Martin Schulz: un personnage atypique "qui tranche avec la classe politique allemande"

Martin Schulz lors de son discours dans la foulée de son élection à la tête du SPD ce dimanche
Martin Schulz lors de son discours dans la foulée de son élection à la tête du SPD ce dimanche - © TOBIAS SCHWARZ - AFP

En Allemagne, la campagne pour les prochaines législatives est désormais définitivement lancée. Ce dimanche, les sociaux-démocrates allemands du SPD ont voté à l'unanimité en faveur de Martin Schulz pour représenter le parti lors des élections du 24 septembre 2017. Et la perspective de voir l'ancien président du Parlement européen devenir le prochain chancelier allemand est bien réelle. 

Un candidat de poids pour le parti social-démocrate

Henrik Uterwedde, politologue à l'institut franco-allemand de Ludwigsburg, était l'invité de Mehdi Khelfat ce lundi sur La Prem1ère. Il évoque le caractère atypique du parcours de Martin Schulz : "C'est quelqu'un avec une biographie un peu brisée. Il n'était pas très brillant à l'école, il n'a pas passé son bac. Il est passé par une crise sévère d'alcoolisme dont il est sorti depuis très longtemps. Et puis, il a réussi à être maire pendant dix ans d'une ville moyenne en Rhénanie [Würselen, en Rhénanie-du-Nord Westphalie, ndlr] avant d'entamer sa carrière à Bruxelles. C'est quelqu'un qui tranche tout à fait avec la classe politique qu'on connait en Allemagne. C'est un personnage un peu raide, il n'est pas un brillant orateur, mais il est authentique. D'une certaine manière, cette biographie un peu brisée, ces petites faiblesses, il a su les transformer en force et en authenticité. Et ça en fait un candidat de poids pour le parti social-démocrate".

Quelqu'un qui connait très bien les soucis des petites gens

Quant à savoir si Martin Schulz a la carrure pour affronter une Angela Merkel (CDU) qui brigue un quatrième mandat, cela ne fait aucun doute pour Henrik Uterwedde : "Il a pour lui une expérience européenne de premier plan. Il a quand même joué au premier rang de la politique européenne, il connait tous les dirigeants européens. Il a donc cette expérience politique. Cela se mêle à un effet novateur dans la politique interne allemande, parce que là, on ne le connaissait pas. D'ailleurs, on attendait un peu un apparatchik européen, très loin des préoccupations des gens. Et on a découvert quelqu'un qui, malgré cette expérience politique européenne, a su marier tout cela à un souci très terre à terre, très proche des gens, valorisant ses années de mairie. Il s'est fait découvrir comme quelqu'un qui connait très très bien les soucis des gens d'à côté, des petites gens, dont il se fait le chantre, l'avocat. Ce sera un des grands thèmes de la campagne".

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir