Fusillades lors d'une perquisition anti-terroriste à Forest: quatre policiers blessés et un suspect tué

Depuis 15h30 ce mardi, un périmètre de sécurité a été mis en place à Forest, suite à une perquisition qui a mal tourné.
7 images
Depuis 15h30 ce mardi, un périmètre de sécurité a été mis en place à Forest, suite à une perquisition qui a mal tourné. - © JOHN THYS - AFP

Plusieurs fusillades et une intervention policière ont eu lieu suite à une perquisition policière à Forest ce mardi après-midi, un peu après 15h. Un nombre indéterminé d'auteurs a pris la fuite, via les toits. 

Quatre policiers ont été blessés, dont trois lors de la fusillade. Un des suspects, armé d'une arme de guerre de type Kalachnikov, a été tué lors d'une intervention policière dans l'appartement où il s'était retranché. Son identité est toujours inconnue. Aucune information n'a été donnée sur d'éventuels autres suspects.

Un périmètre de sécurité a été mis en place, plusieurs crèches et écoles ont été bouclées et évacuées en début de soirée. Dès 20h30, une partie des riverains étaient autorisés à rejoindre leur foyer, seuls ou escortés. Les opérations de police se poursuivent dans le périmètre de sécurité.

Des rafales de balles à travers la porte

Vers 15h ce mardi, des policiers belges et français se sont rendus dans une habitation rue de Dries à Forest. Alors qu'ils pensaient trouver un appartement vide, les policiers ont essuyé des tirs à travers la porte dès leur arrivée. Le ou les suspects se seraient enfuis via les toits.

Le quartier a été immédiatement bouclé, un périmètre de sécurité a été défini et les forces de sécurité sont venues en grand nombre.  Plusieurs hélicoptères ont survolé le ciel forestois.

A 16h, la police sommait aux suspects de se rendre, comme ont pu l'entendre les personnes sur place. Vers 16h45 et 18h15, de nouveaux coups de feu ont été entendus sur place.

Selon nos journalistes sur place, l'assaut a été donné peu après 18h, durant lequel un suspect, qui s'était retranché dans un appartement, a été tué. Il était armé d'une arme de type Kalachnikov, a déclaré le parquet dans un communiqué. 

L'appartement a été sécurisé par la police, qui a découvert le corps d'un terroriste présumé, décédé lors de l'intervention policière, dont l'identité est encore inconnue. Le parquet fédéral est pratiquement sûr qu'il ne s'agit pas Salah Abdeslam. L'intervention policière s'est terminée vers 19h30.

"Quatre policiers ont été blessés, dont une Française. L'un ayant été touché à l'oreille et un autre au niveau de son arme. Deux d'entre eux ont quitté l'hôpital en soirée, deux y sont encore car en état de choc." a déclaré le ministre de l'Intérieur Jan Jambon dans une conférence de presse avec le Premier ministre Charles Michel et le ministre de la Justice Koen Geens.

Des perquisitions en lien avec les attentats de Paris

Ces fusillades ont eu lieu dans le cadre de perquisitions menées en lien avec les attentats de Paris. Elles ne visaient pas Salah Abdeslam. Il s'agissait d'une perquisition non renforcée, c'est-à-dire que les enquêteurs n'avaient pas mis de gros moyens et ne s'attendaient pas forcément à trouver des personnes dans l'appartement visé, qui avait été loué sous un faux nom et réputé vide. Les enquêteurs cherchaient simplement des indices.

Le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve et son homologue belge ont confirmé que la perquisition était menée en collaboration avec la police française, qui est sur place. Selon Jan Jambon, il n'y a rien d'anormal à ce qu'il y ai des policiers français présents dans l'opération à Forest. Cela fait partie des Joint intervention team (JIT) mis en place au lendemain des attentats de Paris, pour les besoins de l'enquête.

Les riverains commencent à rentrer chez eux

"Les habitants de la place Saint-Denis et ceux qui vivent en bordure du périmètre de sécurité peuvent rentrer chez eux", a annoncé le bourgmestre de Forest, Marc-Jean Ghyssels.

Les riverains qui ne peuvent pas regagner leur domicile sont accueillis dans un local technique de la commune, situé chaussée de Bruxelles. "Cette salle peut accueillir 80 à 100 personnes. Ces dernières peuvent être logées et recevoir à boire et à manger", explique le bourgmestre.

Le bourgmestre de Forest tient également à saluer le travail "professionnel" des polices zonale et fédérale qui, selon lui, ont "bien géré dans la précipitation cette situation difficile".

Des enfants confinés dans le périmètre de sécurité

Un large périmètre de sécurité a été mis en place, plusieurs écoles et crèches ont été bouclées. Elles ont été évacuées en début de soirée. La circulation et certains transports en commun sont déviés.

Une équipe d'intervention mobile a été dépêchée mardi dans l'école francophone impactée par l'opération policière à Forest, et ce sera encore le cas mercredi, a indiqué à l'agence Belga le porte-parole de la ministre francophone de l'Enseignement, Joëlle Milquet.

Ces équipes d'intervention sont destinées à intervenir en situation de crise. L'initiative a été prise par le cabinet de Mme Milquet, bien que les écoles concernées appartiennent au réseau communal, précise le porte-parole.

En ce qui concerne les crèches, une coordinatrice de l'Office de la naissance et de l'enfance (ONE) a été mobilisée pour assister les parents et le personnel. Tous les enfants des écoles et crèches situées au sein du périmètre ont été évacués et ont pu retrouver leurs parents boulevard de la Deuxième Armée britannique.

Les travailleurs d'Audi Brussels ont aussi été priés de rester dans les bâtiments de l'usine. Les travailleurs qui avaient fini leur journée de travail ont pu sortir par des portes à l'arrière des bâtiments, tandis que les équipes du soir ont continué à travailler.

Notre direct: