L' "Etat Islamique" et la théologie du viol : l'enquête édifiante du New York Times

L'EI consacre une théologie du viol
6 images
L'EI consacre une théologie du viol - © Tous droits réservés

Affirmant qu’il a le soutien du Coran, l’Etat Islamique codifie l’esclavage sexuel dans les régions conquises d’Irak et de Syrie et utilise cette pratique comme un outil de recrutement. La journaliste Rukmini Callimachi a publié son enquête dans le New York Times du 13 août. Nous le reproduisons dans son intégralité.

Qadya, Irak – Juste avant de violer la jeune fille âgée de 12 ans, ce combattant de l’Etat Islamique a pris le temps d’expliquer que ce qu’il s’apprêtait à faire n’était pas un pêché. Parce que cette préadolescente pratiquait une autre religion que l’Islam, non seulement le Coran lui donnait le droit de la violer mais, insistait-il, il le préconisait et encourageait à le faire.

Il lui attacha les mains et la bâillonna. Puis il s’agenouilla à côté du lit et se prosterna dans la prière avant de se mettre sur elle. Lorsque cela fut fini, il s’agenouilla pour prier à nouveau, mettant fin au viol par des actes de dévotion religieuse.

" Je ne cessais de lui dire ça fait mal, s’il vous plaît, arrêtez," dit la jeune fille, dont le corps est si petit qu’un adulte pourrait encercler sa taille de ses deux mains. " Il m’a dit que selon l’Islam, il est autorisé à violer une non croyante. Il a dit qu’en me violant, il se rapproche de Dieu ", raconta-t-elle dans un entretien avec sa famille dans un camp de réfugiés ici (ndlr : en Irak), dans lequel elle a trouvé refuge après 11 mois de captivité.

Le viol systématique des femmes et des jeunes filles de la minorité religieuse de Yazidi est profondément mêlé à l’organisation et à la théologie radicale de l’Etat Islamique depuis que l’organisation a annoncé cette année qu’elle relançait l’esclavage comme institution.
Des entretiens avec 21 femmes et jeunes filles qui ont récemment échappé à l’Etat Islamique, de même qu’un examen attentif des communiqués officiels du groupe mettent en lumière à quel point cette pratique est inscrite dans les principes fondamentaux de l’organisation.

L’Etat Islamique a développé une bureaucratie détaillée d’esclavage sexuel

La traite des femmes et des jeunes filles Yazidi a créé une infrastructure systématique, avec un réseau d’entrepôts où les victimes sont retenues, des salles d’observation où elles sont inspectées et mises sur le marché et une flotte dédiée d’autobus pour les transporter.

Au total, ce sont 5270 femmes Yazidi qui ont été enlevées l’année dernière et au moins 3144 sont encore retenues captives, selon les leaders de la communauté. Pour les gérer, l’Etat Islamique a développé une bureaucratie détaillée d’esclavage sexuel, incluant des contrats de vente notariés par les cours de justice dirigées par l’EI. Et la pratique est devenue un outil de recrutement bien établi pour attirer les hommes de sociétés musulmanes très conservatrices, dans lesquelles le sexe sans attache est un tabou et le fait de se fréquenter interdit.

Un corpus de plus en plus important de mémos de mesures internes et de discussions théologiques ont établi les grandes lignes de l’esclavage, notamment une notice très longue publiée par le Département de la Recherche et de la Fatwa de l’Etat Islamique pas plus tard que le mois dernier. De manière répétée, les dirigeants de l’EI mettent l’accent sur une interprétation restrictive et très sélective du Coran et d’autres règlementations religieuses afin de, non seulement justifier la violence, mais également d’élever et de célébrer chaque crime sexuel comme spirituellement bénéfique, même vertueux.

