Nouvel An à Cologne: 55 des 58 agresseurs n'étaient pas des réfugiés

Arrestation d’une personne présentée comme «un migrant» lors de la nuit de la Saint-sylvestre sur la place de la gare à Cologne.
Arrestation d’une personne présentée comme «un migrant» lors de la nuit de la Saint-sylvestre sur la place de la gare à Cologne. - © MARKUS BOEHM - AFP

Près d’un mois et demi après les faits, l'enquête fait la clarté sur les agresseurs de la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne. Et manifestement, ce ne sont pas ceux à qui on a fait porter le chapeau jusqu'ici.

Sur les 58 suspects, seuls trois d’entre eux sont originaires d’un pays en guerre: deux Syriens et un Irakien. Les 55 autres sont pour la plupart Algériens et Marocains et ne seraient pas arrivés récemment en Allemagne. Trois Allemands figurent aussi parmi les personnes arrêtées. Ces chiffres ont été fournis par le procureur de Cologne dans une interview à Die Welt, l’un des plus gros quotidiens du pays.

Pas des réfugiés

On peut parler d’un fameux revirement de situation. Des sources anonymes de la police avaient dit, début janvier dans les médias, que la plupart des agresseurs étaient des réfugiés syriens. Mais après avoir interrogé près de 300 personnes et visionné 590 heures de vidéos, il s'avère que ce n'est pas le cas.

La majorité des agressions n'étaient pas à caractère sexuel

Et ce n’est pas tout. Le second rebondissement dans cette affaire est que la majorité des agressions du soir du Nouvel An n’étaient pas à caractère sexuel.

Sur 1054 plaintes, 454 concernent des agressions sexuelles. Cela reste énorme, mais les 600 autres plaintes concernent des vols. Une réalité très différente de celle décrite par certaines sources policières dans les médias il y a un mois. Elle affirmaient que les auteurs voulaient surtout s'en prendre sexuellement aux passantes et pas les voler.