A Herstal, les supermarchés doivent donner les invendus aux démunis

A Herstal, la ville impose à une grande surface de livrer ses invendus à des associations d'aide aux démunis (illustration).
A Herstal, la ville impose à une grande surface de livrer ses invendus à des associations d'aide aux démunis (illustration). - © Belga, archive

C'est une première à Herstal, en région liégeoise. La Ville a imposé à un grand magasin carrefour d'offrir ses invendus encore consommables aux plus démunis. Cette obligation est inscrite dans le nouveau permis d'environnement qui vient d'être accordé à la grande surface. Herstal l'imposera systématiquement à l'avenir. Son bourgmestre, l'eurodéputé Frédéric Daerden, vient d'interpeller la commission européenne sur la possibilité d'une application au niveau européen et son parti, le PS, a déposé une proposition en ce sens au niveau wallon. Ce qui ravit les associations d'aide aux démunis.

Des aliments encore consommables qui finissent à la poubelle. Un gaspillage évident. Herstal, commune dirigée par l'eurodéputé Frédéric Daerden, a voulu agir. Le nouveau permis d'environnement accordé au magasin carrefour local lui impose d'offrir ses invendus aux plus démunis.

"Il y a eu tout un débat par rapport aux aides alimentaires et au budget européen consacré à cela" explique Frédéric Daerden. "Et j'ai été en contact avec les banques alimentaires qui ont insisté sur les besoins importants toujours croissants et sur le manque de moyens dont ils disposaient".

L'idée est de généraliser cette mesure

"Lorsque nous aurons d'autres demandes de renouvellement du permis d'environnement d'autres moyennes ou grandes surfaces, l'idée évidemment est d'imposer la même mesure" poursuit le bourgmestre. "Et je suis agréablement surpris du nombre d'échos positifs et de demandes de renseignements de collègues d'autres villes et communes pour pouvoir transposer cela dans leur commune".

Une obligation qui ravit les associations d'aide aux démunis

Étendre l'obligation d'offrir les invendus aux plus démunis? La banque alimentaire de Liège applaudit évidemment. "Il faudrait que ça fasse tâche d'huile, c'est ce qu'on espère parce qu'on a de moins en moins de marchandises" constate Claude Demelenne, responsable du dépôt de Rocourt. "A Herstal, nous avons deux grosses associations, "La Cordée" et "Espoir et Fraternité" et on déciderait qu'une semaine, une association irait chercher les invendus, et l'autre la semaine suivante".

Au total, le dépôt de la banque alimentaire de Liège dessert 86 associations, soit quelque 18.600 démunis.

 

M. Giot


L'actualité des régions en vidéo