Deux fonctionnaires de Saint-Josse impliqués dans une fraude sociale ?

Un fonctionnaire de la commune de Saint-Josse s’est fait domicilier comme personne isolée dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier
Un fonctionnaire de la commune de Saint-Josse s’est fait domicilier comme personne isolée dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier - © Filckr - sam 17

Un fonctionnaire de la commune de Saint-Josse s’est-il rendu coupable de fraude sociale avec la complicité du Secrétaire communal, le plus haut responsable de l’administration ? C’est ce que laissent supposer des documents en notre possession.

Ce fonctionnaire s’est fait domicilier comme personne isolée dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier. Le Secrétaire communal serait intervenu en faveur de ce fonctionnaire.

L’été dernier, un fonctionnaire chef de département de Saint-Josse sollicite son inscription rue Potagère, dans la commune où il travaille, dans une petite maison unifamiliale où vit sa mère, bénéficiaire d ‘une allocation du CPAS. Le rapport de l’agent de quartier nous est parvenu. Le policier remet un avis favorable à l’inscription mais il signale une suspicion de fraude sociale. La maison apparaît trop petite pour contenir deux logements. Pourtant le fonctionnaire sollicite une inscription séparée, en tant qu’isolé. Il déclare même à l’agent de quartier vouloir procéder ainsi pour permettre à sa mère de continuer à percevoir son revenu d’intégration sociale. Normalement, le fils a l’obligation d’aider sa mère sur le plan financier en cas de cohabitation. Malgré le rapport de police, le fonctionnaire est finalement inscrit au rez-de-chaussée comme isolé. ''Avec l’accord du Secrétaire communal'', note à la main sur le rapport de police la responsable du service population de Saint-Josse, comme pour se couvrir.

Dans les couloirs de l’administration, on justifie l’inscription comme isolé par un rapport du service de l’urbanisme qui conclut à la légalité de la subdivision de la maison en deux unités de logement, invoquant notamment la présence de deux compteurs au gaz par le passé. Un rapport de pure complaisance, conteste une autre source interne. Aujourd’hui, la maison ne compte bien qu’un seul compteur, n’est équipée que d’une seule sonnette et n’est pas réellement divisée en deux logements distincts.  Contacté, le Secrétaire communal se refuse à tout commentaire. Il invoque son devoir de réserve et prétend – difficile à croire – tout ignorer de ce dossier. Le plus haut responsable de l’administration communale promet de mener son enquête. Mais il a d’ores et déjà refusé de nous en révéler les conclusions.

Philippe Carlot
Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité des régions en vidéo