" A chaque fois qu’il venait me violer, il priait " raconte F., une jeune fille de 15 ans capturée sur l’accotement du Mont Sinjar il y a un an et qui fut vendue à un combattant irakien d’une vingtaine d’années. Comme d’autres personnes qui ont été interviewées par le New York Times, elle a souhaité être identifiée seulement par son initiale à cause de la honte associée au viol.

" Il ne cessait de me dire que c’était ibadah ", dit-elle, utilisant un terme des écritures islamiques qui signifient le culte.

Il disait que le fait de me violer était sa prière à Dieu. Je lui ai dit " Ce que vous me faites, c’est mal, ça ne vous rapprochera pas de Dieu ". Et il a répondu " Non, c’est autorisé. C’est halal ″, raconte l’adolescente qui s’est échappée en avril, aidée par des contrebandiers après avoir été esclave pendant presque 9 mois.

Une conquête sexuelle et territoriale

L’introduction officielle par l’Etat Islamique de l’esclavage sexuel systématique remonte au 3 août 2014, lorsque ses combattants ont envahi les villages du flanc sud du Mont Sinjar, un massif escarpé de pierres couleur sable du nord de l’Irak.

Ses vallées et ses ravins sont le foyer des Yazidis, une toute petite minorité religieuse qui représente moins de 1,5 pourcent de la population irakienne estimée à 34 millions d’individus.

L’offensive sur la montagne vint seulement deux mois après la chute de Mossoul, la deuxième ville la plus importante d’Irak. Au premier abord, on eut l’impression que l’avancée sur la montagne qui suivit n’était qu’une tentative supplémentaire d’étendre le territoire contrôlé par les combattants de l’Etat Islamique.

Presque tout de suite, tout indiqua que leur but était, cette fois, différent. Les survivants racontent que les hommes et les femmes furent séparés dès la première heure de captivité.

On ordonna aux adolescents de soulever leurs chemises et s’ils avaient des poils sous les aisselles, on leur donnait l’ordre de rejoindre leurs frères plus âgés et leurs pères. Village après village, les hommes et les jeunes hommes furent conduits ou encadrés jusqu’à des champs voisins, où ils furent forcés de s’allonger dans la terre et furent assassinés à l’arme automatique.

Les femmes, les filles et les enfants, par contre, furent jetées dans des camions à plateforme ouverte.

L’offensive sur la montagne était tout autant une conquête sexuelle qu’une conquête territoriale ", dit Matthew Barber, un expert de l’Université de Chicago sur la minorité Yazidi. Il était à Sinjar lorsque l’assaut a démarré l’été dernier et a aidé à créer une fondation qui fournit un soutien psychologique pour celles qui s’échappent. Elles sont plus de 2000, selon les activistes de cette communauté.

F, qui a quinze ans, dit que sa famille de neuf personnes tentait de s’échapper, roulant vite dans les lacets de la montagne, lorsque leur vieille Opel se retrouva en surchauffe. Elle-même, sa mère et ses sœurs de 14, 7 et 4 ans se retrouvèrent coincées sans solution près de leur voiture en rade lorsqu’un convoi de combattants de l’Etat Islamique lourdement armés les encercla.

" Les combattants séparèrent immédiatement les hommes des femmes ", dit-elle. Elle-même, sa mère et ses sœurs furent emmenées dans des camions dans la ville la plus proche du Mont Sinjar. " Là, ils m’ont séparée de ma mère. Les jeunes filles non mariées ont été forcées de monter dans des bus ".

Les bus étaient blancs, avec une bande peinte à côté du mot "Hajj", suggérant que l’Etat Islamique avait réquisitionné les autobus de l’Etat irakien utilisé pour transporter les pèlerins pour le pèlerinage annuel de la Mecque. Il y avait tant de femmes et de filles Yazidi entassées dans le bus de F qu’elles étaient forcées de s’asseoir sur les genoux des unes et des autres, raconte-t-elle.

Une fois le bus en route, elles se rendirent compte que les vitres étaient bloquées par des rideaux, un matériel qui apparemment avait été ajouté parce que les combattants avaient prévu de transporter un grand nombre de femmes qui n’étaient pas couvertes par des burqas ou des voiles.

