Aller directement au contenu principal

La gastronomie belge compte une étoile féminine à Huy, Arabelle Meirlaen

REGIONS | jeudi 8 mars 2012 à 9h03

  • Ce 8 mars, journée internationale de la femme, est l'occasion d'évoquer des femmes au parcours exceptionnel. En Belgique, il n'y a qu'une seule femme cheffe étoilée: Arabelle Meirlaen, du restaurant Li Cwerneu, à Huy.

    Les femmes à la cuisine! A priori le cliché voudrait qu'elles y soient très nombreuses. Dans la cuisine familiale peut-être mais dans la cuisine gastronomique, c'est beaucoup moins le cas. Visite de la cuisine d'une cheffe étoilée, Arabelle Meirlaen à Huy.

    "Ici, je prépare les langoustines marinées au citron. En fait, elles sont cuites au citron vert et au citron bergamote. Et Linda, elle, prépare les jardins et les lingots d'or du foie gras.

    -Ce sera deux dégustations à la 6, cheffe!"

    La cheffe, c'est Arabelle Meirlaen, Arabelle et Linda en cuisine, Pierre et Xavier en salle. 

    Au Li Cwerneu, on inverse donc les rôles, dans un monde de la haute gastronomie qui reste très masculin. Arabelle Meirlaen tient à prouver à toutes les femmes qui hésiteraient à se lancer dans ce métier exigeant que c'est possible: "On est ouverts 5 jours/semaine le soir, ce qui me permet d'avoir une vie de famille. C'est un choix qu'on a fait. Donc, ici, je vous propose de commencer par un vin du Pays Basque français, c'est un Irouleguy."

    Ce vin accompagne une entrée, le jardin d'hiver. Saison oblige, on y trouve beaucoup de racines. En été, ce seront plutôt des fleurs, même si l'étiquette de cuisine aux fleurs agace un peu la cheffe.

    "Je ne mets pas des fleurs partout, ce n'est pas le principal de ma cuisine. C'est beaucoup les herbes sauvages et les légumes de mon jardin surtout, et les produits du terroir."

    Intuitive, voilà comment la cheffe définit sa cuisine. Et les clients ? Ils en pensent quoi ?

    "C'est la troisième fois que je viens ici et on voit vraiment que c'est une femme qui fait à manger, surtout à la présentation, en fait. Beaucoup beaucoup de goût dans un petit plat. C'est peut-être aussi complexe qu'une femme, en fait."

    Li Cwerneu
    Cela remonte au XIVe siècle, Li Cwerneu (ou sonneur de cor : objet en bois conique disposant d’un embout en bronze pour y crier) était autrefois le guetteur et le crieur public qui, du haut du beffroi, annonçait danger et nouvelles importantes à la population hutoise.
    Au XIVe siècle, nous étions bourguignons. C'est donc de l’ancien français et non du wallon !
    Li Cwerneu est à Huy ce que Tchantchès est à Liège, Manneken Pis à Bruxelles ou Jean à Nivelles.

    Odile Leherte et M.S.

    Voir
  • La gastronomie belge compte une étoile féminine à Huy, Arabelle Meirlaen
    Image précédente

    La gastronomie belge compte une étoile féminine à Huy, Arabelle Meirlaen

    Michel Krakowski (archives belga)
    Image suivante
    • La gastronomie belge compte une étoile féminine à Huy, Arabelle Meirlaen

      La gastronomie belge compte une étoile féminine à Huy, Arabelle Meirlaen

Les suggestions du jour

L'actualité en images

JT 19h30

jeudi 27 novembre 2014

JT en langue des signes

jeudi 27 novembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

En direct

Régions

Dernière Minute

Vu sur le web