Aller directement au contenu principal

L'épave du Concordia continue d'attirer les curieux sur l'île du Giglio

MONDE | Mis à jour le vendredi 10 août 2012 à 14h54

  • "Dix euros l'aller-retour pour aller au Giglio": à peine arrivé à Porto Santo Stefano, port d'embarquement pour la petite île toscane, le touriste est assailli d'offres alléchantes pour aller voir l'épave du Concordia échouée sur la côte depuis le 13 janvier.

    Apparemment, c'est un succès: le port grouille de touristes en tongs et shorts qui font sagement la queue pour embarquer sur les nombreux bateaux qui relient au continent le Giglio, une destination déjà prisée avant le naufrage du navire de croisière qui a fait 32 morts.

    "C'est sûr que l'île attire maintenant encore plus de monde, car malheureusement les malheurs attirent plus que les belles choses", observe Daniela, une étudiante de 23 ans à l'imposante chevelure brune et bouclée en partance pour l'île avec son petit ami Davide.

    A bord du ferry, qui passe à quelques dizaines de mètres de l'énorme épave de 114,5 tonnes couchée sur le flanc avant d'entrer dans le petit port, Lucia confesse: "Cela me fait de la peine de voir un colosse aussi énorme dans cet état".

    "Mais la vie de l'île doit continuer, c'est aussi pour cela que nous avons voulu venir en vacances ici", s'empresse-t-elle d'ajouter.

    Une opinion apparemment largement partagée par les centaines de touristes qui se pressent le long du port et vont se faire photographier devant le Costa Concordia, qui s'est échoué sur des rochers la nuit du 13 janvier avec à son bord 4.229 passagers et membres d'équipage.

    A deux pas de la carcasse, sur une petite plage, les vacanciers se baignent tranquillement avec en fond visuel la coque renversée. "On a vécu cette histoire via la télévision et maintenant ça booste le tourisme", confie Ettore, un touriste venu de Florence, avant de se jeter à l'eau.

    Le maire du Giglio, Sergi Ortelli, le reconnaît: "il y a eu une augmentation du tourisme à la journée avec des curieux qui viennent prendre en photo ce pachyderme couché sur les rochers".

    Cet homme dynamique à la crinière poivre et sel, qui gère lui-même une agence de location d'appartements et de scooters, y voit "une curiosité extrême qui doit être assouvie en visitant le Giglio un peu comme un musée".

    "En revanche, le tourisme que nous préférons, celui basé sur la mer propre et l'environnement, souffre davantage", regrette-t-il en évoquant les réservations d'hôtels et les locations de vacances en chute, un phénomène qu'il attribue aussi à la crise économique.

    "Nous espérons que l'épave sera retirée au plus vite", se prend à rêver son adjoint à l'environnement, Alessandro Centurioni. "Le Costa fait aujourd'hui partie de notre paysage mais l'a aussi altéré, et chaque fois que je le vois, je ressens de la douleur et de la tristesse".

    Le maire se veut optimiste: "Selon le projet d'enlèvement lancé le 15 mai, et en tenant compte des conditions météo, l'épave s'en ira au printemps 2013".

    Une opération complexe et sans précédent en raison de la taille du bateau: le groupe Costa Crociere devra d'abord le redresser avant de le remorquer dans un port où il sera ensuite démantelé.

    Parallèlement à ces opérations délicates, la justice devra tenter de faire la lumière sur les circonstances de la tragédie.

    Neuf personnes font actuellement l'objet d'une enquête, dont trois cadres dirigeants de Costa Crociere, ainsi que le capitaine du navire Francesco Schettino, notamment accusé d'avoir abandonné le navire avant la fin de l'évacuation des passagers.

    AFP

  • Des touristes regardent l'épave du Costa Concordia, le 13 juillet 2012 sur l'île du Giglio
    Image précédente

    Des touristes regardent l'épave du Costa Concordia, le 13 juillet 2012 sur l'île du Giglio

    Vincenzo Pinto
    Image suivante
    • Des touristes regardent l'épave du Costa Concordia, le 13 juillet 2012 sur l'île du Giglio

      Des touristes regardent l'épave du Costa Concordia, le 13 juillet 2012 sur l'île du Giglio

    • L'épave du Costa Concordia, le 23 juin 2012, au large du Giglio

      L'épave du Costa Concordia, le 23 juin 2012, au large du Giglio

Les suggestions du jour

  • 22 milliards ou 4 milliards? Qui dit vrai? De Wever ou Di Rupo?

    01 août 2014, 09:24

    Bart De Wever a dégainé le premier, mardi soir sur VTM : "Elio Di Rupo n’a pour ainsi dire rien fait". La riposte d’Elio Di Rupo s’est faite par communiqué, le lendemain : "Le gouvernement fédéral actuel a fourni un effort budgétaire d'environ 22...

  • Quand les petits producteurs court-circuitent la grande distribution

    31 juillet 2014, 14:39

    Ce n'est plus seulement une mode, ni même une tendance : aujourd'hui, le "circuit court" a trouvé sa place dans le monde du commerce alimentaire, au plus grand bénéfice des petits producteurs mais aussi des clients. Fruits et légumes variés, bières...

  • Inondations en Brabant wallon: d'où venait l'eau ? Qui va payer ?

    31 juillet 2014, 08:30

    "Nous n'avons jamais vécu un tel chaos, il faudra du temps pour que la population s'en remette", ce sont les mots du bourgmestre d'Ittre, mercredi soir, au moment de tirer un premier bilan des inondations de mardi. Certains ont tout perdu. Trois questions se...

Je crois qu’on a mal estimé dans les accords de 2010 l’impact au sol de certaines décisions Catherine Fonck au lendemain de la décision de justice annulant en partie le plan Wathelet

Vu sur le web

Dernière Minute