Tuerie de Haute-Savoie: le fils de la Suédoise ne peut pas être le tueur

Le procureur d'Annecy Eric Maillaud (4e à g) donne une conférence de presse à Annecy, le 12 septembre 2012
Le procureur d'Annecy Eric Maillaud (4e à g) donne une conférence de presse à Annecy, le 12 septembre 2012 - Jean-Pierre Clatot
AFP

Le fils de la victime la plus âgée du quadruple meurtre de Chevaline (Haute-Savoie), un temps soupçonné en raison de ses antécédents de violence, "était hospitalisé" quand la tuerie a eu lieu et ne peut donc être le meurtrier, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Cet homme "violent était hospitalisé en Grande-Bretagne quand la tuerie a eu lieu", a indiqué cette source, fermant une piste ouverte jeudi par des documents de justice à Stockholm, selon lesquelles Mme al-Allaf, tuée avec sa fille et son gendre, a été battue de longues années par son fils.

D'après ces documents, son fils Haydar Thaher, 46 ans, de nationalité suédoise, "a offensé, menacé et battu ses parents à plusieurs reprises pendant un temps très long". La police est intervenue huit fois entre 2001 et 2007 à leur domicile dans la banlieue sud de Stockholm.

M. Thaher a toujours vécu chez ses parents en raison de problèmes psychologiques, le père évoquant tour à tour des "troubles obsessionnels compulsifs" et de la schizophrénie. Placé sous curatelle en 2003, il a été interné en psychiatrie en 2006 après une intervention de la police, et placé en détention en 2007 pour avoir battu ses parents, avant d'être libéré.


AFP


Publicité