Aller directement au contenu principal

Affaire Coëme: "C'est la vieille école", argue E. Di Rupo

REGIONS | vendredi 12 juin 2009 à 12h34

  • Elio Di Rupo a très peu apprécié le nouveau scandale qui met en cause Guy Coëme. Ce dernier a touché 60 000 euros comme consultant d'une ASBL liée aux intercommunales liégeoises. "C'est la vieille école", a commenté le président du PS.

    Le président du PS, Elio Di Rupo, a estimé ce vendredi que sur le "plan éthique, cela (l'affaire Coëme NDLR) pose un nouveau problème" qui est "typiquement ce qu'on doit extirper, éliminer".

    C'est "une de ces affaires qui fait partie de la vieille école" et qu'il faut "absolument cesser", a commenté M. Di Rupo arrivant au siège de la présidence du parlement de la Communauté française où il reçoit les partenaires sociaux et les représentants du monde de l'éducation, cinq jours après les élections régionales qui, en dépit d'un recul, ont confirmé le PS à la première place en Wallonie et en Communauté française.

    La question de la gouvernance constitue l'une des principales thématiques mises en avant par les partis à l'occasion des discussions exploratoires en vue de la formation des nouvelles coalitions. Invitant le cdH à la concertation, Ecolo a notamment fait du décumul des mandats l'une de ses priorités en la matière. Elu député wallon, M. Di Rupo, bourgmestre de Mons, a annoncé jeudi qu'il montrerait l'exemple, s'appliquant à lui-même le décumul.

    Par rapport au fonctionnement interne du PS, son président a répété vendredi qu'il entendait "mettre sur pied une équipe" notamment chargée d'"examiner au cas par cas les situations individuelles".

    M. Di Rupo a dit ignorer si d'autres formations agiront dans le même sens.

    4000 euros brut par mois

    De son côté, Guy Coëme évoque un mauvais procès. Il estime que certains cherchent à nuire au Parti Socialiste. Guy Cöeme était devenu directeur de l'Association pour la Promotion des Intercommunales Liégeoises en 1996.

    Il était, à l'époque, privé de ses droits politiques suite à sa condamnation dans l'affaire Inusop. Il a quitté la direction d'APRIL fin 2007, mais de janvier 2008 à mars 2009, il a continué à travailler pour l'ASBL, comme consultant indépendant. Il était chargé, dit-il, d'encadrer temporairement le nouveau directeur, l'ancien bourgmestre faisant fonction d'Ans, Fernand Gingoux.

    Il a également travaillé pour accroître le rayonnement d'APRIL en Wallonie et même en Europe. Ce travail lui a valu une rémunération brute mensuelle de 4000 euros.

    Une rétribution justifiée par le travail accompli, estime Guy Coëme. Il affirme qu'il n'a rien à se reprocher. Qu'il n'y a pas de conflit d'intérêt. Qu'il a agi en toute transparence, en déclarant cette consultance rémunérée, dans la liste de ses mandats, comme au fisc et à son parti.

    Il ajoute que le conseil d'administration de l'ASBL est pluraliste et qu'il a approuvé ses missions à l'unanimité. Guy Coëme précise encore qu'il n'a plus aucune activité privée.

    (Avec C. Deborsu, M. Giot, F. Braibant et Belga)

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • La réaction de Guy Coeme
    • La réaction de Guy Coeme
    • 12/06: E. Di Rupo: "Ce qu'on doit extirper, éliminer" (C. Deborsu)

Les suggestions du jour

  • Accueil des chômeurs en fin de droit: la révolte des CPAS

    30 janvier 2015, 17:03

    La situation que vivent les CPAS wallon et bruxellois est la conséquence d'une décision prise par le gouvernement Di Rupo de limiter dans le temps les allocations de chômage et de les supprimer après 3 ans. La mesure a pris effet à partir du 1er janvier...

  • Guantanamo, "les Etats-Unis se réfugient derrière un traité signé en 1903"

    30 janvier 2015, 16:41

    Alors qu’une détente historique s’amorce entre Cuba et les États-Unis (facilitation de la circulation des personnes, de l’argent et des marchandises), un dossier fait obstacle à la normalisation des relations entre les deux pays : la base navale de...

  • Avant d'être enlevé, il dénonçait des exactions de soldats de Kabila

    30 janvier 2015, 11:44

    Nous avons pu mettre la main sur un document sonore exclusif provenant du Congo. Il s'agit de la dernière conversation téléphonique de Christopher Ngoy, un défenseur des droits de l'homme. C’était le 21 janvier dernier. Aux tous premiers jours des...

L'actualité en images

Mons 2015 privé de Thalys

vendredi 30 janvier 2015

CPAS et afflux d'exclus du chômage

vendredi 30 janvier 2015

Dossier ouvrier polonais.be

jeudi 29 janvier 2015

Météo 19h25

vendredi 30 janvier 2015

Météo des neiges

vendredi 30 janvier 2015

On n'est pas des pigeons

vendredi 30 janvier 2015

Le 15'

vendredi 30 janvier 2015

Toutes les vidéos de l'info

Dernière Minute

Vu sur le web