Aller directement au contenu principal

A Tihange, la succession du Lama Karta s'organise

REGIONS | mercredi 6 mars 2013 à 9h00

  • A Tihange, la transition va se faire dans la continuité à l'Institut tibétain Yeuten Ling. Un institut qui reçoit annuellement quelque 8000 personnes, bouddhistes ou non, certaines pour une simple visite, d'autres à l'occasion d'une conférence et d'autres encore pour des stages ou des retraites de quelques jours. Lundi après-midi ont eu lieu les funérailles du Lama Karta qui en assurait la direction spirituelle depuis 1990. Il remplissait aussi cette fonction de guidance spirituelle dans deux autres centres, à Bruxelles et à Schoten.

    Comme l'avait souhaité le Lama Karta, sa "succession" sera assurée par les deux lamas qui le secondaient à Tihange depuis près de 20 ans : Lama Zeupa et Lama Tashi Nyima.

    "Le Lama Karta a travaillé avec Lama Zeupa et Lama Tashi Nymia qui sont là depuis près de 20 ans" explique Frans Goetghebeur, l'administrateur du Centre Tibétain. "Ils se connaissent depuis leur jeune âge et leur parcours les a réunis ici à Huy. Ce fut le souhait non seulement du Lama Karta mais aussi des conseils et des membres de voir une certaine continuité s'installer".

    Depuis que le bouddhisme s'est implanté en Europe, certains européens sont devenus Lama. Et il ne serait pas impossible qu'un jour, la direction spirituelle de ce institut soit prise en charge par quelqu'un qui ne serait pas d'origine tibétaine: "Bien évidemment" confirme Frans Goetghebeur. "Dans d'autres traditions bouddhistes, il y a déjà des personnes qui dirigent le centre ou même tout un groupe de centres d'origine européenne ou même d'origine belge".

    Quant aux règles de succession, elles varient selon les traditions, comme l'explique l'administrateur du Centre Tibétain de Tihange: "Le bouddhisme, c'est un mot qui a été inventé par les occidentaux qui aiment bien utiliser toujours le même paradigme, c'est-à-dire une structure très hiérarchisée et pyramidale pour savoir qui détient le pouvoir suprême. Mais ça ne s'applique pas au bouddhisme. Vous avez des traditions venant de tous les pays asiatiques. Et selon les traditions, il y a des us et coutumes qui évoluent aussi avec la venue du bouddhisme en occident. Dans certaines traditions, il y a encore des règles: où bien il y a un transfert de pouvoirs de maître à disciple, ou bien -comme dans nos monastères chrétiens- la communauté choisit l'abbé, ou bien il y a vraiment encore une structure très patriarcale et très hiérarchisée ou les règles sont codifiées aussi. Dans la tradition tibétaine, il y a tout cela. En ce qui nous concerne, cette succession -pour utiliser ce mot très officiel-, se fait de manière très organique".

     

    M. Giot

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Le Lama Karta dirigeait l'Institut tibétain Yeuten Ling à Tihange.
    « previous

    Le Lama Karta dirigeait l'Institut tibétain Yeuten Ling à Tihange.

    buddhism.be
    next
    • Le Lama Karta dirigeait l'Institut tibétain Yeuten Ling à Tihange.

      Le Lama Karta dirigeait l'Institut tibétain Yeuten Ling à Tihange.

Les suggestions du jour

Régions

Dernière Minute

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles
Dossier Made In Belgium