Aller directement au contenu principal

La grève des enseignants continue à Chicago

MONDE | lundi 17 septembre 2012 à 16h43

  • Les enseignants des écoles publiques de Chicago (USA), qui constituent la troisième plus grande communauté éducative des Etats-Unis, vont débuter leur deuxième semaine de grève. Le maire de la ville, fief de Barack Obama, a fait part de son intention des les obliger à reprendre le travail.

    Le mouvement de grève a débuté le lundi 10 septembre. Il concernait alors 25 000 enseignants des écoles publiques, de la maternelle au lycée.

    Dimanche, la majorité des 800 représentants des syndicats des écoles publiques a voté pour sa reconduction. Ils espèrent ainsi que leurs représentants aient le temps d'examiner un protocole d'accord conclu ce week-end avec la municipalité.

    Une grève illégale pour le maire de Chicago

    Le maire de Chicago et ancien chef de cabinet de Barack Obama à la Maison Blanche, Rahm Emanuel, a menacé de faire appel à la justice pour mettre fin au mouvement, le premier que connait la ville depuis 25 ans.

    "Je ne vais pas rester là à rien faire quand les enfants de Chicago sont pris en otage dans un conflit interne au syndicat, a-t-il déclaré. C'était une grève par choix et c'est une reconduction par choix qui est mauvaise pour nos enfants."

    Pour le maire de Chicago, la grève est illégale car elle porte sur "des questions qui ne peuvent pas, selon la loi, faire l'objet d'une grève" et qu'elle "met en danger la santé et la sécurité de nos enfants". 350 000 élèves étaient touchés lundi 10 septembre.

    Des questions "trop importantes" pour juste une "brève discussion"

    A l'opposé, le syndicat des enseignants de Chicago (Chicago Teachers Union, CTU) a "voté non à la suspension de la grève", après  "une franche discussion" au sujet du protocole d'accord. Le syndicat estime que "cela permettra aux délégués d'avoir deux jours de plus pour examiner le texte et pouvoir discuter avec ses 26 000 membres à Chicago".

    Pour Karen Lewis, la présidente du syndicat, les questions en jeu sont "trop importantes, ont des conséquences trop lourdes pour l'avenir de notre système éducatif public (...) pour que nous prenions une décision sur la base d'une brève discussion".

    Les revendications portent notamment sur un nouveau système d'évaluation des enseignants fondé sur les résultats des élèves. Ce système pourrait provoquer le licenciement dans les deux ans de 30% des enseignants, soit environ 6000 personnes, d'après les syndicats.

    Une grève en pleine campagne présidentielle

    Pour le président Barack Obama, candidat à sa propre succession, ce mouvement tombe au plus mauvais moment, alors que les syndicats constituent une base solide de soutien au Parti démocrate. Jay Carney, le porte-parole de la Maison Blanche, souhaite "que les deux parties puissent se mettre d'accord rapidement dans l'intérêt des élèves".

    De son côté, Mitt Romney, le candidat républicain et rival d'Obama a annoncé "avoir choisi d'être aux côtés des parents et des élèves".

    AFP

  • Les enseignants des écoles publiques de Chicago sont en grève depuis le 10 septembre.
    Image précédente

    Les enseignants des écoles publiques de Chicago sont en grève depuis le 10 septembre.

    AFP / Getty Images / Scott Olson
    Image suivante
    • Les enseignants des écoles publiques de Chicago sont en grève depuis le 10 septembre.

      Les enseignants des écoles publiques de Chicago sont en grève depuis le 10 septembre.

Les suggestions du jour

L'actualité en images

JT 19h30

vendredi 22 août 2014

Le 15'

vendredi 22 août 2014

Un C130 qui ne part pas

vendredi 22 août 2014

Syrie : foyer de l'islamisme

vendredi 22 août 2014

Le Décès d'André Balthazar

vendredi 22 août 2014

Syrie : foyer de l'islamisme

vendredi 22 août 2014

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute