Rome: un avion Alitalia rate son atterrissage et en redevient roumain

La Justice italienne, qui a mis l'appareil sous séquestre pour enquête, a néanmoins autorisé le retrait des couleurs d'Alitalia.
2 images
La Justice italienne, qui a mis l'appareil sous séquestre pour enquête, a néanmoins autorisé le retrait des couleurs d'Alitalia. - © D'après des vidéos AFP/Reuters
AFP

Trois blessés dans l'avion de la Carpatair transportant 50 personnes et assurant un vol pour Alitalia: l'appareil a raté son atterrissage et terminé hors piste à Rome-Fiumicino. Alitalia a fait promptement retirer son logo.

L'appareil, un ATR 72 qui porte les couleurs d'Alitalia et était parti de Pise à 19H15 avec à son bord 46 passagers et 4 membres d'équipage, se trouve sur l'herbe, légèrement incliné sur un côté avec le train d'atterrissage brisé.

L'un des trois blessés les plus gravement touchés est une membre d'équipage roumaine de 30 ans qui a subi des traumatismes notamment à la colonne vertébrale mais sa vie n'est pas en danger. Un autre blessé sérieux a fait part de problèmes au bassin.

Rafales de vent ou erreur humaine?

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes notamment par l'Agence nationale de la sécurité en vol, par la compagnie Alitalia et par le parquet de Civitavecchia pour établir avec exactitude les circonstances de l'accident. Sur la base des premiers éléments recueillis, les deux hypothèses privilégiées sont celles d'une méteo qui, avec de fortes rafales de vent et la pluie, aurait rendu difficile l'atterrissage, ou d'une erreur de pilotage.

Tout en évoquant "des difficultés à l'atterrissage à cause d'un vent fort ayant provoqué la sortie de piste", Alitalia a annoncé samedi soir dans un communiqué la suspension de "tous les vols opérés par Carpatair sur Pise et Bologne".

L'aéroport de Rome-Fiumicino est resté ouvert au trafic mais la piste concernée par l'accident a été fermée.

"Pendant l'atterrissage, l'avion a touché le sol à deux reprises et violemment. La deuxième fois, le train d'atterrissage s'est plié et l'avion a terminé hors piste", a expliqué à l'agence Ansa un passager encore traumatisé. Il a témoigné avoir eu "très peur; certains pensaient mourir et se sont mis à hurler".

Carpatair et Alitalia: un partenariat controversé

Selon les médias italiens, le partenariat entre Carpatair et Alitalia est très controversé ces derniers mois à la suite de plusieurs incidents.

Le 22 janvier dernier, un appareil de la compagnie qui assurait la liaison Ancône-Rome avait dû effectuer un atterrissage d'urgence à Ancône, sur la côte adriatique, peu après le décollage. Le 5 janvier, un appareil parti d'Ancône avait fait demi-tour à la suite de problèmes de pressurisation, qui avaient obligé les passagers à recourir aux masques à oxygène.

Le 10 janvier, la compagnie avait nié dans un communiqué un manque de fiabilité, dénonçant une "campagne médiatique" alimentée par "des syndicats italiens de pilotes" mécontents du partenariat avec Alitalia.

Avec les dessertes Ancône-Rome et Pise-Rome, Carpatair assure aussi la liaison Rome-Bologne depuis janvier.

"Nous sommes impressionnés par le nombre d'avaries et problèmes subis par cette compagnie, j'ai d'ailleurs alerté les autorités de l'aviation civile mais je n'ai pas eu de retour", a déclaré le secrétaire nationale du syndicat Uil Trasporti, Marco Veneziani, à l'antenne de la chaîne de télévision SkyTg24.

Alitalia soucieuse de son image

Les deux vidéos ci-contre, tournées à quelques heures d'intervalle, l'une en pleine nuit juste après le crash et l'autre dimanche matin, montrent une intéressante différence : il s'agit bien du même appareil, comme en témoigne l'immatriculation commençant par YR, indicatif de la Roumanie.

Mais la livrée rouge, verte et blanche d'Alitalia a été soigneusement enlevée ce dimanche matin avec l'autorisation des autorités judiciaires italiennes. Belle réactivité du service Communication de la compagnie aérienne italienne qui a de toute évidence préféré que, sous les objectifs de la presse internationale, un avion crashé ne le soit pas sous ses couleurs...


Avec AFP