Les maîtres du Kung-Fu, les moines Shaolin, en visite à Lessines

On s'applique, face aux moines Shaolin...
5 images
On s'applique, face aux moines Shaolin... - © Charlotte Legrand

Ils débarquent tout droit de leur province de Henan, en Chine. Deux moines guerriers venus faire une démonstration de leur maîtrise du Kung-Fu, art martial millénaire né dans un temple Shaolin. Pour les plus motivés, un stage était organisé ce dimanche. 7 heures de Kung-Fu, rien que ça...Reportage

Cela fait une heure que le coup d'envoi du stage a été donné. Une heure d'échauffement, de (tentatives de) grand écart, de sauts, d'extensions...Christine s'est arrêtée quelques minutes, pour reprendre son souffle et boire un coup. "Je crois que je suis la seule véritable débutante, ici", nous confie-t-elle. Christine vient d'Alost. "J'aime bien tout ce qui a trait à la Chine, aux temples, aux Shaolin...Mon mari fait du karaté, ça l'intéresse aussi le Kung fu. Alors je lui ai dit 'tu sais quoi? on s'inscrit au stage!". Ce matin, elle a l'air de regretter un petit peu. Elle se demande surtout comment elle va tenir le coup jusqu'à 17 heures.

"Nous, on a un peu plus l'habitude", expliquent quelques fillettes. Elles pratiquent une forme de kung-fu (le Wushu) dans la région de Charleroi. "Mais c'est un peu différent, l'échauffement par exemple il dure plus longtemps". Ici, c'est clair, les moins ont démarré sur les chapeaux de roue. Eux s'entraînent tous les jours, "dix heures par jour", précise l'un d'eux. "La journée commence à 5 heures du matin, par de la médiation, puis la pratique du kung-fu, enfin la prière". C'est cette dimension spirituelle qui a attiré Vassili, un tout jeune pratiquant. "J'ai commencé le kung fu en décembre seulement", raconte le jeune homme. "Je suis pratiquant bouddhiste. Dans les arts martiaux, c'est le kung fu qui me convient le mieux, car il mixe la technique et la spiritualité, la maîtrise de soi, le respect de son adversaire..."

"C'est l'art martial le plus complet", renchérit Denis, un des membres de son club. Il est venu avec sa fille Valentine, "impressionnée par les moines Shaolin". Denis les a déjà vus en spectacle, à Bercy. "C'était il y a longtemps, dans les années 80!" L'an dernier, la représentation à Bercy a été annulée, "car la Chine n'avait pas accordé aux moines le visa nécessaire", explique-t-il. "C'est jamais gagné, quand vous voulez faire venir les moines Shaolin! Il y a toujours un risque!" "Effectivement ce n'est pas simple", confirme Virginia Fantoni, la présidente du Club de Kung Fu des Collines.

"On espère toujours que la Chine va donner l'autorisation, ce qui n'est pas chose sûre". Sous le regard des deux moines, Ethan s'applique. Tente de comprendre leurs conseils, dans un mélange de chinois et d'anglais, heureusement traduit par un interprète. Ethan attend avec impatience le moment où les Shaolin vont sortir les armes: épées, sabres, couteaux, nunchakus..."Moi j'aime à croire que le temple shaolin c'est le berceau des arts martiaux, et que tous les arts martiaux en découlent. Le kung-fu allie tant les techniques de poing et de pied, que les techniques de combat, que les clés, que la self défense, les armes traditionnelles...de tout!", observe Virginia Fantoni. Un peu plus tard, nous retrouvons Christine, toujours vaillante, mais de plus en plus essoufflée. "Allez, je ne regrette pas! Surtout pas le spectacle, que nous avons vu hier, qui était formidable. Mais le stage...s'ils le refont l'an prochain, c'est sans moi", confie-t-elle dans un éclat de rire.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir