Aller directement au contenu principal

La campagne est finie!

OPINIONS | lundi 24 septembre 2012 à 9h54

  • On peut le lire un peu partout : Obama aurait déjà gagné les élections présidentielles aux Etats-Unis. La campagne serait finie. Attention nous dit Katya Long, même si jusqu'ici le candidat républicain a fait une mauvaise prestation, il lui reste encore du temps et de l'argent pour barrer la route à la réélection de l'actuel président.

    En 2008 la campagne présidentielle s’est terminée à 1h45 le matin du 15 septembre avec la déclaration de faillite de Lehman Brothers. L’effondrement économique qui s’en est suivi, accompagnée de la mauvaise gestion spectaculaire du moment par John McCain ont assuré une large victoire à Barack Obama. En 1960, le premier débat télévisé entre Kennedy et Nixon a permis au jeune challenger de prendre une courte tête dans les intentions de vote. En 1980 le deuxième débat entre Carter et Reagan, le 28 octobre, a coûté son avance dans les sondages au président sortant. Une semaine plus tard, Reagan était élu avec près de 10 points d’écart. A posteriori ces moments où l’élection se joue sont faciles à identifier. Cette semaine les commentateurs américains se précipitent pour déclarer la campagne de Romney moribonde. Sommes-nous au tournant de la campagne ? Difficile à dire.

    Gaffes et contestation

    Il est indéniable que Romney a eu un mauvais mois de septembre : une convention ennuyeuse au mieux, ridicule au pire, des propos presque unanimement condamnés après l’attaque des missions diplomatiques au Caire et à Benghazi et la mort de l’ambassadeur en Libye et enfin la vidéo " off " où il traite 47% de la population américaine de victimes dont il n’a pas à se soucier car il ne parviendra pas à leur donner le goût de la responsabilité personnelle. Ces balles dans le pied s’accompagnent maintenant de rumeurs persistantes de crises au sein de l’équipe de campagne, de prise de distance par des candidats républicains aux élections sénatoriales et enfin le départ de l’ex-rival : Tim Pawlenty du poste, certes honorifique, de vice-président de la campagne de Romney pour aller travailler dans un lobby banquier. S’ajoutent à cela, des critiques de plus en plus vives du candidat par des éditorialistes conservateurs comme Peggy Noonan du Wall Street Journal et des sondages plutôt favorables pour Obama depuis la fin de la convention démocrate. Avec les intentions de votes dans les états clés comme l’Ohio, la Virginie, le Nevada, le Wisconsin, Le New Hampshire, l’Iowa, le Colorado et même la Floride qui tendent vers Obama, l’avenir de Mitt Romney semble compromis.

    De mauvais choix tactiques

    Déjà les observateurs cherchent les causes d’un échec annoncé : un candidat qui se targue de ses compétences économiques mais dont l’entreprise a délocalisé des centaines d’emplois, une personnalité froide, "out of touch", inconsciente des difficultés que connaissent les Américains, l’opacité avec le refus de rendre public les déclarations d’impôts du couple Romney qui datent de plus de deux ans (déclarations qui révèlent un taux d’imposition de 14%, bien moins que ce que paye la classe moyenne, et des comptes en Suisse et aux Iles Caïmans), une tendance aux gaffes et aux contrevérités et enfin des choix stratégiques difficilement compréhensibles. En effet, au lendemain de la vidéo sur les 47%, Romney a passé trois jours sans apparitions publiques à collecter des fonds auprès de donateurs dont une journée dans l’Utah un état qui lui est acquis (dimanche 23 septembre le GPS du site Politico indique que Romney collecte des fonds dans le sud de la Californie, un état qui est hors d’atteinte). Le travail de terrain, la rencontre avec les électeurs semble perdre la priorité face aux événements privés destinés aux soutiens financiers de la campagne alors même qu’Obama déploie son impressionnante machine sur le terrain. Le choix de Ryan est également problématique puisque le Wisconsin favorise toujours Obama alors que la Floride reste serrée et aurait pu être acquise avec le choix d’un vice-président comme le sénateur Marco Rubio. La campagne de Romney a également déclaré forfait rapidement dans des états comme la Pennsylvanie ou le Michigan qui, s’ils sont traditionnellement démocrates, ont élus des gouverneurs et des sénateurs républicains dans une vague rouge (la couleur des républicains aux Etats-Unis) en 2010. Tout au moins auraient-ils pu mettre des fonds dans ces états pour des spots radio et TV, obligeant Obama à s’y défendre et donc à dépenser de l’argent et de l’énergie qu’il ne pourrait pas utiliser ailleurs.

    Tout n'est pas perdu pour autant

    Mais si la campagne de Romney se meurt, c’est de mort lente. Et en politique, rien n’est jamais certain. Robert Reich, ancien ministre du travail de Clinton et professeur à Berkeley expose quatre éléments qui peuvent permettre à Romney d’être vainqueur le 6 novembre : il y a encore deux rapports sur les chiffres du chômage avant l’élection, si les données sont très mauvaises la dynamique de la campagne peut changer ; les super-PACs (Political action committees) hostiles à Obama comme le American Crossroads de Karl Rove vont dépenser des millions de dollars pour convaincre les électeurs de lui refuser un deuxième mandat, une blietzkrieg de spots TV que les démocrates n’auront pas les moyens financiers de suivre ; les efforts d’intimidation des électeurs issus des catégories favorables à Obama (les minorités et les plus pauvres) par des pouvoirs locaux républicains, comme la nécessité de présenter une pièce d’identité pour voter (aux Etats-Unis aucune pièce d’identité n’est obligatoire et si le permis de conduire est la plus utilisée, tous n’en ont pas pour des raisons d’âge ou de moyens financiers) et enfin les trois débats à venir. En 1960 et en 1980 ces confrontations ont eu un impact déterminant sur l’issue de la campagne. Le petit nombre d’électeurs indécis (7%) s’en serviront pour se faire une opinion définitive. Romney peut apparaître froid et distant mais Obama est parfois trop lent et analytique dans ses réponses. Une mauvaise prestation de la part de Romney pourra enterrer ses espoirs d’habiter la Maison Blanche mais ces trois rencontres sont une occasion pour lui de renverser la tendance et de créer une " surprise d’octobre " qui font les mythes des campagnes. A vos téléviseurs les 3, 16 et 22 octobre.

    Katya Long, chargée de recherche au FNRS

    Spécialiste du système politique américain, Katya Long a consacré sa thèse au dilemme républicain dans les premières décennies de l'histoire des Etats-Unis. Elle est aujourd'hui attachée au Centre de recherche sur la vie politique de l'ULB (CEVIPOL) et s'intéresse particulièrement à la présidence américaine.

     

     

    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Katya Long
    Image précédente

    Katya Long

    Tous droits réservés
    Image suivante
    • Katya Long

      Katya Long

Les suggestions du jour

  • Ces promesses d'avant les élections que les politiques n'ont pas tenues

    24 juillet 2014, 12:24

    Jamais avec la N-VA, disait le MR pendant la campagne, alors qu’il négocie actuellement la formation d’un gouvernement fédéral avec le parti nationaliste. "Je resterai à Charleroi", affirmait Paul Magnette, ministre-président wallon. Voici un petit...

  • Bombes sur Gaza: l'implacable réalité des chiffres

    24 juillet 2014, 13:36

    Plus de deux semaines après le début de l'attaque israélienne sur la Bande de Gaza, le bilan humain et matériel côté palestinien ne cesse de s'alourdir. Les chiffres montrent d'une manière crue le lourd tribut payé par les populations civiles. Bref...

  • Conflit à Gaza: "Une impuissance qui se transforme en colère"

    23 juillet 2014, 17:12

    Daniel Fontaine, journaliste à la RTBF, vient de revenir d'Israël ce mercredi après avoir sillonné la région et ses environs quatre jours entiers. S'il ne s'est pas rendu dans la Bande de Gaza, faute de temps, il a pu prendre le pouls. Découvrez son...

L'actualité en images

La lutte contre la balsamine

jeudi 24 juillet 2014

Les poney games à Charleroi

jeudi 24 juillet 2014

Chantier Patrimonito à Bois-du-Luc

mercredi 23 juillet 2014

Météo 12h50

jeudi 24 juillet 2014

Quel Temps !

Denis Collard,...

jeudi 24 juillet 2014

Toutes les vidéos de l'info

Les suggestions du jour

La rédaction vous propose de découvrir...

Les plus populaires

Exprimez-vous !