Le soldat retrouvé sur le site de Waterloo serait Hanovrien

La découverte est rarissime
La découverte est rarissime - © Belga
Rédaction RTBF

Le mystère se dissipe autour du soldat de 1815 dont le squelette, en parfait état, a été découvert, en juin dernier, à proximité de la Butte du Lion à Waterloo. On savait déjà que l'individu était âgé d'une vingtaine d'années au moment de sa mort. Sa nationalité n’était pas encore déterminée. Aujourd’hui, c’est fait. Il ne serait ni Français ni Anglais mais Hanovrien.

Les expertises avaient déjà démontré que l’individu avait entre 20 et 29 ans et mesurait environ 1 mètre 60. Le soldat était légèrement bossu et souffrait d'une malformation osseuse. Il ne s'agissait donc pas d'un cavalier, selon les anthropologues.

De nouveaux éléments permettent à présent de penser que ce soldat était Hanovrien. La balle qui l'a tué, le modèle de son fusil et les pièces de monnaie retrouvées autour de son corps ont forgé la conviction des spécialistes.

Dominique Bosquet est archéologue au Service public de Wallonie :

"La balle est française, le fusil était un fusil utilisé par les alliés dont les Hanovriens et il avait de la monnaie hanovrienne en poche. Le squelette a été retrouvé à un endroit où se trouvaient les troupes de Brunswik et les troupes hanovriennes. Que ce soit un allié ne fait aucun doute. Que ce soit un allié, il y a vraiment très peu de doute et parmi les nations alliées, il y a quand même de fortes chances que ce soit bien un Hanovrien".

Le squelette parlera-t-il encore ?

En ce qui concerne les objets qui ont été retrouvés avec lui, il y a une boucle de ceinture en cours de restauration. Elle permettrait peut-être de resserrer les renseignements au niveau du régiment. Une cuillère, par contre, a déjà été restaurée et ne porte aucune marque régimentaire.

Dominique Bosquet estime que l’on a fait un peu le tour de ce qu’il y a moyen de tirer du matériel retrouvé associé à ce soldat.

Une analyse ADN du squelette pourrait peut-être en dire plus. Mais ce test est très onéreux et selon les archéologues, ce serait disproportionné au vu de l’intérêt purement scientifique de la découverte.

 

Hugues Van Peel


L'actualité des régions en vidéo




+ de vidéos