Aller directement au contenu principal

10 000 manifestants sur la place communale de Seraing

REGIONS | Mis à jour le mercredi 26 octobre 2011 à 16h33

  • Le personnel d'ArcelorMittal et de nombreux travailleurs solidaires se sont mobilisés ce mercredi matin pour dire non à la fermeture de la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise. Au total, 10 000 personnes étaient présentes sur la place communale de Seraing. Vers 11 heures, le rassemblement a commencé à se disloquer dans le calme.
    Ce mercredi matin était placé sous le signe de la solidarité et de la mobilisation du côté de Seraing. A l’appel du front commun syndical, les travailleurs d’ArcelorMittal se sont rassemblés sur la place communale pour dire non à la décision du groupe sidérurgique de fermer toute la phase liquide dans le bassin liégeois. Une décision qui met fin à plusieurs milliers d’emplois, directs et indirects.

    Fermer la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise, c'est déjà ce que le groupe avait décidé en février 2003. Le rachat par Mittal et la relance en 2008 n'auront été que des espoirs de courte durée. Le patron anglo-indien de l'acier liégeois a finalement raisonné comme ses prédécesseurs.

    Le rassemblement dans le détail

    Dès 8H30, trois cortèges sont partis du centre Acier de Flémalle, de Ferblatil à Tilleur et le troisième du haut-fourneau d'Ougrée. Vers 10 heures, les cortèges sont arrivés au lieu de rassemblement, sur la place communale, au centre de Seraing. Le meeting a rassemblé plusieurs orateurs syndicaux (FGTB et CSC).

    Parmi les intervenants, Francis Gomez, le président des métallos FGTB, qui a réaffirmé la volonté du maintien de la sidérurgie intégrée à Liège. Ceux qui l'on précédé à la tribune ont tenu le même genre de discours. Pierre Lépine, le président de la CSC Liège-Huy-Waremme, fustigeant l'attitude de Lakshmi Mittal, le patron du groupe sidérurgique, et appelant les politiques wallons. Marc Gobelet, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme a fait de même. Pour lui, les politiques ont un devoir moral, celui de se réapproprier la sidérurgie liégeoise. Quant à Jordan Atanasov, le président des métallos CSC, il a notamment expliqué qu'une fois le chaud fermé, ce serait le froid qui suivrait car pour lui, ce serait tout simplement la fermeture définitive du bassin liégeois.

    Il n'y a pas eu d'intervenant politique. A la fin des discours, peu après 11 heures, le rassemblement s'est disloqué. Aucun débordement n'a été signalé.

    Afin d'encadrer les manifestants, aucun policier fédéral ni d'autopompe n’a été mobilisé. Uniquement des policiers locaux des zones concernées: Seraing, Flemalle et Ans-Saint-Nicolas. Soit, en tout, une centaine d'hommes. La zone de police de Liège était également prête à intervenir en renfort. D'importantes mesures de circulation avaient aussi été prévues sur le parcours des cortèges et au centre de Seraing.

    Au total, environ 10 000 personnes se sont rassemblées sur la place communale de Seraing, selon les syndicats et les forces de l'ordre.

    Appel au calme

    Le mot d’ordre avait été lancé par les syndicats au travers diverses assemblées générales ou réunions d’information avec les acteurs régionaux : il ne s’agit pas de casser ! ''Cela doit être une manifestation digne et calme'', a lancé Jean-Luc Rader (secrétaire régional FGTB métal).

    Et effectivement, la situation était ce mercredi différente de 2003 ou 2009, à Luxembourg, le siège social d’ArcelorMittal, où l’on avait noté plusieurs affrontements avec les forces de l’ordre. ''Ce n’est pas ici, à Seraing, que les centres de décision se trouvent. Ici, il faut montrer que la population se mobilise pour nous. Et ce n’est pas en lui faisant peur qu’elle nous rejoindra.''

    Solidarité des travailleurs wallons

    Plusieurs délégations de travailleurs wallons – voire étrangers (c’est le cas des ouvriers du site lorrain d’ArcelorMittal) – sont venus gonfler les rangs des manifestants. Ainsi, à Charleroi par exemple, 300 militants de la FGTB et de la CSC ont embarqué dans des cars tôt ce mercredi matin. Direction Liège. ''C’est important de marquer notre solidarité car ce qui arrive à Liège pourrait très bien arriver ailleurs'', a déclaré Daniel Piron (secrétaire régional de la FGTB).

    Camillo D'Aloisio (permanent CSC métal), lui, est revenu sur l’effet domino qu’entraîne une telle fermeture : ''La situation n’est globalement pas meilleure en Hainaut. Il y a aussi des emplois qui se perdent tous les jours, non seulement dans la sidérurgie même mais aussi chez les sous-traitants.'' Exemples : chez Aperam ou aux tréfileries de Fontaine-l’Evêque. ''On doit rester vigilant !''

    Solidarité des Sérésiens

    A cette mobilisation générale des travailleurs sont également venus se joindre les habitants de la Ville. Les commerçants qui, pour bon nombre d’entre eux, ont fermé leur boutique ce mercredi. Les écoles de la région ont tourné au ralenti. Mais aussi les agents communaux qui ont été autorisés à quitter leur service le matin pour être aux côtés des métallos d’Arcelor.

    Les réactions politiques

    Politiquement aussi, cette fermeture de la phase à chaud a suscité de multiples interventions au parlement wallon mardi. Le ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, a répondu à une quinzaine d'interpellations et a indiqué qu'il souhaitait plus de clarté pour le froid. ''Je ne comprends pas qu’un groupe de cette importance ne vienne pas avec un plan industriel complet. Ils disent que le froid est un outil important (…) Nous sommes pourtant disponibles pour travailler avec eux afin de développer la filière à froid.'' Sans réponse jusqu’à présent.

    Un conseil d’entreprise devrait avoir lieu fin de la semaine. Il devrait apporter quelques réponses à ce sujet. ''De mon côté, rappelle le ministre, je continuerai à garder contact avec les dirigeants. Nous avons besoin d’une vision à long terme de l’outil, du site.'' 

    Xavier Van Oppens, M. Hildesheim, F. Louis, R. Hermans

    Voir

    Derniers commentaires

    • de ouvrier de Chertal Suite à cet évènement, un excellent film a été réalisé sur le travail en pause à l'aciérie de Chertal. Ce court métrage de 12 min intitulé "pause2" a gagné le prix de la réalité au festival du film amateur de Namur en 2006. Le jeune ouvrier intérimaire avait réalisé et produit ce film sur une période de 2 ans, il serait intéressant de diffuser ce ilm à l'antenne pour retracer les faits et gestes au travail des chertaliens.

      27-10-2011 10:02 | Répondre

    • de ouvrier de Chertal un excellent film a été réalisé par un intérimaire à la Coulée continue et l'aciérie de Chertal. Ce court métrage de 12 minutes qui s'intitule "pause2" à gagner le prix de la réalité au festival du film amateur à Namur en 2006. Pendant une période d'environ de deux ans ce jeune ouvtier à filmer une équipe en pause sur le lieu de travail, avant de reprendre des études audio visuel à l'académie des beaux arts de Liège. Ce serait intéressant que ce film puisse passer sur vos ondes.

      27-10-2011 08:32 | Répondre

    • de Délégué FGTB-Auto5, Carlos Pontigo. Nous, travailleurs d’Auto5, avons montré notre soutien pour la sidérurgie Liégeoise et pour le bassin Liégeois … et ce n’est pas fini. Une petite ile dans l’océane d’amnésie, rassemblons les iles pour fusionner en un grand continent « continent Sociale ».

      26-10-2011 16:20 | Répondre

    • de jimmy Non mr Pontigo! Nous les travailleurs, beaucoup plus de 10.000, 20.000, 30.000, qui avons travaillé dur aujourd'hui nous ne sommes pas d'accord. Nous avons connu le chômage, les difficultés, mais nous avons lutté intelligemment. Nous nous sommes recyclés, les cours du soir etc, nous avons accepté des travaux ingras, loin de chez nous, alors vous pensez bien qu'on ne va pas être solidaire des syndicats qui se moquent des petits ouvriers que nous sommes. NON monsieur!!!

      26-10-2011 19:25 | Répondre

    • de jeje Tout à fait d'accord cher dodain. Less syndicats n'ont qu'un but : appeler la population à l'émeute, alors que la situation demande du calme et de la réflexion.

      26-10-2011 16:07 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Vidéo précédente

    En direct de Seraing

    Vidéo suivante
    • Cliquez pour visionner

      En direct de Seraing

    • Cliquez pour visionner

      Au coeur de la manifestation avec les travailleurs de Seraing

    • Cliquez pour visionner

      Une famille de sidérurgistes

    • Cliquez pour visionner

      Les discours des représentants syndicaux

    • Cliquez pour visionner

      En bref : Communiqué de la direction d'Arcelor

    • Cliquez pour visionner

      Seraing, ville morte

  • A 10 heures, place communale
    Image précédente

    A 10 heures, place communale

    RTBF
    Image suivante
    • A 10 heures, place communale

      A 10 heures, place communale

    • A 9 heures 20, la mobilisation était déjà importante place communale

      A 9 heures 20, la mobilisation était déjà importante place communale

    • L'un des cortèges, en marche vers le centre de Seraing

      L'un des cortèges, en marche vers le centre de Seraing

    • La grogne des ouvriers devant le centre Acier de Flémalle.

      La grogne des ouvriers devant le centre Acier de Flémalle.

    • Le haut-fourneau d'Ougrée, voué à disparaître.

      Le haut-fourneau d'Ougrée, voué à disparaître.

    • La tombe de John Cockerill.

      La tombe de John Cockerill.

    • La plupart des commerçants de Seraing étaient également solidaires ce mercredi

      La plupart des commerçants de Seraing étaient également solidaires ce mercredi

  • A la rencontre des commerçants et agents communaux solidaires (F. Louis)
    • A la rencontre des commerçants et agents communaux solidaires (F. Louis)
    • A Seraing, des représentants de tous secteurs sont venus manifester leur solidarité aux travailleurs (M. Giot)
    • de ouvrier de Chertal Suite à cet évènement, un excellent film a été réalisé sur le travail en pause à l'aciérie de Chertal. Ce court métrage de 12 min intitulé "pause2" a gagné le prix de la réalité au festival du film amateur de Namur en 2006. Le jeune ouvrier intérimaire avait réalisé et produit ce film sur une période de 2 ans, il serait intéressant de diffuser ce ilm à l'antenne pour retracer les faits et gestes au travail des chertaliens.

      27-10-2011 10:02 | Répondre

    • de ouvrier de Chertal un excellent film a été réalisé par un intérimaire à la Coulée continue et l'aciérie de Chertal. Ce court métrage de 12 minutes qui s'intitule "pause2" à gagner le prix de la réalité au festival du film amateur à Namur en 2006. Pendant une période d'environ de deux ans ce jeune ouvtier à filmer une équipe en pause sur le lieu de travail, avant de reprendre des études audio visuel à l'académie des beaux arts de Liège. Ce serait intéressant que ce film puisse passer sur vos ondes.

      27-10-2011 08:32 | Répondre

    • de Délégué FGTB-Auto5, Carlos Pontigo. Nous, travailleurs d’Auto5, avons montré notre soutien pour la sidérurgie Liégeoise et pour le bassin Liégeois … et ce n’est pas fini. Une petite ile dans l’océane d’amnésie, rassemblons les iles pour fusionner en un grand continent « continent Sociale ».

      26-10-2011 16:20 | Répondre

    • de jimmy Non mr Pontigo! Nous les travailleurs, beaucoup plus de 10.000, 20.000, 30.000, qui avons travaillé dur aujourd'hui nous ne sommes pas d'accord. Nous avons connu le chômage, les difficultés, mais nous avons lutté intelligemment. Nous nous sommes recyclés, les cours du soir etc, nous avons accepté des travaux ingras, loin de chez nous, alors vous pensez bien qu'on ne va pas être solidaire des syndicats qui se moquent des petits ouvriers que nous sommes. NON monsieur!!!

      26-10-2011 19:25 | Répondre

    • de jeje Tout à fait d'accord cher dodain. Less syndicats n'ont qu'un but : appeler la population à l'émeute, alors que la situation demande du calme et de la réflexion.

      26-10-2011 16:07 | Répondre

    • de de Josette les travailleurs ne doivent pas se résigner, ils ne doivent pas baisser les bras et continuer à se battrent jusqu'au bout pour sauver la Sidérurgie Liégeoise et leurs Emplois..Ils ont tout donné pour conserver celui-ci.Je suis tout-à-fait scandalisé, honteuse de vivre dans un pays où les "gens sont très égoïstes" quand j'entend dire à l'intervieux d'une radio ce matin que cela ne sert à rien de faire une manifestation aussi grandiose, qu'il est trop tard, qu'ils n'ont qu'à se recycler et tourner la page comme eux l'on fait. Ceux ou celles qui pensent de cette manière ne pensent pas qu'en Wallonie, il n'y a pas d'emplois pour caser toutes ces personnnes; n'oubliez pas que ce n'est pas uniquement des "Sidérurgistes Liégeois" mais aussi beaucoup d'autres personnes extérieur : indépendant,sous-traitant, transporteurs etc...;et cela jouera sur votre porte-feuille car l'économie de la Wallonie est déjà très appouvrie avant cette "catastrophe".

      26-10-2011 12:45 | Répondre

    • de dodain Continuons à sequestrer des direction d'entreprise. Ca fait un bien fou à l'emploi !! Comment croyez vous que réagit un grand patron qui doit fermer une usine dans le monde parce qu'il a trop de capacité et qui entend qu'en Belgique sa direction est séquestrée ... A force de laisser nos syndicalistes jouer les fiers à bras - terroristes (je parle des délégués de terrain), on se retrouvera dans un désert industriel ... Alors, que feront ils ? Ils deviendront peut être patrons, mais sûrement pires que ceux qu'ils critiquent autant. Pauvre Wallonie engluée dans ses réflexes du passé ! merci les rouges !!

      26-10-2011 11:53 | Répondre

    • de gege tu n as surement pas de souci de travaille pour parle ainsi

      26-10-2011 12:30 | Répondre

    • de Chris C'est à la fois super tendancieux et simpliste d'écrire tout cela. A un chouïa près, le discours du MR !

      26-10-2011 17:11 | Répondre

    • de erv Comment ça "plus de dix mille travailleurs d'ARCELOR MITAL" ? Il n'y en a pas autant pour l'ensemble de la BELGIQUE !

      26-10-2011 11:38 | Répondre

    Signaler un abus

    Une erreur a eu lieu, veuillez essayer plus tard. Merci, votre remarque sera prise en compte dans les plus bref délais.
    1000 caractères max

Les suggestions du jour

  • Pour l'IRM, les risques de délestage cet hiver sont limités

    01 novembre 2014, 07:00

    Il n'y aura sans doute pas de black out énergétique cet hiver. C'est en tout cas ce qui ressort d'une étude de l'Institut Royal de Météorologie (IRM). En début de semaine prochaine, c'est le retour des températures de saison. Avec elles, les craintes...

  • L'Agence Mondiale Antidopage dit avoir atteint son degré de maturité

    01 novembre 2014, 07:00

    L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) a provoqué un rendez-vous avec son histoire en organisant son premier Symposium pour la science et les enquêtes à Istanbul. Une rencontre internationale durant laquelle les experts du sport, des sciences et de la Police...

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Dernière Minute

Vu sur le web