Aller directement au contenu principal

Les résultats des élections israéliennes changeront rien, dit le Hezbollah

MONDE | Mis à jour le vendredi 25 janvier 2013 à 21h51

  • Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, bête noire d'Israël, a estimé vendredi que la montée du centre en Israël au détriment de la droite et de la gauche ne supposait aucun changement dans la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens.

    Il ne faut "pas se laisser berner" par le recul de la droite et de la gauche au profit du centre, après les élections israéliennes de mardi, a dit le chef du Hezbollah dans un discours retransmis en direct par la chaîne Al-Manar du puissant parti chiite armé.

    Car, a-t-il estimé, "en ce qui concerne Jérusalem, le peuple palestinien (...) et le droit des Arabes (...) la droite, le centre ou la gauche sont les mêmes". "Rien ne diffère dans le projet et dans l'hostilité", a-t-il ajouté, appelant à "renforcer la résistance" à Gaza, au Liban et dans la région.

    A l'issue de ces élections, a-t-il souligné, il n'émerge aucun "parti leader fort comme le souhaitait (le Premier ministre Benjamin) Netanyahu (...) pour diriger Israël".

    La liste de droite de M. Netanyahu conserve le plus grand nombre de députés au Parlement, avec 31 sièges, devant le parti centriste Yesh Atid (19) et le Parti travailliste (centre-gauche, 15 sièges) et le Foyer juif, la formation nationaliste religieuse représentant des colons, en remporte 12 sur les 120 que compte le Parlement.

    "Les résultats des élections israéliennes" montrent "un recul des partis qui ont dirigé et fondé l'entité (terme par lequel il désigne Israël, NDLR), comme les Travaillistes et le Likoud", a noté M. Nasrallah, qui s'exprimait via des écrans géants lors d'une cérémonie de son parti dans la banlieue sud de Beyrouth.

    M. Nasrallah a vu dans ces résultats "une crise au niveau de la direction politique de l'entité, une crise des partis et une crise de confiance", notant "la stabilité des partis religieux extrémistes" et "la multiplication des coalitions et des partis".

    Le Hezbollah est considéré comme une organisation terroriste par Israël qui a mené une guerre meurtrière contre lui au Liban en 2006.


    AFP

  • Image provenant d'une vidéo du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, lors d'un discours sur la chaîne Manar TV le 25 janvier 2013
    Image précédente

    Image provenant d'une vidéo du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, lors d'un discours sur la chaîne Manar TV le 25 janvier 2013

    AFP
    Image suivante
    • Image provenant d'une vidéo du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, lors d'un discours sur la chaîne Manar TV le 25 janvier 2013

      Image provenant d'une vidéo du chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah, lors d'un discours sur la chaîne Manar TV le 25 janvier 2013

Les suggestions du jour

  • Vol d'ordinateur: voici ce qu'Elio Di Rupo aurait dû faire

    21 août 2014, 13:55

    Cela n’arrive pas qu’aux autres. Notre Premier ministre vient d’en faire l’amère expérience. S’il est trop tard pour lui donner quelques conseils, voici les mesures élémentaires pour se protéger contre la perte ou le vol de son ordinateur. Et...

  • Formation: ce que l'on sait des propositions contenues dans la note

    21 août 2014, 13:06

    Les deux formateurs se sont réunis ce jeudi avant de revenir en plénière. Kris Peeters (CD&V) et Charles Michel (MR) doivent rencontrer les représentants des partis engagés dans les négociations fédérales. Pour la première fois, ces derniers ont...

  • Israël empêche Amnesty et Human Rights Watch d'accéder à Gaza

    21 août 2014, 11:12

    Plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme veulent mener l'enquête à Gaza. Amnesty International et Human Rights Watch veulent établir si des crimes de guerre ont été commis par les deux parties. Mais Israël interdit aux enquêteurs...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute