Les cyclistes félicités par le GRACQ ce mardi matin

Timothée, un jeune cycliste qui se rend régulièrement à l'école à vélo. Les avantages selon lui: moins de bouchons et moins de pollution
3 images
Timothée, un jeune cycliste qui se rend régulièrement à l'école à vélo. Les avantages selon lui: moins de bouchons et moins de pollution - © Sébastien Remacle - RTBF

Ils sont habitués aux coups de klaxon mais ceux de ce matin font du bien au moral. Les citoyens qui se déplacent à vélo étaient encouragés par des membres du GRACQ ce mardi matin à 120 endroits du pays. Le GRACQ, groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens, se trouvait notamment place d'Armes à Namur.

"Le principe, c'est de soutenir ceux qui ont fait le choix d’utiliser le vélo pour se déplacer au quotidien," détaille Jean Paul Docq, responsable de la section namuroise du GRACQ. "C'est aussi l'occasion de manifester sur la voie publique pour mettre en avant l'importance de faire une place aux cyclistes, notamment en sensibilisant par notre présence les automobilistes et autres usagers de la voie mais aussi, indirectement, les décideurs politiques pour que le cycliste soit mieux pris en compte dans l'organisation de la mobilité."

Namur, ville cycliste ?

Depuis 2012, la ville s'est dotée d'un système de vélos en libre service que la population peut utiliser en location. Ce sont les "Bia Vélos". Ils sont 217 répartis dans 26 stations. On recense aujourd'hui 1300 abonnés, et quelques 285 000 utilisations en l'espace de 5 ans.

Selon les chiffres du cabinet de l'échevine de la Mobilité, le nombre de cyclistes qui utilisent le vélo au quotidien a quadruplé ces 10 dernières années à Namur.

"Comme le dit l'adage, l'outil crée l'usage," se réjouit Jean Paul Docq. "Si on prévoit les équipements pour circuler, pour pouvoir se garer, ça appelle les cyclistes. On voit très bien que lorsqu'on installe un parking-vélos devant la gare, il se remplit. Plus on en met, plus il y a de cyclistes." 

Tout n'est cependant pas rose pour les amoureux de la petite reine dans la capitale wallonne. Parmi les points noirs identifiés, la traversée du pont de Louvain, du pont d'Heuvy et du pont de Jambes. Des voiries régionales reconnait le GRACQ qui réclame tout de même pour ces endroits des aménagements.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir