Aller directement au contenu principal

La Bulgarie, le pays au plus grand nombre d'enfants abandonnés à l'Etat

MONDE | jeudi 23 février 2012 à 12h48

  • Visage livide, grands yeux tristes, Guergana, une fillette de deux ans abandonnée par sa famille, reste prostrée dans un orphelinat de Bulgarie, le pays au plus grand taux de jeunes enfants laissés aux soins de l'Etat.

    "Aspect petit vieux qui a beaucoup souffert, privée de nourriture et longtemps isolée, elle ne s'intéresse pas au monde extérieur", constate le psychiatre français Boris Cyrulnik qui accompagne une mission de l'UNICEF en Bulgarie.

    Pour le personnel de l'institution "Ivan Rilski" à Sofia, Guergana, qui reste muette et indifférente aux jouets, souffre de malformations du cerveau pas complètement élucidées. Sa famille se dit incapable de la faire soigner et préfère la placer dans un foyer.

    L'abandon d'enfants, pratique héritée des temps communistes

    De l'après-guerre à 1990, l'abandon des enfants est largement répandu dans les 22 pays d'Europe centrale et orientale et de l'ex-URSS, a déclaré Jean-Claude Legrand, responsable de l'UNICEF pour les pays de l'ancien bloc soviétique. Des institutions d'Etat y abritent 626 000 enfants dont au moins 31 000 de moins de trois ans, a-t-il précisé.

    Avec 780 enfants placés sur 100 000 enfants âgés de moins de trois ans, la Bulgarie tient le premier rang du taux d'enfants de cet âge abandonnés dans des foyers, selon l'UNICEF Bulgarie.

    Si un bébé manque d'interaction avec un adulte, cela retarde son développement et "aggrave ses troubles", explique Boris Cyrulnik. "Voici un signe de carence affective grave", relève-t-il devant un garçon d'un an qui se balance sur place. "L'isolement sensoriel provoque des atrophies du cerveau".

    La mission de l'UNICEF a pourtant constaté que les conditions matérielles de survie des enfants étaient assurées: "Le personnel ne peut pas faire plus dans le cadre de ce type d'institution à 75 enfants", estime Jean-Claude Legrand. "Bon bâtiment, directrice très dynamique, personnel tout à fait raisonnable... mais ce n'est pas ce qui répondra aux besoins affectifs, aux besoins d'attachement de ces enfants", isolés chacun dans son berceau, ajoute-t-il.

    Que fait le gouvernement? Il ferme les foyers et recourt aux familles d'accueil

    Conscient des problèmes, le gouvernement envisage de fermer les 32 institutions abritant plus de 1800 enfants de moins de trois ans, dont 40% handicapés. L'idée est de "bloquer à la source" l'abandon dans des foyers où résident 7000 enfants et adolescents au total.

    Un premier foyer à 32 résidents a été fermé fin 2010 à Teteven (ouest) et huit autres petits établissements abritant 311 jeunes enfants au total doivent être clos d'ici 2014.

    Le foyer de Choumen (nord-est), qui abritait 104 jeunes enfants en 2010, a réduit ses résidents à 42 avec l'aide de l'UNICEF et d'organisations non-gouvernementales (ONG) bulgares, notamment pour former des familles d'accueil, un service qui ne fait que démarrer. Les résultats n'ont pas tardé: "Miléna, une fillette de trois ans, qui restait immobile dans ce foyer, marche, saute et parle un an plus tard", se félicite Neli Perova, présidente de l'Institut de pratiques sociales.

    Le médecin Lubomir Jabounov qualifie certains des foyers de "dépôts à êtres humains". A Choumen, "56% des enfants avaient un sous-poids qui résultait de leur dépression, pas d'une malnutrition", témoigne-t-il.

    La perspective de la fermeture des grands asiles reste cependant vague. Les services sociaux et des ONG s'efforcent d'aider des familles démunies, notamment de la minorité Rom, et des mères sans emploi à se stabiliser pour garder leur enfant. Des garderies s'ouvrent avec de l'aide de l'Union européenne. L'adoption, particulièrement de jeunes enfants handicapés, est encouragée.

    Toutefois, la directrice d'"Ivan Rilski", Valentina Liharska, marque les limites de cet exercice: "Le séjour nuisible d'enfants sains dans des institutions doit être réduit au minimum mais les enfants handicapés aux besoins spécifiques doivent y rester car il manque un réseau de services de soutien".

    AFP

    Voir
  • Le home "Ivan Rilski" à Sofia
    Image précédente

    Le home "Ivan Rilski" à Sofia

    NIKOLAY DOYCHINOV (AFP)
    Image suivante
    • Le home "Ivan Rilski" à Sofia

      Le home "Ivan Rilski" à Sofia

    • Des enfants dans un orphelinat bulgare

      Des enfants dans un orphelinat bulgare

Les suggestions du jour

  • L'Agence Mondiale Antidopage dit avoir atteint son degré de maturité

    01 novembre 2014, 07:00

    L’Agence Mondiale Antidopage (AMA) a provoqué un rendez-vous avec son histoire en organisant son premier Symposium pour la science et les enquêtes à Istanbul. Une rencontre internationale durant laquelle les experts du sport, des sciences et de la Police...

  • Trois avis d'économistes: l'avenir de l'Europe en noir ou en rose

    31 octobre 2014, 16:30

    Quels sont les principaux risques et les opportunités, pour l’Europe, de sortir de la crise? Nous avons demandé à trois spécialistes de l’économie et des finances de nous livrer à la fois leur scénario catastrophe et la perspective la plus...

  • Ce qui se passe au Burkina Faso est "un automne des pays africains"

    31 octobre 2014, 08:31

    L'Afrique est-elle en train de changer ? C'est en tout cas l'avis d'Oumou Zé, coordonnatrice de recherche et plaidoyer au CNCD. Invitée de L'acteur en Direct de Matin Première ce vendredi, elle affirme qu'il y a aujourd'hui "un ras-le-bol populaire des...

L'actualité en images

Toutes les vidéos de l'info

Vu sur le web

Dernière Minute