Lanceurs d'alerte: la Commission incite les particuliers à dénoncer les cartels

Lanceur d'alerte: une fonction en danger, un statut à créer.
Lanceur d'alerte: une fonction en danger, un statut à créer. - © JOHN THYS - AFP

La Commission européenne a lancé jeudi un nouvel outil permettant aux particuliers d'alerter plus facilement l'exécutif européen de pratiques anticoncurrentielles des entreprises, comme des ententes secrètes sur les prix.

"Si les citoyens sont inquiets face à des pratiques commerciales qu'ils jugent répréhensibles, ils peuvent nous aider à y remédier", a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué.

Anonymat protégé

Le nouvel outil mis en place par la Commission protège l'anonymat des lanceurs d'alertes grâce à un système de messagerie cryptée qui permet de communiquer dans les deux sens.

Il permet non seulement aux particuliers de fournir des renseignements, mais leur donne aussi la possibilité de demander à la Commission de répondre à leurs messages, explique notamment Mme Vestager.

La Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l'UE, mène de nombreuses enquêtes sur les cartels dans différents secteurs économiques.

La plus grosse amende: 3 milliards d'euros

La plupart de ces ententes ont jusqu'à présent été découvertes grâce au "programme de clémence" de la Commission européenne, qui permet aux entreprises de reconnaître et notifier leur propre participation à une entente illicite en échange d'une réduction de l'amende qui leur est appliquée.

L'amende la plus lourde infligée jusqu'ici par l'exécutif européen s'élève à 2,93 milliards d'euros. Annoncée en juillet 2016, elle concernait quatre fabricants européens de camions, accusés de s'être entendus pendant 14 ans sur les prix de vente de leurs poids lourds.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir