Mali: les islamistes prêts à négocier si Bamako applique la charia

Une manifestation dans les rues de Bamako
Une manifestation dans les rues de Bamako - AFP
Belga News

Un responsable local de Gao, ville du nord du Mali sous contôle des djihadistes, a affirmé samedi à l'AFP que les islamistes acceptent de négocier avec le gouvernement de Bamako à condition "que le Mali applique la charia" (loi islamique), en réponse à l'appel au dialogue du président malien lancé vendredi soir.

"Nous acceptons la main tendue de M. Traoré à une seule condition: que le Mali applique la charia, la loi de Dieu, c'est la seule condition", a déclaré Alioune Touré, un des responsables des islamistes à Gao.

"Si les gens du sud (du Mali) veulent la négociation avec l'application de la charia, nous sommes d'accord. Mais si c'est la guerre qu'ils veulent, nous sommes aussi d'accord. Dieu est le plus fort", a-t-il ajouté.

Un appel au dialogue

Le président intérimaire, Dioncounda Traoré, a proposé vendredi soir "le dialogue" et "la négociation" aux groupes armés islamistes qui occupent le Nord du pays, tout en appelant les Maliens à "l'union sacrée" autour de leur armée" pour faire la guerre s'il n'y avait "plus d'autre choix".

"J'en appelle aux groupes armés qui opèrent dans le nord de notre pays d'accepter de s'engager résolument dans la voie du dialogue et de la négociation", a dit le président malien, investi il y a cinq mois, suite au coup d'Etat militaire qui avait renversé Amadou Toumani Touré.

Belga


Publicité