Aller directement au contenu principal

Un monde de jockeys ou de sumokas

OPINIONS | vendredi 7 septembre 2012 à 15h20

  • Le professeur Pestieau nous invite à partager une approche pour le moins originale d'un des maux de notre époque : l'obésité.

    Il est parfois bon de laisser courir son imagination. Supposons que l’on puisse sans coût financier et humain revenir au temps où les hommes mesuraient 1,70 m et pesaient 65 kg, ce qui est loin des moyennes actuelles. On vivrait sans doute mieux dans ce monde rapetissé. La plupart des activités ne réclament plus de force brute mais le simple maniement de machines et la production ne s’en trouverait pas affectée. En revanche, il faudrait moins de ressources pour nourrir, loger et transporter cette société compactée. Il faut s’arrêter à ces dimensions. Une trop forte réduction, celle qui par exemple nous amènerait à la taille des Lilliputiens, aurait des avantages économiques certes mais poserait des problèmes existentiels terribles. Il faudrait par exemple changer le registre des animaux de compagnie. Adieu chats, chiens et furets beaucoup trop monstrueux.

    Le poids du surpoids

    Sans aller aussi loin, il est certain que la surpondération actuelle dont souffre une partie importante de l’humanité a un coût pour la société. Mais comment le mesurer ? Ce n’est pas compliqué, mais il faut y penser. Rompant avec la mesure démographique habituelle, qui consiste à compter les humains, une équipe de médecins et chercheurs britanniques a eu une l’idée singulière de les peser. Tous ensemble, nation par nation, continent par continent. Le fruit de leurs calculs, publié dans la dernière édition de BMC Public Health [1] offre une frappante image de la surcharge pondérale de l'humanité, de sa répartition et, aussi, de la manière dont elle affecte l'exploitation des ressources.

    Selon ces chercheurs, en 2005, l'humanité adulte pesait environ 287 millions de tonnes dont 3,5 millions seraient dues à l'obésité [2] dont le "poids" est inégalement réparti. L'Amérique du Nord rassemble 6% des habitants de la planète, mais concentre 34% de l’excès de biomasse humaine due à l’obésité. En revanche, l'Asie représente 61% de la population, mais seulement 13% de cet excès de biomasse.

    Son coût

    Ces chiffres en main, les auteurs en viennent à se demander combien coûte cette surcharge pondérale. Alors que cette question est généralement abordée sous l'angle de la santé publique, ils ont choisi un autre point de vue : cette biomasse humaine "excédentaire", il faut bien la transporter, la nourrir, l'entretenir en somme. Et tout cela se paie en calories consommées. Le résultat est que le surpoids général de l'humanité correspond aux besoins caloriques de 111 millions d'adultes de corpulence moyenne. De quoi relâcher la pression sur les ressources de notre planète.

    Les auteurs montrent en outre que si l’humanité décidait d’adopter le mode de vie des Américains et donc d’hériter de leur surpoids, la masse humaine grimperait de 58 millions de tonnes. Supporter et entretenir cette surcharge reviendrait à consommer la nourriture requise pour faire vivre 473 millions d'individus moyens.

    Devant la finitude de notre environnement, il ne suffit pas de contrôler la population ; il faut aussi en limiter le poids.

    Pierre Pestieau, Université de Liège.

    Pierre Pestieau est docteur en sciences économiques de l'Université de Yale. Il a enseigné à la Cornell University et à l'Université de Liège. Il continue aujourd'hui à participer à différents groupes de recherches et s'intéresse particulièrement à l'économie publique. Il a publié entre autres The Welfare State In The European Union (Oxford 2005)

    Ce texte est paru en premier sur le blog de Pierre Pestieau

    [1]  Sarah Walpole, David Prieto-Merino, Phil Edwards, John Cleland, Gretchen Stevens and Ian Roberts, The weight of nations : an estimation of adult human biomass, BMC Public Health 2012, 12

    [2] Les auteurs distinguent obésité et surpondération en utilisant l’IMC, l’indice de masse corporelle qui est donné par le poids divisé par le carré de la hauteur. L’obésité correspond à un IMC supérieur à 30 et la surpondération à un IMC supérieur à 25.

     

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Pierre Pestieau
    Image précédente

    Pierre Pestieau

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • Pierre Pestieau

      Pierre Pestieau

Les suggestions du jour

  • Tout ce que vous voulez savoir sur les stress tests

    24 octobre 2014, 17:21

    Plus que deux fois dormir et la Banque centrale européenne dévoilera les résultats des stress tests, les tests de résistance imposés à 130 banque de la zone euro. Ils seront mis en ligne dimanche à midi précises sur le site de la BCE. En sept thèmes,...

  • Domotique: dans 5 ans, votre maison sera plus intelligente que vous

    24 octobre 2014, 16:19

    Et sinon plus intelligente, du moins plus "consciente." La domotique sous l’angle électronique dont on parle depuis 30 ans nous vient pourtant des Etrusques. Les anciens Romains plaçaient leur foyer sous la protection des divinités domestiques nommées...

  • "Le danger n'est pas la menace terroriste, mais la surveillance de masse"

    24 octobre 2014, 01:05

    Leurs noms évoquent la liberté d'expression et la protection des valeurs démocratiques fondamentales contre la surveillance étatique. Pour d'autres cependant, l'action des lanceurs d'alertes - whistleblowers en anglais - est condamnable. C'est ainsi que,...

L'actualité en images

JT 19h30

vendredi 24 octobre 2014

Conseil européen accord climat

vendredi 24 octobre 2014

Baptême bilan

vendredi 24 octobre 2014

Calais : la guerre des gangs

vendredi 24 octobre 2014

Smartphones pour aveugles

vendredi 24 octobre 2014

Funérailles de masses au Libéria

vendredi 24 octobre 2014

Shell Shock

vendredi 24 octobre 2014

Retour à la mode de la couture

vendredi 24 octobre 2014

Première de 7 à la Une demain

vendredi 24 octobre 2014

Incident d'avant-match à Lille

vendredi 24 octobre 2014

Course à l'hippodrome Wallonie

vendredi 24 octobre 2014

L'alimentation de demain

vendredi 24 octobre 2014

La Reine visite l'ASBL Music Fund

vendredi 24 octobre 2014

Tricot urbain à Namur

vendredi 24 octobre 2014

Premier cas d'Ebola à New-York

vendredi 24 octobre 2014

On n'est pas des pigeons

vendredi 24 octobre 2014

Le 15'

vendredi 24 octobre 2014

Météo 18h25

vendredi 24 octobre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Les plus populaires

Exprimez-vous !