Aller directement au contenu principal

La solution n'est pas à Rio

OPINIONS | samedi 23 juin 2012 à 16h30

  • Le bilan très critique de Sévan Holemans, jeune belge envoyé par le Conseil de la Jeunesse pour suivre Rio+20. Inaction face à l'urgence, Europe sans influence, domination du marché. Bilan pessimiste donc, mais aussi invitation à l'action.

    Le Sommet Rio+20, s'est achevé après trois jours de défilé présidentiel à la tribune des Nations-Unies. Cinq minutes pour faire le bilan de négociations auxquelles nos dirigeants n’auront finalement pas pu participer, car clôturées avant même leur arrivée. Le Brésil voulait à tout prix éviter l’échec. Il a réussi. Avec un mépris certain des règles fondamentales de la diplomatie et un déni formel de l’urgence de la situation.

    Certains pays peuvent se réjouir d’un texte sans ambition. La Conférence des Nations-Unies sur le Développement Durable accouche du plus petit commun dénominateur. Consacrant l’agenda de l’inaction, négligeant les ambitions européennes et tournant le dos à la société civile. Ce Sommet avait pour but d’amorcer la transition de nos économies vers plus de durabilité et d’équité, reconnaître les limites de la planète et réaffirmer les engagements pris depuis vingt ans. Au lieu de cela, nous devons prendre acte d’un double échec politique. D’une part, l’entêtement de nos dirigeants dans la direction d’une croissance économique non durable, non équitable et prédatrice pour l’humanité et son environnement. D’autre part, les limites de la diplomatie multilatérale actuelle, incapable de consacrer la coopération internationale et s’éloignant toujours plus des revendications de la base.

    Le déclin de l’Europe

    Plus que jamais, notre vieux continent était isolé sur la scène internationale. Au coup de force des hôtes brésiliens, ni la France, ni l’Allemagne n’ont réagi. Quant à la présidence danoise, le traumatisme de Copenhague n’a pas encore été totalement digéré. En proposant un texte "à prendre ou à laisser", le Brésil savait que l’Union ne le refuserait pas. Personne n’aurait pris le risque d’avoir à assumer un échec, d’autant plus que rouvrir le texte aurait pu également le déforcer.

    Comment expliquer cet isolement de l’Europe, pourtant porteuse d’un agenda ambitieux pour le Sud? Tout d’abord, rappelons qu’une semaine auparavant, l’Union Européenne faisait appel au G20 pour renflouer ses caisses et sauver l’Eurozone. Pas étonnant dès lors que l’Union ne se soit pas retrouvée en position de force durant les négociations. Ensuite, la forme des négociations a joué un rôle clé. En effet, dans la configuration actuelle, les pays africains ainsi que les BRICS forment un seul et même bloc politique: le G77. Traditionnels alliés de l’UE, les pays africains ont été muselés et instrumentalisés par les BRICS et plus particulièrement par la Chine. Les pays émergents préfèrent jouer la carte du développement et se cacher derrière le principe de responsabilités communes mais différenciées, plutôt que d’assumer leur statut de pollueur et compromettre leur croissance à deux chiffres. L’Afrique doit donc souffrir seule et en silence. La Chine étant plus que jamais le principal investisseur du continent. Quant à l’UE, à l’exception des pays scandinaves, ses membres n’honorent même plus leur engagement d’aide au développement de 0,7% du PIB. Notre politique commerciale sur place n’a guère plus vocation à nous rapprocher. Invitons notre continent à se départir de son double langage et redevenir un acteur fiable pour les plus démunis.

    Le bilan des Jeunes

    Si l’on écoutait nos dirigeants politiques, nous devrions presque oublier le manque d’ambition et de solution concrète du texte et nous réjouir de voir la communauté internationale encore capable de dialoguer. Mais comment pourrions-nous verser dans un tel pragmatisme quand nous savons pertinemment bien que nous fonçons droit dans le mûr? Nous ne pouvons nous contenter du strict minimum ou d’un dénominateur quelconque de nos revendications.

    Nous voulions une gouvernance forte en matière de développement durable: la création d’un Conseil du Développement Durable et la mise en place d’un Haut-Commissariat pour les Générations Futures. En lieu et place de cela, nous héritons d’un condensé de bonnes intentions prenant la forme d’un "Forum Politique de haut-niveau", dépourvu de levier politique d’action et dont la mission consiste à "promouvoir et encourager" les bonnes pratiques en matière de développement durable. Aux défis majeurs du chômage des jeunes et de la précarisation du travail, nos dirigeants suggèrent l’économie verte comme panacée du siècle. Par la même occasion, ils enfoncent un peu plus la porte de la marchandisation de l’environnement. Le principe de marché l’emporte une nouvelle fois sur le principe de précaution. Ce texte ne construit pas le "Le Futur Que Nous Voulons" et les générations futures devront se battre avec d’autant plus d’énergie pour imposer celui qu’elles veulent vraiment!

    On ne s’arrêtera pas là

    Ces constats alarmants n’auront pas raison de notre foi en la capacité humaine à transiter vers une société plus juste et plus durable. Notre forme de gouvernement est devenue destructrice de ces principes et c’est notre droit et notre obligation, de la réformer. Désormais, il nous faut passer à l’étape suivante: définir ce que nous voulons et comment nous allons nous organiser. Pour cela, nous disposons d’un nouveau cadre d’action. Loin de répondre à nos attentes, la déclaration de Rio+20 a toutefois déverrouillé certaines portes. A nous maintenant de nous y immiscer.

    Le premier combat, c’est le multilatéralisme. Nous avons constaté que le monde a besoin de plus de diplomatie active et moins de diplomatie formelle. Il s’agit de prendre acte de l’échec de l’ONU en Syrie, sur le climat et maintenant sur le développement durable et de s’en servir pour une reformulation fondamentale de cette institution. Ce qui fait défaut aujourd’hui, c’est la participation de la société civile dans le processus. Nous appelons nos politiques à prendre acte de cet échec et à mettre en place rapidement des outils de démocratie directe.

    Le deuxième chantier est celui de nos modes de vie. Parmi les résultats tangibles de ce Sommet, l’adoption d’un cadre d’action pour la transition vers un mode de consommation et de production durable est un élément clé. L’innovation "verte" n’est pas suffisante pour endiguer la crise écologique. Nous devons changer nos habitudes de consommation et transiter vers des modes de vie mêlant à la fois le souhait d’une meilleure existence et la nécessité du changement. Il faut rappeler qu’il n’y a pas d’énergie plus verte que celle qu’on ne consomme pas et dès lors valoriser ceux qui la préservent. Pour cela, nous devons pouvoir compter sur soutien politique fort; sanctionnant les comportements irresponsables (taxe carbone, taxe sur les produits chimiques, taxe sur les transactions financière, etc.) et subsidiant les comportements vertueux (transports en commun, énergies renouvelables, commerce équitable, etc.).

    Notre indignation est profonde vis-à-vis de l’hypocrisie qui règne ici à Rio. Assistant aux derniers discours de la session plénière, il me semble évident que nos dirigeants manquent de courage. Le courage, nous dit F. Dolto, "c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. " Engageons nous pour le courage, engageons nous pour les générations futures!

    Pour le Conseil de la Jeunesse,

    Sévan Holemans

    Économiste de formation, Sévan Holemans, 24 ans, est passionné de développement durable. Il a fait un stage en Arménie au sein de la fondation "Civitas". Il se rendra l'an prochain au Collège d'Europe. Il est membre de la Commission internationale du Conseil de la jeunesse.

    Voir
  • Sévan Holemans
    Image précédente

    Sévan Holemans

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • Sévan Holemans

      Sévan Holemans

Les suggestions du jour

  • En Flandre, le locataire de logement social devra parler le néerlandais

    23 novembre 2014, 15:10

    Les bénéficiaires de logements sociaux en Flandre risquent à l’avenir une amende s’ils ne peuvent prouver qu’ils parlent un mot de néerlandais. Une décision de la ministre N-VA du logement, Liestbeth Homans. "Je trouve normal que si vous faites...

  • Justice: Koen Geens va apurer une grande partie des dettes avant 2015

    23 novembre 2014, 14:12

    Le ministre de la Justice répond aux critiques émises par la Cour des comptes qui s'est montrée très sévère à l'égard du projet de budget 2015 du nouveau gouvernement fédéral. Invité de L'Indiscret dans Mise au Point ce dimanche, Koen Geens (CD&V)...

  • Bruno Wiel, victime d'une agression homophobe: "Je devrais être mort"

    23 novembre 2014, 11:13

    Les débats au fond dans le cadre du procès des quatre assassins présumés d'Ihsane Jarfi débutent ce lundi 24 novembre devant la cour d'assise de Liège. En Belgique, si les faits sont avérés, il s'agira du premier homicide avec circonstance aggravante...

L'actualité en images

Budget fédéral doit être revu

dimanche 23 novembre 2014

Grève: à quoi s'attendre ?

dimanche 23 novembre 2014

En bref - Bévue policière

dimanche 23 novembre 2014

Spreek Vlaams, sinon amendes

dimanche 23 novembre 2014

Le nucléaire français

dimanche 23 novembre 2014

Chiffres : l'escalavage dans le monde

dimanche 23 novembre 2014

Tunisie : les enjeux des élections

dimanche 23 novembre 2014

Sculptures de glace

dimanche 23 novembre 2014

Discothèques taxées à Tournai

dimanche 23 novembre 2014

Expo "Revoir Paris"

dimanche 23 novembre 2014

39 ans en prison pour un mensonge

samedi 22 novembre 2014

Grippe aviaire : qui est touché ?

samedi 22 novembre 2014

Iran : impasse sur le nucléaire

samedi 22 novembre 2014

Dossier : Mafia du foot

samedi 22 novembre 2014

Enfants flamands : en cours debout

samedi 22 novembre 2014

JT en langue des signes

dimanche 23 novembre 2014

Météo 19h25

dimanche 23 novembre 2014

Les Niouzz en langue des signes

dimanche 23 novembre 2014

Journal des sports

dimanche 23 novembre 2014

Toutes les vidéos de l'info

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Les plus populaires

Exprimez-vous !