Le récit de F., notamment les descriptions physiques des autobus, l’emplacement des rideaux et la manière dont les femmes furent transportées, fait écho à ceux d’une douzaine d’autres victimes féminines que nous avons interviewées pour cet article. Elles décrivent des circonstances similaires même si elles furent kidnappées à des dates différentes et à des endroits éloignés de plusieurs kilomètres.

F. raconte qu’elle a été conduite dans la ville irakienne de Mossoul à six heures de route de là, où elles furent entassées dans le salon de mariage du Galaxy. D’autres groupes de femmes et de jeunes filles furent emmenés dans un palace datant de l’ère de Saddam Hussein, la prison de Badoosh et le bâtiment du Ministère de la Jeunesse à Mossoul, racontent des rescapées récentes. En plus de Mossoul, les femmes furent parquées dans des écoles primaires et des bâtiments municipaux dans les villes irakiennes de Tal Afar, Solah, Ba’aj et la ville de Sinjar.

Elles furent confinées pendant des jours pour certaines, pendant des mois pour d’autres. Puis, inévitablement, elles furent chargées dans la même flotte d’autobus avant d’être envoyées par petits groupes en Syrie ou dans d’autres endroits en Irak, pour y être achetées et vendues pour du sexe.

1300 jeunes filles Yazidi retenues dans un même endroit

"C’était prévu à l’avance à 100% ", dit Khider Domle, un activiste de la communauté yazidi qui tient à jour une base de données détaillée des victimes. " J’ai parlé au téléphone à la première famille qui est arrivée au Ministère de la Jeunesse à Mossoul et le salon était déjà préparé pour eux. Il y avait des matelas, des assiettes et des ustensiles de cuisine, de la nourriture et de l’eau pour des centaines de gens ".

Des rapports détaillés de Human Rights Watch et d’Amnesty International arrivent aux mêmes conclusions quant à la nature organisée de cette traite sexuelle. Dans chaque endroit, les survivants disent que les combattants de l’Etat Islamique ont d’abord mené un recensement de leurs prisonnières.

Dans le luxueux salon de réception du Galaxy, F. était assise sur un sol de marbre, pressée contre d’autres adolescentes.

Elle estime qu’elles étaient, au total, plus de 1300 jeunes filles Yazidi, accroupies, affaissées et s’appuyant contre les murs de la salle de bal, un nombre confirmé par plusieurs autres femmes retenues au même endroit.

Elles ont toutes décrit la façon dont trois combattants de l’Etat Islamique entrèrent tenant à la main un registre. Ils demandèrent aux filles de se lever. On demanda à chacune d’énoncer son prénom, son nom, son âge, sa ville d’origine, si elle était mariée et si elle avait des enfants.

Pendant deux mois, F. a été retenue captive dans le salon du Galaxy. Puis, un jour, ils sont arrivés et ont commencé à emmener les jeunes femmes. Celles qui refusaient se faisaient traîner par les cheveux, raconte-t-elle.

" Vous êtes nos " sabaya " (nos esclaves)

Sur le parking, la même flotte d’autobus Hajj attendait de les emmener à leur prochaine destination, dit encore F. Avec 24 autres jeunes filles et jeunes femmes, la jeune fille de 15 ans fut conduite à une base de l’armée militaire irakienne. Ce fut là, sur le parking, qu’elle entendit pour la première fois le mot "sabaya".

"Ils riaient et se moquaient de nous, répétant " Vous êtes nos sabaya ". Je ne savais pas ce que le mot signifiait ", dit-elle. Plus tard, le leader local de l’Etat Islamique leur expliqua qu’il signifiait esclave.

"Il nous a dit que Taus Malik " - l’un des sept anges que prient les Yazidis – " n’est pas Dieu. Il a dit que Taus Malik était le diable et que parce que vous croyez au diable, vous nous appartenez. Nous pouvons vous vendre et vous utiliser comme bon nous semble ".

La traite sexuelle de l’Etat Islamique semble être basée uniquement sur le fait d’asservir des femmes et des jeunes filles venant de la minorité yazidi. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune campagne importante destinée à asservir des femmes d’autres minorités religieuses, dit Samer Muscati, l’auteur du dernier rapport de Human Rights Watch. Cette affirmation trouve un écho chez les leaders de la communauté, les responsables de gouvernements et d’autres personnes travaillant pour les droits de l’homme.

M. Barber, de l’Université de Chicago, dit que le fait de se concentrer sur les Yazidis fut certainement parce qu’ils sont vus comme des polythéistes, avec une tradition orale plutôt que des écritures. Aux yeux de l’Etat Islamique, cela les met au même niveau que les non croyants méprisés, encore plus que les chrétiens et les juifs, qui sont censés avoir une protection limitée sous le Coran en tant que " Peuple du Livre".

A Kojo, l’un des villages les plus au sud du Mont Sinjar et l’un des plus éloignés de toute évasion, les habitants ont décidé de rester, pensant qu’ils seraient traités de la même façon que l’avaient été les chrétiens de Mossoul quelques mois auparavant. Le 15 août 2014, l’Etat Islamique ordonna aux habitants de se signaler dans une école en centre-ville.

Lorsqu’elle arriva là-bas, Aishan Ali Saleh, 40 ans, trouva un ancien de la communauté en train de négocier avec l’Etat Islamique, leur demandant s’ils pouvaient être autorisés à donner leur argent et de l’or contre une traversée sans encombres.

Les combattants acceptèrent, au début, et posèrent une couverture à terre et Mme Saleh y déposa sont pendentif en forme de cœur et ses bagues en or, alors que les hommes y déposèrent des billets froissés.

Plutôt que de les laisser partir, les combattants se mirent à pousser les hommes dehors, les menant à leur mort certaine. Un peu plus tard, une flotte de voitures arriva et les femmes, les jeunes filles et les enfants furent emmenés.

Le marché des esclaves Yazidi

Des mois plus tard, l’Etat Islamique fut très clair dans son magazine en ligne sur le fait que sa campagne d’esclavagisme des femmes et jeunes filles Yazidi avait été minutieusement préparée.

Avant la prise de Sinjar, on demanda aux étudiants de la Sharia de l’Etat Islamique de faire des recherches sur les Yazidis ", raconte l’article en langue anglaise, titré " Le renouveau de l’esclavage avant l’heure ", qui parut dans le numéro d’octobre de Dabiq.

L’article indiquait clairement que pour les Yazidis, il n’y avait aucune chance de pouvoir payer une taxe connue comme jizya pour être libérés, "à l’inverse des juifs et des chrétiens ".

" Après leur capture, les femmes et les enfants Yazidi furent alors divisés selon la Sharia, entre les combattants de l’Etat Islamique qui participèrent aux opérations de Sinjar, après qu’un cinquième des esclaves fut transféré aux hautes autorités de l’Etat Islamique pour être divisés comme un butin", raconte l’article.

Dans une vidéo postée en octobre 2014 sur YouTube, un groupe d’hommes convaincus d’être des combattants de l’Etat Islamique, sont montrés assis dans une pièce, plaisantant sur le fait d’acheter et de vendre des jeunes filles Yazidis, le "jour du marché aux esclaves."

De la même façon que des passages spécifiques de la Bible furent utilisés des siècles plus tard pour soutenir la traite des esclaves aux Etats-Unis, l’Etat Islamique cite des versets spécifiques ou des histoires du Coran ou de la Sunna, les traditions basées sur les dires et les actions du Prophète Mahomet, pour justifier le trafic d’êtres humains, disent les experts.

Ceux qui étudient la théologie islamique ne sont pas d’accord, par contre, sur les interprétations correctes de ces versets, et sur la question qui divise, à savoir si l’Islam sanctionne réellement l’esclavage.

Beaucoup défendent l’idée que l’esclavage figure dans les écritures saintes de l’Islam de la même façon qu’il figure dans la Bible – comme un reflet de la période de l’antiquité à laquelle la religion naquit.

" Dans le milieu dans lequel le Coran apparut, le fait que des hommes aient des relations sexuelles avec des femmes privées de liberté était une pratique extrêmement répandue”, explique Kecia Ali, professeur associé de religion à l’Université de Boston et l’auteur d’un ouvrage consacré à l’esclavage dans les débuts de l’Islam. "Ce n’était pas une institution particulièrement religieuse, c’était simplement ainsi que les choses se faisaient."

Cole Bunzel, un chercheur en théologie islamique à l’Université de Princeton, ne partage pas cet avis et cite les nombreuses références à l’expression “Celles que ta main droite possède” dans le Coran, ce qui a été interprété pendant des siècles comme signifiant des esclaves féminines. Il indique également le corpus de la jurisprudence islamique, qui continue dans notre ère moderne et qui inclut, selon lui, des règles détaillées sur la façon de traiter les esclaves.

Conforme aux écritures ?

" Il existe un grand nombre d’écritures saintes qui sanctionnent l’esclavage " dit M. Bunzel, l’auteur d’un article de recherche publié par la Brookings Institution sur l’idéologie de l’Etat Islamique. " L’on peut arguer qu’elles ne sont plus pertinentes et qu’elles sont tombées en désuétude. L’EI arguerait que ces institutions doivent être relancées parce que c’est ce que le Prophète et ses compagnons faisaient ".

Les femmes et les jeunes femmes les plus jeunes et les plus jolies furent vendues lors des premières semaines suivant leur capture.

Les autres – notamment les femmes plus âgées et mariées – décrivent comment elles furent transportées d’un endroit à un autre, jusqu’à ce qu’un acheteur potentiel ne fasse une offre.

Leurs ravisseurs semblaient avoir un système en place qui regorge de sa propre méthodologie à faire l’inventaire des femmes, de même que leur propre lexique. On parlait des femmes et des jeunes filles comme des " Sabaya ", suivi de leur nom. Certaines furent achetées par des grossistes, qui les photographièrent et leur attribuèrent des numéros pour pouvoir en faire la publicité auprès d’acheteurs potentiels.
Osman Hassan Ali, un riche homme d’affaires yazidi qui a réussi à faire s’échapper de nombreuses femmes Yazidi, dit qu’il a prétendu être un acheteur afin qu’on lui envoie les photos. Il a partagé une douzaine d’images, chacune montrant une femme Yazidi assise dans une pièce vide sur un canapé, faisant face à l’appareil sans un sourire, le regard vide. Sur le côté de la photo, l’on peut lire en arabe " Sabaya n°1 ", " Sabaya n°2 " et ainsi de suite.

Les bâtiments dans lesquels les femmes étaient rassemblées et retenues incluaient parfois une salle de visionnage.
" Lorsqu’ils nous mirent dans le bâtiment, ils nous ont dit que nous étions arrivées au " Marché de Sabaya ", raconte une victime âgée de 19 ans. " J’ai alors compris que nous étions dans un marché aux esclaves ".

Elle estime qu’elles étaient au moins 500 femmes et jeunes femmes non mariées dans le bâtiment de plusieurs étages, les plus jeunes âgées de 11 ans. Lorsque les acheteurs arrivaient, les filles étaient emmenées une par une dans une pièce séparée.

" Les émirs étaient assis contre le mur et nous appelaient par notre nom. Nous devions nous asseoir sur une chaise face à eux. Il fallait les regarder et avant d’entrer, ils nous prenaient nos voiles et tout ce que nous avions utilisé pour nous couvrir ", raconte-t-elle. "Lorsque ce fut mon tour, ils m’ont fait me lever quatre fois. Ils m’ont fait tourner sur moi-même".

Les prisonnières étaient également obligées de répondre à des questions intimes, notamment donner la date exacte de leurs dernières menstruations. Elles se rendirent compte que les combattants tentaient de déterminer si elles étaient enceintes, en accord avec la loi de la Sharia qui veut qu’un homme ne peut pas avoir de rapports sexuels avec son esclave si elle est enceinte.

Propriété de l’EI

Le fait que l’Etat Islamique utilise l’esclavage sexuel surprit même les plus ardents soutiens de l’organisation, beaucoup d’entre eux se disputèrent avec les journalistes après les premiers reportages en ligne sur les viols systématiques.

Les dirigeants de l’Etat Islamique ont tenté sans arrêt de justifier cette pratique auprès de leur public interne. Après l’article initial dans le Daqib d’octobre, ce sujet fut à nouveau traité dans la publication cette année, dans un éditorial en mai qui exprimait la tristesse et les sentiments froissés de l’auteur devant le fait que certains des sympathisants du groupe avaient remis en question le fait que l’esclavage soit institutionnalisé.

L’auteur écrivit : " Ce qui m’inquiète c’est que certains des supporters de l’Etat Islamique se mirent à nier le fait, comme si les soldats du califat avaient commis une faute ou quelque chose de diabolique. J’écris ceci avec de la fierté dans chaque lettre ", dit-il. " Nous avons en effet attaqué et capturé les femmes kafirah et nous les avons menées à la pointe de l’épée comme des moutons ". Kafirah signifie infidèles.

Dans un pamphlet publié en ligne en décembre, le ministère de la Recherche et de la Fatwa de l’Etat Islamique détaillait les meilleures pratiques, ce qui incluait le fait d’expliquer que les esclaves appartiennent aux biens du combattant qui les a achetées et peuvent donc être données à un autre homme et traitées comme n’importe quel autre bien après sa mort.

Des rescapées récentes décrivent une bureaucratie compliquée entourant leur captivité, avec leur statut d’esclave consigné dans un contrat. Lorsque leur propriétaire voulait les vendre à un autre acheteur, un nouveau contrat était rédigé, comme lorsqu’on transfère un bien. Dans le même temps, les esclaves peuvent être libérées, et les combattants ont une promesse de récompense divine pour cela. Même si c’est rare, cela a créé une possibilité d’évasion pour les victimes.

Libérée par un kamikaze

Une victime de 25 ans, qui s’est échappée le mois dernier et dont le prénom commence par un A, explique comment un jour, son maître Libyen lui a remis le morceau de papier plastifié. Il lui a expliqué qu’il avait terminé son entraînement de kamikaze et qu’il prévoyait de se faire exploser, et donc, la libérait.

Une femme yazidi de 34 ans, qui fut achetée et violée de manière répétée par un combattant saoudien dans la ville syrienne de Shadadi, décrit qu’elle s’en est mieux sortie que la seconde esclave de la maison – une jeune fille de 12 ans qui fut violée pendant des jours malgré de forts saignements.

" Il a détruit son corps. Elle avait une infection terrible. Le combattant ne cessait de venir me voir pour me demander “pourquoi sent-elle aussi mauvais?”. Et je lui répondais qu’elle avait une infection interne, qu’il fallait qu’il prenne soin d’elle", raconte cette femme.

Sans état d’âme, il ignora les souffrances terribles de la jeune fille et poursuivit son rituel de prière avant et après le viol de l’enfant.

" Je lui ai dit 'ce n’est qu’une enfant' ", se souvient l’autre femme. Et il a répondu " Non, ce n’est pas une petite fille. C’est une esclave. Et elle sait exactement comment avoir des rapports sexuels . Et avoir des rapports sexuels avec elle, cela fait plaisir à Dieu.

(traduit de l'anglais par Gaelle Ducos)