Attention, arnaque aux bons "Bongo" sur internet

Jean-Michel Bosson, un habitant d'Esneux, près de Liège, vient de faire une malheureuse expérience en achetant à un particulier deux bons "Bongo" sur internet. Il pensait réaliser une bonne affaire... M. Bosson a effectué le versement et a reçu les produits achetés. Quelques semaines plus tard, il a voulu les activer et il s'est rendu compte que les bons étaient volés et provenaient d'une grande surface située dans le Hainaut.

210 euros de préjudice

Pour Jean-Michel Bosson, le préjudice s'élève à 210 euros. Il a déposé plainte mais elle est classée sans suite. "Ce que je dénonce, dit Jean-Michel Bosson, c'est la responsabilité implicite de Bongo et des grandes surfaces de distribution car ce type de bons et autres coffrets cadeaux sont en fait des "coquilles vides". Il faut les activer via internet et ils  fonctionnent uniquement si le coffret a été scanné à la caisse. Cela, personne ne le sait et ce n’est écrit nulle part. Ces coffrets sont parfois très onéreux jusqu’à près de 500 euros et vendus sans protection anti-vol. Il est donc aisé de les voler et de les vendre sur un réseau parallèle de petites annonces via le net. On ne prend donc pas le peine de les protéger contre le vol. Le seul risque est celui du particulier qui l’achète en seconde main de bonne foi à un escroc. C'est précisément ce qui m'est arrivé car le vendeur m'a dit qu'il avait reçu les bons à l'occasion de la fête de Noël".  

Dossier classé sans suite

Jean-Michel Bosson a déposé plainte pour escroquerie. "Le dossier a été classé sans suite, dit-il. Manifestement, les autorités judiciaires n’ont pas le temps de poursuivre pour les montants inférieurs à 250 € m'a dit un policier. On laisse donc courir les voleurs et tant pis pour les pigeons !".

Jean-Michel Bosson poursuit dans ses explications: "J'ai constaté que les policiers sont dégoûtés car ils savent d’emblée que la plainte qu'ils enregistrent ne sera pas suivie et sera classée sans suite. Malgré tout, il sont obligés de perdre deux heures à prendre votre déposition, à créer un dossier. Un policier m'a dit que le jour où le vendeur commettra un fait grave, on reprendra son historique, sans plus". Le parquet est soit disant surchargé et est totalement inefficace pour défendre le citoyen. Il le devient de manière étonnante pour récupérer le pognon des infractions routières. Pour 65 euros impayés, très rapidement et avec une incroyable efficacité, vous recevez une cascade de rappels vous menant droit au tribunal. Il ne faudra pas s'étonner que des personnes pètent une case et fassent justice eux-mêmes. Je vois la Police comme une société de "racket" organisée qui défend plus sa rentabilité intrinsèque que l'intégrité du citoyen. Ce qui m'inquiète, c'est que mon avis est partagé par des amis".

Réactions de la Police et du Parquet

Le chef de zone de Police Secova, Didier Willemart explique qu'il applique les directives du Parquet. De son côté, Catherine Collignon, magistrat de Presse au Parquet de Liège, apporte son éclairage: "Ce n'est pas parce que le dossier est classé sans suite que la Parquet considère qu'il n'y a pas d'infraction et donc pas de préjudice. C'est une application de la politique criminelle du Parquet de Liège. Rien n'empêche la victime d'agir au civil afin de réclamer son préjudice sur base du dossier pénal. Il faut se rendre compte que le parquet à des milliers de plaintes par an. Nous ne pouvons pas tout poursuivre. C'est la raison pour laquelle on se dote d'une politique criminelle. La justice peut donc encore aider cette personne".

Au sujet des "250 euros" et donc des poursuites ou non, ce n'est pas un chiffre pivot. Catherine Collignon poursuit: "C'est un élément d'appréciation parmi d'autres qui est analysé par le magistrat. Magistrat qui va aussi s'intéresser au préjudice, au modus operandi, aux antécédents et aux risques de récidive".  

M. Bosson a envoyé un courrier au procureur général de Liège, Christian de Valkenner, au chef de la zone de Police Secova, Didier Willemart et à la bourgmestre d'Esneux, Laura Iker.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir