Aller directement au contenu principal

Portugal: les très impopulaires mesures d'austérité face au Conseil d'Etat

MONDE | vendredi 21 septembre 2012 à 11h52

  • Rarement consulté, le Conseil d'Etat protugais est réuni vendredi après-midi par le président Anibal Cavaco Silva. Il va étudier les nouvelles mesures d'austérité du gouvernement de centre-droit, qui ont provoqué une vague de contestation.

    Après cette réunion à huis clos, le président pourrait faire une déclaration ou publier un communiqué, d'après des hypothèses des médias portugais.

    Ce qui est sûr, c'est que la réunion devait donner lieu à un rassemblement de protestation devant la présidence. Ils sont quelque 15 000 à avoir répondu à un appel à manifester, lancé sur les réseaux sociaux par des groupes apolitiques.

    Avec ce rassemblement, les protestataires espèrent prouver leur "extraordinaire volonté de changement".

    Malgré un rôle essentiellement protocolaire, le président portugais jouit d'un certain prestige moral. C'est lui qui a demandé au ministre des Finances, Vitor Gaspar, de participer à la réunion du Conseil d'Etat qui comprend 19 membres. Parmi eux, plusieurs ex-présidents et des personnalités de différentes couleurs politiques.

    Des mesures d'austérité contestées

    Selon les estimations de la presse, la majorité de ces membre est opposé aux nouvelles mesures d'austérité qui ont été annoncées le 7 septembre. Elles avaient provoqué un très vif mécontentement populaire dont le point culminant a été atteint le 15 septembre lors de manifestations rassemblant des centaines de milliers de personnes du nord au sud du pays.

    Pedro Passos Coelho, le Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho, a prévu une hausse des cotisations sociales des salariés, qui passeront de 11% à 18%, accompagnée d'une baisse des cotisations patronales, ramenées de 23,75% à 18%. Cette annonce a provoqué la colère des Portugais qui l'ont surnommé "le Robin des Bois des Riches".

    Cette mesure a déclenché une vive tension au sein de la coalition au pouvoir. Le ministre des Affaires étrangères, Paulo Portas, a affiché son opposition et a demandé sa révision.

    En mai 2011, le Portugal a obtenu en mai 2011 une aide exceptionnelle de 78 milliards d'euros. En échange, le pays a dû adopter un programme de réformes et de rigueur qui a contribué à un recul de plus de 3% de l'économie. Le chômage, lui, a bondi à plus de 15% de la population active.


    AFP

  • Le président portugais, Anibal Cavaco Silva,photographié le 25 mùai 2012 à Canberra, en Australie
    « previous

    Le président portugais, Anibal Cavaco Silva,photographié le 25 mùai 2012 à Canberra, en Australie

    AFP / Rob Griffith
    next
    • Le président portugais, Anibal Cavaco Silva,photographié le 25 mùai 2012 à Canberra, en Australie

      Le président portugais, Anibal Cavaco Silva,photographié le 25 mùai 2012 à Canberra, en Australie

    • Le ministre portugais des Finances, Vitor Gaspar, le 11 septembre 2012 à Lisbonne

      Le ministre portugais des Finances, Vitor Gaspar, le 11 septembre 2012 à Lisbonne

Les suggestions du jour

En direct

 

Monde

Vu sur le web

La cueillette de la rédaction aux quatre coins de la Toile.

Plus d'articles

Dernière Minute