La mère de la petite Diana Farkas en détention préventive trois mois de plus

La chambre du conseil doit décider si Juliana Santana Duran doit être internée ou renvoyée devant les Assises.
La chambre du conseil doit décider si Juliana Santana Duran doit être internée ou renvoyée devant les Assises. - Belga
Rédaction RTBF

La chambre du conseil de Charleroi se penchait ce jeudi matin sur le cas de Juliana Santana Duran, cette maman qui a étranglé et découpé sa petite fille de 5 ans, en mai dernier à Charleroi. Les débats n'ont finalement pas porté aujourd’hui sur le fait de savoir si la jeune femme était responsable de ses actes. Par contre, il a été décidé de prolonger sa détention préventive pour une durée de trois mois.

En d’autres mots, la chambre du conseil n'a pas décidé aujourd'hui si la maman devait être internée ou jugée par une cour d’assises. Un rapport a toutefois été rendu à la justice mais il est gardé secret par l’instruction. Cette décision pourrait, au mieux, intervenir à la fin du mois d'octobre.

Aujourd’hui, l’avocat de la maman de Diana, Frédéric Ureel, conteste la qualification d’assassinat et estime que sa cliente a "explosé après des années de souffrance". Elle se dit victime de violence conjugale et ne voulait pas, ajoute-t-il, faire subir la même chose à sa fille.

Le père, lui, nie ces accusations en bloc.

Grégory Fobe


Publicité

L'actualité des régions en vidéo




+ de vidéos