano sporum", ces fameuses truffes noires que l'on retrouve dans les mets gastronomiques. Leur valeur est d'environ 990 euros le kilo...

Mais que font ces truffes chez un chauffagiste de Pipaix?

Le coup de coeur pour une maison

C'est par hasard que Benito et son épouse Béatrice sont devenus trufficulteurs. Ils ont eu un coup de cœur pour une maison dans le Sud de la France, près d'Argelès, une bâtisse à laquelle est accolée un domaine d'un hectare couvert de chênes truffiers. "Je n'y connaissais rien du tout, je me demandais ce que j'allais faire de ça, parce qu'il y a quand même 433 chênes truffiers. le vendeur m'a dit qu'il me donnerait un coup de main..." Avec les conseils précieux des locaux et à force d'étude et de travail, le couple de Pipaix a développé un savoir-faire. Mais trouver des truffes, ce n'est jamais une certitude: "Tout ce qui nous échappe c'est toujours la météo, les conditions climatiques et puis les parasites extérieurs. C'est la nature qui décide". Heureusement, il y a Italo, un fox terrier dressé pour dénicher les truffes. Béatrice a appris au chien à apprécier les truffes depuis son plus jeune âge: "Pendant deux ans et demi, on a travaillé avec lui, au début on lui donnait des petits morceaux, on le laissait manger. Ensuite, on les a cachés dans des balles de tennis. ça a mis du temps mais maintenant, il met la truffe en gueule et il nous la donne tout de suite". Benito et Béatrice vendent leurs truffes à un petit réseau de professionnels et de particuliers en Belgique. Une vie faite de travail, de passion et d'aller-retours entre Pipaix et le Languedoc Roussillon.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir