Attentats de Paris: perquisitions et interpellations à Molenbeek

Une nouvelle opération de la police en cours à Molenbeek
5 images
Une nouvelle opération de la police en cours à Molenbeek - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

Plusieurs opérations de police se sont déroulées ce samedi à Molenbeek en lien avec les attentats de Paris. En fin de soirée, ces opérations touchaient à leur fin. D'après nos informations, une des personnes visées par les perquisitions de la soirée serait un des kamikazes morts dans l'attaque du Bataclan. Des quartiers différents de la commune étaient concernés par ces opérations, dont celui de la Place communale.

Des perquisitions cet après-midi

Cet après-midi, les perquisitions ont eu lieu notamment à proximité de la station de métro Osseghem. L'accès à l'une des rues débouchant sur la station de métro a été fermée plusieurs heures. L'équipe de déminage de l'armée (SEDEE) s'est rendue sur place.

Selon nos informations, un homme qui prenait la fuite a été arrêté au cours de cette opération. L'homme a été maîtrisé par les policiers qui lui ont placé un bandeau sur les yeux. Un riverain habitant en face de là ou se sont déroulés les faits a expliqué sous le couvert de l'anonymat qu'une Golf 3 ancien modèle qui roulait a été arrêtée. "Les policiers ont fait sortir un homme et ils l'ont menotté. C'était vers 17h00, la rue était bloquée. L'homme avait entre 30 et 40 ans".Selon la bourgmestre de Molenbeek, François Schepmans, une voiture a été saisie lors de cette opération policière.

Une des trois personnes arrêtées à Molenbeek suspectée d'avoir été à Paris hier

Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Paris, François Molins, a confirmé trois arrestations de personnes résidant en Belgique.​ Il a affirmé que l'un des véhicules utilisés par les auteurs des attentats était immatriculé en Belgique. Elle avait été loué par un Français résidant dans notre pays. Selon le procureur de Paris, ce Français "a fait l'objet d'un contrôle routier ce matin en Belgique avec deux autres personnes à bord d'un autre véhicule". Il a aussi précisé que ces trois personnes ont été interpellées par la police belge et "n'étaient pas connues des services de renseignement français".

Le premier ministre Charles Michel affirme qu'une des personnes arrêtée est suspectée de s'être rendu à Paris hier soir. Le parquet fédéral ne souhaite provisoirement pas confirmer qu'un des individus arrêtés était présent vendredi soir à Paris.

Koen Geens, le ministre de la justice ainsi que le parquet fédéral confirme que ces perquisitions ont un lien avec une Polo grise dont la plaque d'immatriculation belge a été identifiée hier soir à proximité du Bataclan. Un véhicule qui a été loué en Belgique par quelqu'un connu des services de police belge au travers de son frère. Ces perquisitions ont donc pour but de retrouver le loueur. Selon le ministre de la Justice, l'homme a sans doute été arrêté lors de ces perquisitions.

Il y a également un deuxième véhicule belge repéré dans le quartier du premier café attaqué hier soir à Paris. Il s'agirait d'une Seat retrouvée près du cimetière du Père Lachaise. Le ministre confirme que des arrestations ont eu lieu mais ne confirme par contre pas pour l'instant leur nombre. En ce qui concerne la nationalité des terroriste, Koen Geens, affirme que leur identification n'est pas encore terminée. Pour lui, l'origine belge des terroristes n'est pour l'instant qu'une piste parmi d'autres.

Le parquet fédéral saisi du dossier dès hier soir

Le parquet fédéral a tenu une brève conférence de presse ce soir. Il confirme avoir été saisi dès hier soir de 4 commissions rogatoires par le parquet de Paris, concernant notamment la fameuse Polo grise découverte près du Bataclan. Des devoirs qui sont toujours en cours. Etant donné que deux victimes belges ont été recensées, une enquête spécifique a également été ouverte chez nous pour attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste. Elle a été confiée à un juge antiterroriste. Le parquet confirme que 3 arrestations ont bien eu lieu. Les personnes sont en garde à vue. Mais il n'a par contre pas voulu donner de précision sur la nationalité ni sur leur passé judiciaire. Les personnes interpellées seront interrogés par des enquêteurs en terrorisme de la police judiciaire fédérale dans le courant de la soirée et de la nuit. Elles pourraient être présentées dimanche à un juge d'instruction.

Plusieurs témoins affirment avoir observé une plaque d'immatriculation belge parmi les véhicules utilisés par les terroristes. Des tickets de parking de Molenbeek-Saint-Jean auraient également été retrouvés dans une voiture des terroristes. Une des hypothèses, parmi d'autres, est celle d'une équipe venue de l'étranger, renforcée éventuellement de résidents français, selon une source proche du dossier.