Bruxelles : l'église Sainte-Catherine vit ses dernières heures

L'église Sainte-Catherine fermera définitivement ses portes le 31 décembre.
L'église Sainte-Catherine fermera définitivement ses portes le 31 décembre. - © Flickr - chatirygirl

Ce 31 décembre, l’église Sainte-Catherine fermera ses portes définitivement, avant d'être désacralisée. Elle attirait trop peu de fidèles et devenait trop coûteuse pour la collectivité. A terme, l’édifice pourrait accueillir un marché couvert.

C'est au terme d'une vaste réflexion sur la fréquentation des églises au centre-ville que les autorités ecclésiastiques ont finalement décidé de fermer l’église Sainte-Catherine. ''Il y a – au centre-ville – de nombreuses paroisses avec de grands édifices religieux, qui sont parfois surdimensionnés par rapport aux communautés qui les fréquentent, déclare Claire Jonard (responsable du service communication de l'église catholique à Bruxelles). Ces lieux de culte engendrent des frais d’entretien et de restauration qui pèsent sur les paroisses mais aussi sur les pouvoirs publics. Et là, on a un devoir de citoyen… Nous devons prendre nos responsabilités et ne pas faire payer aux autorités publiques trop de frais.''

Que va devenir l’église Sainte-Catherine ?

Avec la fermeture prochaine, une question se pose : quel avenir pour ce gigantesque édifice ? Le propriétaire, la ville de Bruxelles, a commencé à plancher sur la question. Philippe Close, échevin du Tourisme, envisage d'y implanter un marché couvert : ''Historiquement, tout le quartier Sainte-Catherine est le ventre de Bruxelles. On a vu des reconversions, notamment de lieux de culte, assez intéressantes de par le monde. Celle-là pourrait à la fois conserver le côté patrimonial mais aussi renforcer l’attractivité du quartier.''

Ce n'est encore pour l'instant qu'un projet. Rien n’a été décidé. Et le chemin s'annonce très long avant de voir fleurir les échoppes dans ce bâtiment classé.

Réactions des différentes communautés

La communauté orthodoxe abritée dans l’église Sainte-Catherine depuis une dizaine d’années va donc devoir quitter les lieux, dès dimanche. Sans solution, le père Georges Palade est ulcéré : ''Si on transforme une église en marché, pourquoi ne pas transformer les cimetières en discothèques et la Colonne du Congrès en lieu de bodyjumping !''

"Les amis de Sainte-Catherine", un comité de chrétiens bruxellois s'oppose aussi à cette désacralisation. Pierre Hargot est l'un d'entre eux : ''L’église Sainte-Catherine est un lieu emblématique qui fait partie de l’histoire du quartier. Cela marque aussi une présence chrétienne au cœur de la ville (…) Ce lieu doit aussi être en dialogue avec la cité, plus qu’il ne l’a été jusqu’à présent.'' L'église Sainte-Catherine doit en tous les cas rester un lieu de culte chrétien, insiste ce comité, qui espérait faire retarder l'échéance de la fermeture. Espérance vaine, la décision de fermeture est bel et bien prise. Une décision que l’église catholique de Bruxelles a elle-même qualifiée de ''sage''.

Dès le 1er janvier, les chrétiens catholiques sont invités à rejoindre la paroisse des Riches-Claires. Pour les orthodoxes roumains, des discussions sont visiblement en cours mais aucun lieu n'a encore été trouvé pour les accueillir.

 

Pierre Vandenbulcke

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir

L'actualité des régions en vidéo