RDC: le cinéaste belge Thierry Michel refoulé à la frontière

RDC: le cinéaste belge Thierry Michel refoulé à la frontière
RDC: le cinéaste belge Thierry Michel refoulé à la frontière - © Tous droits réservés
Belga News

Le cinéaste belge Thierry Michel a été refoulé dimanche soir de la République démocratique du Congo (RDC) à son arrivée à l'aéroport de Kinshasa, où il comptait présenter son film "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat" consacré à l'assassinat d'un célèbre militant congolais des droits de l'Homme.

"J'ai été refoulé bien que disposant d'un visa de résident permanent" en RDC, a-t-il expliqué à son retour à Bruxelles. Les autorités congolaises lui ont reproché de ne pas disposer de visa de sortie - un document dont les résidents n'ont en principe pas besoin - , a ajouté Thierry Michel.

Le réalisateur comptait projeter son film jeudi et vendredi à Kinshasa. D'autres projections privées prévues ce lundi au Centre Wallonie Bruxelles (CWB) pour les partenaires et quelques invités (dont des ambassadeurs) et les 10 et 11 juillet au centre culturel français avaient été "reportées à une date ultérieure après vision du film par les autorités" congolaises.

En avril, l'ex-ministre congolais de la Justice, Emmanuel Luzolo Bambi, avait demandé à la commission nationale de la censure l'interdiction en RDC du film du cinéaste belge retraçant le procès des assassins - tous des policiers - du célèbre militant congolais des droits de l'Homme Floribert Chebeya Bahizire, aussi impliqués dans la disparition de son chauffeur, Fidèle Bazana Ebadi, le 1er juin 2010.

L'expulsion de Thierry Michel de RDC "s'apparente à de la censure", selon Fadila Laanan

La ministre de la Culture et de l'Audiovisuel de la fédération Wallonie-Bruxelles, Fadila Laanan, réagit avec stupeur à l'expulsion du cinéaste belge Thierry Michel de la République démocratique du Congo. Fadila Laanan estime que "cette expulsion porte un coup à la démocratie et s'apparente à de la censure", indique-t-elle lundi dans un communiqué.

"A quelques mois du sommet de la Francophonie qui se tiendra à Kinshasa, cette atteinte à la liberté d'expression en République démocratique du Congo suscite des questions", estime la ministre.

Véronique De Keyser se dit "très choquée"

La députée européenne Véronique De Keyser (PS) s'est déclaré lundi "très choquée" par l'expulsion du cinéaste belge. "Je devais rejoindre Thierry Michel à Kinshasa cette semaine et savais que le sujet Chebeya était sensible, mais je ne m'attendais pas à une mesure aussi radicale et expéditive, déclare-t-elle à propos de l'expulsion du cinéaste. Là, c'est la liberté de la presse, la liberté d'expression qui sont menacées" en RDC, a-t-elle affirmée dans un communiqué.

Elle s'est déclarée "très choquée" par l'expulsion de Thierry Michel, arrivé à Kinshasa dimanche soir et ré-embarqué à destination Bruxelles dans le même avion.

L'eurodéputée socialiste donnera ce mardi une conférence de presse avec le réalisateur au Parlement européen. S'y joindront les autres députés européens qui avaient soutenu et visionné le film de Thierry Michel à Strasbourg la semaine dernière: Maria Nedelcheva (PPE), Charles Goerens et Louis Michel (ALDE) et Isabelle Durant (Verts).

Ces mêmes députés ont envoyé lundi une lettre de protestation à la Haute représentante pour les affaires étrangères de l'Union européenne, Catherine Ashton.

Le 13 juin dernier, le Parlement européen avait adopté une résolution invitant "les autorités congolaises, au nom de la liberté d'expression, à ne pas entraver directement ou indirectement, la distribution en République démocratique du Congo du film du réalisateur Thierry Michel sur cette affaire".

Rudy Demotte espère "une justice équitable et indépendante"

Le ministre-président wallon Rudy Demotte "regrette vivement cette situation".  Thierry Michel avait fait remettre des copies de son film documentaire aux autorités congolaises compétentes, conformément à l’autorisation de tournage qui lui avait été conférée par celles-ci, souligne-t-il.

Rudy Demotte dit espérer que la procédure judiciaire en cours suite au décès de Floribert Chebeya "reflète bien le respect des droits de l’homme et le fonctionnement d’une justice équitable et indépendante".

RTBF avec Belga