Aller directement au contenu principal

La Serbie toujours bloquée dans l'antichambre de l'Union européenne

MONDE | mardi 28 février 2012 à 18h45

  • La Serbie devra encore patienter quelques jours dans l'antichambre de l'Union européenne avant de se voir accorder le statut convoité de candidat à l'adhésion, car la Roumanie a bloqué mardi un accord qui semblait à portée de main.

    La décision d'octroyer le statut de candidat à la Serbie reviendra aux chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept qui se réunissent en Sommet jeudi et vendredi à Bruxelles et l'unanimité est requise.

    Belgrade semblait en bonne voie pour obtenir le fameux sésame dès mardi. Quasiment tous les pays européens, y compris l'Allemagne longtemps réticente, étaient favorables à l'octroi du statut. "Il y a eu un accord aujourd'hui", avait même affirmé lundi le chef de la diplomatie française Alain Juppé. Le président serbe pro-européen Boris Tadic était à Bruxelles depuis lundi et tous ses interlocuteurs, de Catherine Ashton à José Manuel Barroso, respectivement chef de la diplomatie européenne et président de la Commission, ont laissé miroiter à leur hôte l'espérance d'une "bonne nouvelle".

    C'était sans compter sur les objections de la Roumanie. Au cours d'une réunion des ministres chargés des Affaires européennes, le représentant roumain n'a eu de cesse de faire monter la pression sur Belgrade. Bucarest a notamment réclamé des garanties concernant le respect de la minorité roumaine de Serbie qui compterait environ 30.000 personnes, a indiqué un diplomate. Il a qualifié de "surprise" la résistance roumaine.

    Le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle ne cachait pas son exaspération après le semi échec de la réunion de mardi. "Du point de vue allemand, il aurait été approprié et juste de prendre une décision définitive (sur le statut) aujourd'hui", a-t-il dit.

    Finalement, les vingt-sept ministres se sont contentés de "recommander" aux dirigeants européens d'octroyer le statut de candidat à la Serbie. Les Européens n'ont pas été capables de prendre une décision définitive dès maintenant à cause de la Roumanie, a déploré M. Westerwelle qui a accusé la délégation roumaine d'avoir bloqué le processus pour de pures raisons de "politique intérieure" roumaine.

    Reste que tout n'est pas perdu pour Belgrade. Certes "des discussions" devront encore avoir lieu "dans les jours à venir" pour aplanir toutes les divergences qui demeurent, a concédé le ministre danois des Affaires européennes Nicolai Wammen.

    Mais, a-t-il ajouté, "la Serbie est sur le chemin qui l'amènera dans le giron européen".

    Belgrade court depuis longtemps après l'octroi du statut de candidat à l'adhésion qui lui entrouvrirait les portes de l'UE et pensait avoir réalisé le plus dur en arrachant la semaine dernière des accords permettant de réchauffer ses relations avec le Kosovo, son ancienne province ayant fait sécession en 2008.

    Une fois le statut en poche, il faudra ultérieurement que les négociations d'adhésion soient ouvertes --ce qui ne sera pas forcément une formalité-- puis qu'elles aboutissent.

    Une grande majorité d'Etats de l'UE sont favorables à l'obtention du statut par Belgrade, a rappelé mardi M. Barroso.

    "Si la décision n'est pas prise aujourd'hui, elle le sera à l'occasion du sommet des dirigeants européens" jeudi et vendredi, a-t-il assuré.

    "Le but stratégique de mon pays est de devenir membre de l'UE", a plaidé de son côté M. Tadic en rappelant que la région "a beaucoup souffert dans les années 1990".


    AFP
    Voir

    Faire un commentaire

    • Merci de respecter la charte des commentaires,
      sans quoi, nous nous réservons le droit de supprimer votre réaction.
    • Les commentaires sont fermés après quatre jours.
  • Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy (D) et le président serbe Boris Tadic avant une réunion à Bruxelles le 28 février 2012
    Image précédente

    Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy (D) et le président serbe Boris Tadic avant une réunion à Bruxelles le 28 février 2012

    Georges Gobet
    Image suivante
    • Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy (D) et le président serbe Boris Tadic avant une réunion à Bruxelles le 28 février 2012

      Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy (D) et le président serbe Boris Tadic avant une réunion à Bruxelles le 28 février 2012

    • Le président serbe Boris Tadic à Bruxelles le 28 février 2012

      Le président serbe Boris Tadic à Bruxelles le 28 février 2012

Les suggestions du jour

  • Rétro politique 2014: la campagne électorale

    20 décembre 2014, 18:15

    La campagne avait beau concerner un triple scrutin, européen, fédéral et régional (et même communautaire, puisque la Communauté Germanophone élit directement son assemblée), le débat n’en a pas moins été dominé par le seul enjeu fédéral.

  • Liège : une "Seconde Peau" pour les familles en difficulté

    21 décembre 2014, 11:51

    C'est à Liège que se trouvent les locaux de "Seconde Peau-Apalem", ce projet fait partie des 33 associations qui ont été aidées l'an dernier par Viva for Life. L'objectif de cette campagne est d'améliorer les conditions de vie des bébés et des...

  • Meurtre d'un ancien facteur à Onhaye: un casse-tête juridique inédit

    20 décembre 2014, 11:38

    Douze ans d’enquête et de procédure n’ont pas encore permis à la justice de faire la lumière sur la mort de José Dejimbe, un facteur retraité d’Onhaye retrouvé agonisant à son domicile en mars 2003. Deux jeunes sont soupçonnés (un troisième...

Les suggestions du jour

Plus d'articles

Dernière Minute

Monde